The Mighty Blog

50 ans de X-Men : les années 60

Depuis leur création en septembre 1963, les X-Men sont devenus petit à petit une référence en terme de comics. À travers leurs aventures, de leurs conflits internes ou de leurs histoires d'amour, cette équipe de super-héros a su nous donner le meilleur. À tel point que nous sommes devenus très exigeants à leur égard. Pour fêter les 50 ans de nos mutants favoris, The Mighty Blog vous propose une rétrospective, décennie par décennie, de la publication des X-Men.

Partie 1

Il faut revenir sur la genèse de Marvel Comics tel qu'on le connait aujourd'hui pour expliquer la création des X-Men. Fin des années 50, DC Comics surprend et ça marche. Des titres comme Flash ou Green Lantern sont de véritables succès commerciaux. sans parler de leur série mettant en scène un groupe de justiciers, Justice League Of America. Martin Goodman , alors directeur de Marvel Comics, tentant de sauver ses publications demande à Stan Lee de créer un groupe de super-héros pouvant rivaliser avec la Justice League. Rejoint par l'artiste freelance, Jack Kirby, ils créent les Fantastic Four. Et ce n'est qu'un début, s’ensuivent Hulk, Spider-Man ou encore Iron Man. Tous reçoivent un franc succès.

LA GENÈSE

Goodman souhaitant grossir son catalogue de publications demande alors d'autres séries à Stan Lee et Jack Kirby. Ainsi, en 1963, ils créent de nouveaux super-héros dont les X-Men, cinq adolescents menés par un tétraplégique vieillissant, le Professeur Xavier. Tous les 6 sont des mutants, des êtres qui sont nés avec des dons extraordinaires. Le Professeur Charles Xavier (aussi appelé Professor X) a le don de télépathie (lire dans les esprits mais aussi les manipuler). Scott Summers alias Cyclops (Cyclope en français[1]) est le leader du groupe, parfait dans sa tâche il est moins à l'aise avec les rapports humains. Il fait jaillir de ses yeux un rayon puissant qui est retenu par une visière spéciale. Jean Grey alias Marvel Girl (Strange Girl) est la fille au caractère fort et aux dons télékinésiques limités. Warren Worthington III se fait appeler Angel et il est le beau gosse du groupe, ses grandes ailes blanches l'aidant pas mal à séduire. Henry 'Hank' McCoy est l'homme fort du groupe ET l'intellectuel. Son nom de code est Beast (le Fauve). Enfin, le plus jeune est Robert 'Bobby ' Drake alias Iceman (Iceberg). Il est le comique de l'équipe, une version glaciale de Human Torch des Fantastic Four.

X-Men 1 (1963)

Lee et Kirby injectent deux éléments qui vont définir le titre pour les décennies à venir : la famille et l'école. Les 5 ados vivent ensemble dans une école destinés aux "jeunes surdoués" - métaphore qu'a trouvé le professeur pour décrire les mutants. Leur mentor a une véritable figure paternelle... Quelque peu étrange puisqu'il n'hésite pas à envoyer ses élèves sur le front de bataille. En effet, le but avoué de Xavier est de former ses élèves à devenir des super-héros pour montrer au monde entier qu'on peut utiliser les dons des mutants à bon escient.

Comme je le sous-entendais plus haut, le rapport Xavier/X-Men est celui d'un père dominateur et exigeant envers ses enfants. Leur demandant toujours le meilleur d'eux-mêmes et tentant - vainement - de les transformer en parfaits petits soldats. Au contact des X-Men, il va apprendre à s'adoucir et à s'humaniser. La première phrase du personnage - et celle du premier numéro - est évocatrice : "Come to me my X-Men". Mais on verra qu'au fil des années, malgré l'amour le respect qu'il porte à ses élèves, il viendra à profiter de leur servitude. Et, ce, à maintes reprises.

x-men magneto

Dès le premier épisode, Lee et Kirby introduisent le pire ennemi des X-Men : Magneto. C'est un ennemi hors-norme. Il est un mutant lui-même sauf qu'il est propulsé par la haine envers les humains. Faut dire qu'il a lui-même été victime de l'horreur de l'Homme en étant envoyé dans les camps de concentration durant la Seconde Guerre Mondiale. Après cette épreuve et après s'être découvert mutant, pas étonnant qu'il n'est plus foi en la race humaine. Mais ce qui fait de lui un "ennemi hors-norme" n'est pas cet esprit de vengeance, c'est le lien qui l'unit à Xavier. Ils ont été amis de longue date. C'est leurs convictions radicalement différentes qui font qu'ils s'affrontent aujourd'hui.

Le personnage de Magneto réapparaîtra dans le numéro 3 en janvier 1964 avec son groupe de mutants : la Brotherhood Of Evil Mutants (la Confrérie des mauvais mutants). Un groupe composé de Mastermind (le Cerveau), The Blob (le Colosse), Toad (le Crapeau) et surtout Wanda Maximoff  alias Scarlet Witch (la Sorcière Rouge) et son jumeau Pietro Maximoff connu sous le nom de Quicksilver (Vif-Argent). Ce sont les enfants de Magneto. On découvre ainsi qu'à l'instar de Xavier, le méchant a une famille. Mais lui, c'est une vraie famille. Pourtant le rapport qu'entretient Magneto avec ses enfants n'est pas aussi proche que celui de Xavier avec ses élèves. Cela créera des sentiments de jalousie du côté de Magneto mais aussi des conflits internes qui, notamment, emmèneront les enfants à partir rejoindre les Avengers.

Pour ceux qui ne les connaissent pas, on pourrait décrire Lee et Kirby comme deux "hippies gauchistes". Soucieux des dangers des grandes découvertes du XXème siècle comme le nucléaire ou le voyage dans l'espace, ils mettaient souvent à profit ses thèmes pour raconter leurs histoires. Pour les X-Men, le duo décida de traiter également du racisme sous un angle super-héroïque. Vu que les les mutants sont nés de la sorte différents, ils provoquent malgré eux la haine et la peur. C'est ainsi, que naquirent les Sentinelles, des robots géants conçus pour traquer et abattre les mutants.

NOUVEAUX COSTUMES ET NOUVELLES TÊTES

En 1966, Stan Lee laisse sa place au jeune scénariste Roy Thomas (Avengers) qui officiera sur le titre jusqu'au début des 70's. Il est accompagné par des dessinateurs de renom comme Werner Roth, Neal Adams, Don Heck ou encore Jim Steranko.

Thomas donne un second souffle au titre qui commençait à être délaissé par le public. Il amène d'abord les héros à l'âge adulte (ou presque) et leur change leur costume. Exit l'uniforme "d'école". Chacun des héros a un costume personnalisé.

Ensuite, le scénariste tente d'intégrer d'autres personnages à l'équipe comme Mimic. Ce fut un échec. De ce fait, il décide de faire l'inimaginable : tuer le Professeur Xavier. Mais, il découvre à ses dépends que le groupe est complètement dépendant de son mentor.  Thomas tente alors d'ajouter deux nouveaux membres : Lorna Dane alias Polaris (X-Men #49) fausse fille de Magneto et Havok (X-Men #54) alias Alex Summers, le petit frère de Cyclops.

Ni l'ajout de deux X-Men - crédibles, Mimic ayant disparu depuis, ni certains épisodes mémorables comme X-Men #28 voyant l'équipe combattre Banshee un mutant manipulé mentalement, ni l'arrivée de dessinateurs de renom font redécoller les ventes de la série. Le public semble continuer de voir les X-Men comme des ados qui suivent aveuglément les ordres de leur mentor et, surtout, les lecteur sont las de lire la relation stagnante entre Cyclops et Marvel Girl, ou le premier refuse constamment  et stupidement de déclarer sa flamme à la jeune femme.

Bref, on quitte les années 60 avec des ventes en chute libre qui laissait penser que la série allait se terminer bientôt. Et pourtant...

À Suivre

[1] Je mettrai les traductions en français des noms entre parenthèses. [^]

  • Illy_Heligo

    Woah ! Déjà 50 ans ! Je ne m’étais pas rendu compte qu’ils étaient si vieux que ça !

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs