The Mighty Blog

Batman #40

Fin de l'arc Endgame pour Batman, et fin d'une époque pour le Chevalier Noir, dans sa dernière confrontation avec le Joker. Scott Snyder et Greg Capullo arbitrent le combat entre les deux personnages mais qui va séparer Toine Reynolds et Noisybear qui ne partagent pas le même avis sur cet épisode ?

À la base cet article devait être un versus mais afin de vous préparer le dossier sur Time Runs Out - et ratrapper son retard sur les critiques, Noisybear a dû repousser sa contribution. Puisque nous ne partageons pas la même vision sur cet épisode. Pas tant sur la conclusion de Endgame qui apportera, espérons-le, un lot de bonnes histoires, mais plutôt sur notre ressenti global. Toine Reynolds a le regard du lecteur qui suit pas ou peu de séries DC Comics, Noisybear qui suit l'univers depuis presque 20 ans.

Critique par Toine Reynolds

Poussé dans ses derniers retranchements face à ce qui semble être le plan ultime du Joker (transformer tous les habitants de Gotham en zombie), Batman a appelé à la rescousse ses ennemis ainsi que toute la Bat-Family, dans un baroud d'honneur contre son ennemi juré. C'est donc de ce dernier combat dont il est question, celui qui risque bien de changer l'avenir de l'univers DC mais surtout des séries du Batverse...

1

Si vous savez ce qui arrive par la suite, via les spoils qui courent, ou même les couvertures, on en reparle plus en détails en dessous. En attendant, pour les autres, on doit reconnaître à Snyder une certaine ambition dans l'écriture : il n'hésite pas à taper fort sur ses personnages, les poussent à bout, et va assez loin. Le combat final est violent, brut, et sans aucune concession. Les réponses aux mystères de l'arc sont apportées ici, et c'est dans l'ensemble une excellente conclusion à l'énorme saga entamée dans Death of the Family. On sent que l'auteur a un plan sur le long terme, mais que plus encore, il aime passionnément son héro.

On sait que c'est un grand enfant, et qu'avec son dessinateur attitré, il prend un plaisir à écrire les aventures du plus grand détective. Qu'on aime ou pas, il faut reconnaître qu'il arrive à imposer sa marque sur la série, comme d'autres l'ont fait avant lui. Le choc final du numéro n'est pas vraiment nouveau, pas vraiment définitif (mais qu'est-ce qui est définitif dans les comics aujourd'hui?), mais j'ai passé un excellent moment à la lecture. La narration est toujours extrêmement riche sans jamais être barbante, l'action est incroyablement bien gérée, et j'ai apprécié l'écriture de la relation entre Batman et le Joker.

Je sais que Noisybear va venir râler, dire qu'il arrête DC, et se plaindre de la continuité saccagée. A mon avis, cette série n'est pas écrite pour lui, qui aime DC comme un amour éternel. Personnellement, j'accorde énormément d'importance à l'univers Marvel, alors que la Distinguée Concurrence m'ennuie la plupart du temps. Je n'ai pas honte de l'avouer, je ne lis quasiment rien qui sort chez DC (je me suis infligé Convergence, voyez ce que ça a donné! ), mais j'ai adoré ce Batman. Ce n'est pas le Batman écrit par certains auteurs cultes, le Joker ne semble pas plaire aux anciens lecteurs, mais j'ai adoré. Je pense que Snyder écrit principalement pour rendre hommage, mais aussi divertir, et pas forcément tenir compte de tout ce qui a été fait avant lui.

Par contre, Capullo se doit de mettre tout le monde d'accord, vu comment ses dessins sont incroyables. C'est encore et toujours riche, magnifiquement construit et mis en mouvement, et il s'est encore surpassé pour ce numéro, sachant qu'il avait dû faire les pages du FCBD entre temps. Bravo !

2

Allez, on spoil ? Un peu, au moins pour analyser la décision finale. Batman est donc laissé pour mort (mais on ne voit pas son cadavre, ça aidera pour la suite), et ce sera Gordon qui reprendra son rôle dans une armure. Snyder en profite pour remettre un coup de fouet aux séries Batman, notamment pour la sienne, qui a toujours eu tendance à avoir des arcs trop longs. Il nous promet quelque chose de plus léger pour la suite, et j'ai hâte de voir. Ça rappelle forcément le Superior Spider-Man de Dan Slott, et il y a en plus un certain film avec Batman, qui sortira...au moment du numéro 50 de la série. Vous voyez quand ça va s'arrêter, non ? D'ici là, autant profiter de ce changement...

Batman (2011-) 040-000Batman #40

DC Comics • Par Scott Snyder & Greg Capullo • $3.99
Excellente conclusion pour ces 40 numéros d'aventures crées par Snyder et Capullo. Ils semblent savoir où ils vont, et n'ont pas peur de mettre des grands coups de pieds dans Gotham pour voir ce qui se passera. La confrontation finale est parfaitement réussie, vivement la suite !

Critique par Noisybear

Vous l'aurez compris je ne partage pas l'avis de Toine sur ce Batman #40. Ce n'est pas en soit l'épisode qui me dérange. Le rythme est élevé et la première partie de l'épisode jusqu'au twist fonctionne hyper bien. C'est classique mais cela fonctionne très bien. La seconde partie traîne un peu plus la patte mais cela était presque nécessaire. Je dis presque parce que Scott Snyder aime les dialogues à rallonge qui n'apportent pas grand chose. Enfin, il y a la conclusion durant laquelle je suis obligé de faire un constat grave : cette série est pénible.

3

Déjà pendant le face-à-face entre Batman et le Joker, Snyder écrit ce qu'on voyait arriver depuis un moment avec les origines supposées du Joker. Celles qui nous laissaient supposer que le vilain serait un esprit malin qui vit à Gotham depuis la création de la ville. Il nous avait déjà fait le coup avec le Commissaire Gordon en nous faisant croire durant un épisode qu'il était un ripoux. Ici, la blague a duré 3 épisodes. Et pour quoi faire ?! Absolument rien ! Cela n'apporte rien au personnage ni au lecteur. Après tout la mythologie évoquée est calquée sur le Joker et non pas l'inverse, de ce fait, la tirade de Batman à la fin les comparant est tout simplement stupide. S'il voulait absolument l'intégrer à son récit, je pense qu'il y aurait eu d'autres moyens que de tenter que de nous faire miroiter une histoire de fou. Pour ceux qui ne suivent pas et qui ne comprennent, c'est un peu comme si Snyder nous révélait que la Terre était plate depuis Batman #37 et pendant les 2 épisodes d'après il nous prouve par A plus B qu'elle l'est vraiment. Et, ici, dans cet épisode, il nous dit : "bah non ! elle est ronde je vous ai bien eu ! HA HA HA HA !". C'est exactement la même technique faiblarde qu'il a utilisé à la fin de Death of the Family. Celle que le scénariste prétend être la même que celle utilisée par Alan Moore dans Killing Joke.

Justement, parlons-en des dires de Scott Snyder ! Je suis certain que c'est quelqu'un de très sympathique et, sincèrement, ça transparaît dans son récit qu'il prend son pied dans son récit. Mais purée, lorsqu'il s'agit de vendre ses histoires, il exagère un peu. À quel moment la fin de Endgame a quelque chose d'inédit ? Le fameux "jamais vu auparavant" qu'il dit à chaque fin de phrase [certainement poussé par l'équipe de comm' de DC Comics - NdR]. Parce qu'à part ce qui arrive à Alfred - et encore je n'ai pas bien cherché à ce sujet, tout est déjà arrivé. Afin de ne pas révéler la fin, je dirais seulement : Killing Joke, Knightfall et le run de Morrison. Peut-être évoquait-il la suite des événements mais là encore j'ai mon lot de contre exemples.

Mais, au final, ce qui me dérange le plus c'est le non-respect de la continuité. Ce n'est pas quelque chose que l'on peut ne pas prendre à la légère, M. Toine Reynolds. Lorsque je parle de continuité, je parle de celle inter-séries. Bien que depuis le début du run de Snyder, nous nous demandons réellement qu'est-ce qui s'est réellement passé et qu'est-ce qui ne s'est pas passé depuis le lancement des New 52. Mais, surtout, depuis le début, nous lisons dans cette série des incohérences avec les autres séries DC. D'abord, Death of the Family qui était censé mettre un terme à la famille de Batman avec chaque membre partant de son côté. La conclusion a quelque peu été chamboulée par Batman, Inc. dans lequel nous lisions Batman et Nightwing, potes comme cochons, en train de combattre pour venger la mort de Robin. Et puis, de suite derrière, Forever Evil qui vient à changer le statu-quo de Dick Grayson. Et, pendant ce temps-là, Snyder continue son histoire. Batman Eternal avait déjà cette sensation de "faisons comme si Death of the Family avait de véritables conséquences", ici c'est pire. Nous voyons bien que Snyder est au bout d'une construction entamée depuis le #1 mais en occultant trop de choses. Ne serait-ce les récits de Peter J. Tomasi dans lesquels nous avons vu récemment Bruce capable d'aller en enfer (enfin Apokolyps) pour aller sauver son fils à tout prix. Dans cet épisode, à aucun moment, Damian ne rentre dans l'équation. Ni pour Bruce ni pour Alfred qui se morfond dans son lit d'hôpital. Cela est un non-sens complet par rapport à ce qui est censé s'être passé auparavant.

Ah, clairement, si le lecteur ne suit que la série Batman, il ne sera pas autant choqué que je suis. Je trouve ça tout de même dégueulasse de la part de DC de créer un univers partagé en nous vendant des histoires parallèles mais en nous donnant l'impression qu'elles ne sont pas connectées. Vous allez me dire : "oui, mais DC a décidé d'arrêter son univers partagé". Ce qui n'est pas tout à fait vrai mais, surtout, cela sera le cas à partir de juin, lorsque le logo "New 52" disparaîtra. En attendant, Batman and Robin, Detective Comics et Batman (et Justice League) se déroulent dans un même univers.

Au moins, le positif c'est que Snyder écrit de bons épisodes rythmés, son Joker, dans la première partie, rappelle celui de Grant Morrison [dans la seconde, il sonne un peu trop comme celui de Nolan] qu'il construit quelque chose et que les dessins de Greg Capullo sont toujours aussi bluffants. C'est déjà ça.

Batman (2011-) 040-000Batman #40

DC Comics • Par Scott Snyder & Greg Capullo • $3.99
Je sais que je devrais arrêter la série mais en soit c'est très bien écrit (Snyder tout de même) et c'est rudement bien dessiné. Mais voilà, ça n'est pas gratifiant pour un lecteur de suivre plusieurs séries chez DC puisqu'on ne comprend pas la logique de leurs histoires. Batman peut être chevaleresque mais il sonne comme un jeune Batman pas comme celui que lit mois après mois dans d'autres séries. C'est dommage, réellement dommage.

  • Hororo

    Merci de votre avis les gars. Personnellement je trouve Capullo chiant et Snyder nase a en mourrir. J'ai du seulement aimer son run sur Swamp Thing et apres plus rien. En revanche je sympathise avec la question de la coherence inter serie. Meme si c'est l'un des problemes des comics de toujours demander aux lecteurs de se taper des series differentes pour tout suivre, ca fait aussi partie du charme. Du coup, meme si je comprends tres bien que l'evolution de l'industrie passe par un abandon partiel de cette coherence, il serait tout de meme plus logique de respecter ce principe jusqu'au debut du grand changement.

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs