The Mighty Blog

Le Versus : Guardians of the Galaxy #17 !

Aujourd'hui, on s'affronte ! Nous ne sommes pas d'accord et nous vous partageons notre combat avec un grand plaisir. Aujourd'hui, c'est Guardians of the Galaxy #17 qui nous intéresse. Conclusion de la saga qui opposait les Gardiens à... à peu près tout le monde !

Guardians of the Galaxy (2013-) 017-000Guardians of the Galaxy #17

Marvel • Par  Brian Michael Bendis, Nick Bradshaw & Michael Avon Oeming • $3.99
Les Gardiens ont été séparés par J'Son of Spartax et livrés à leurs ennemis. Star-Lord, aidé par Captain Marvel, va tenter de les récupérer.

FIGHT!

Toine Reynolds :
J'en ai marre. Il ne se passe rien, toutes les "menaces" sont ridicules et résolues en deux pages, et ce numéro vide conclut un arc qui l'est tout autant.
Noisybear :
Fin du premier arc vraiment intéressant de Guardians Of The Galaxy et mettant en scène les héros depuis que Brian Michael Bendis a repris la série. Le scénariste y construit une dynamique d'équipe en les séparant.

Sans titreSCÉNARIO

Toine Reynolds :
Il semblait y avoir un semblant de menace pour l'équipe, mais finalement, rien. Les personnages sont de retour où ils étaient au point de départ, et hormis Venom/Flash, rien n'a changé pour eux. Ça fait maintenant 17 numéros (17!) qu'on nous bassine avec J'Son of Spartax comme étant un monstre, et pouf, le voilà disparu en deux dialogues. L'évasion de Star-Lord prend un tiers du numéro alors qu'elle ne sert à rien, tout le monde est sain et sauf, et tout ça n'a servi à rien. Tant qu'à inclure un grand méchant, autant s'en servir pour quelque chose. Dans la version d'Abnett et Lanning, quand l'équipe finissait d'achever un ennemi, la moitié était soit morte, soit démoralisée. Là, retour à la case départ, et merci d'avoir acheté !
Noisybear :
Le run de Dan Abnett et Andy Lanning sur la série formait l'équipe dans une certaine urgence mais oubliant des fois la motivation première de certains héros. Star-Lord en fait parti. Son passé et le traumatisme dû à son enfance est quelque chose que les scénaristes ont omis (à croire qu'il ne s'agissait pas du Star-Lord de Starlin ou Claremont). Bendis a opté pour revenir sur ces origines et réintroduire ce mythe dans le héros de ses prédécesseurs. Choix judicieux ? Pas sûr vu la forme employée. J'Son Of Spartax était une épée de Damoclès mais ne menaçait guère la troupe et, en plus, on se retrouvait avec un héros qui se souciait de son père alors que lors du run précédent, il s'en foutait. Je comprends ainsi que les lecteurs qui n'ont lu que la précédente série n'adhèrent pas à cette situation mais la quête de "ne pas ressembler au père" fait parti de l'ADN initial du personnage.
Comme à son habitude, Bendis finit donc par terminer sa trame pour retirer J'Son de l'équation et pour retravailler la dynamique de groupe. Les Gardiens sont un groupe qui s'est formé dans une certaine urgence et qui, clairement, n'a aucune raison de rester formée... sur papier. Marvel tente depuis Avengers Assemble de nous prouver le contraire. Et c'est, ici, dans cet arc, que cela prend forme. Et, Captain Marvel - à l'instar de Angela, arrive à rentrer dans cette formule sans aucun problème.
Maintenant, l'épisode a 2 problèmes. Le premier n'est pas lié à l'épisode lui-même mais au run de Bendis. Cet arc arrive bien trop tard. Le lecteur est ennuyé et prend la série de manière légère et ne s'attend à plus grand chose (la preuve avec mon collègue qui râle à côté avec une grande mauvaise foi :P). Le second, c'est que la résolution va aussi rapidement qu'une fin d'arc  de Dan Slott. Tout s'enchaîne un peu trop rapidement à mon goût. Les retrouvailles Carol Danvers/Gladiator auraient pu être plus crédibles.

Sans titre

ÉCRITURE

Toine Reynolds :
C'est du Bendis. Les dialogues tournent en rond avec le temps, et je crois que je les accepte de moins en moins. Les répliques insupportables ("C'est vrai ? - Quoi ? - Que tu es un raton. -Oui. -Pour de vrai ? -Oui. -Sérieusement ? "J'ai inventé ce dialogue, mais vous voyez l'idée si vous avez déjà lu Bendis) de l'auteur m'énervent de plus en plus, et comme le note même mon collègue, le rythme est encore une fois mal géré. L'arc était beaucoup trop lent et vide, et tout s'accélère à la fin pour laisser la place au prochain "grand événement qui va encore tout chambouler". Tout ça aurait tenu en deux ou trois numéros, écrit par un vrai auteur.
Noisybear :
J'ai pas grand chose à dire sur l'écriture de Bendis. C'est un très bon scénariste et dialoguiste. Il n'y a que cette accélération de rythme à la fin qui est incompréhensible.

Sans titre

DESSINS

Toine Reynolds :
Du bon et du mauvais. Bradshaw n'arrive pas à tenir le rythme, donc plutôt que de lui laisser le temps de travailler sur des numéros complets, on lui envoie de l'aide. Ça n'aide pas à la lecture, et lui et Oeming ont des styles complètement opposés. Oeming est par contre comme d'habitude excellent, très cartoon dans ses dessins, et même Bradshaw arrive à quelques jolies pages, en dépit de certaines cases ratées. Dans tous les cas, la politique éditoriale est dérangeante.
Noisybear :
Les changements de dessinateurs en plein épisode, je ne suis pas fan. Surtout lorsque c'est en plein milieu de l'action. Mais c'est LE problème de Nick Bradshaw qui semble incapable de dessiner un épisode complet. Bon, les pages qu'il dessine sont ultra belles. Mais, je pense qu'il irait mieux sur un Original Graphic Novel que sur une série régulière. Michael Avon Oeming qui le remplace en cours n'a pas ce soucis. Lui, il dessine déjà 4 séries régulières par mois. Ici, c'est ultra propre, ça donne envie de lui laisser les crayons sur un arc complet (j'avais déjà adoré son travail sur l'épisode Infinite de la série centré sur Drax).

Sans titre

EN CONCLUSION

Toine Reynolds :
Je lis chaque mois en saignant un peu plus. Hickman et Remender font des merveilles sur les séries Avengers qui ont une envergure monumentale, et Bendis ne fait rien d'une équipe incroyable comme celle des Gardiens de la Galaxie. Marvel a eu tort de lui confier cette série, et s'il reste bon sur les titres mutants (mais ses défauts commencent à beaucoup trop se voir), il va falloir arrêter les frais.
Noisybear :
La série par Bendis prend enfin forme bien que les pistes a prendre sont peu nombreuses (en gros, le mystère de la résurrection de Star-Lord, Drax et Thanos et ce qui est arrivé à Venom). Il faudrait que le scénariste prenne exemple sur le boulot de Peter David sur All-New X-Factor pour en créer de nombreuses afin de donner envie au lecteur de rester.
Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs