The Mighty Blog

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2

Star-Lord, Gamora, Drax, Yondu, Rocket Raccoon et Groot reviennent sur les grands écrans pour notre plus grand plaisir. D'autant plus que le réalisateur/scénariste James Gunn est toujours aux commandes. Voici notre critique sans spoilers du film Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 qui est bien cool !

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2

Par James Gunn • Avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Sean Gunn, Michael Rooker, Karen Gillan, Kurt Russell, Pom Klementieff, Vin Diesel, Bradley Cooper...
Musicalement accompagné de la "Awesome Mixtape n°2" (la musique qu'écoute Star-Lord dans le film), Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 poursuit les aventures de l'équipe alors qu'elle traverse les confins du cosmos. Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu'ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill. Les vieux ennemis vont devenir de nouveaux alliés et des personnages bien connus des fans de comics vont venir aider nos héros et continuer à étendre l'univers Marvel.

Vous allez rire. Vous allez pleurer. Et oui, le dernier film de Marvel Studios ne laisse aucunement insensible et propose un divertissement digne des meilleures productions Disney. Gunn a créé, mis en scène et dirigé une véritable machine à émotions qui marque à chaque coup. Sans compter les clins d'œil à l'univers Marvel - ou à la pop-culture en général - qui émoustillera n'importe lequel d'entre vous. Et, tout ça, dans un seul but : vous faire passer du bon temps comme le confirme le générique de fin complètement fou. Comme moi et les gens qui m'accompagnaient à cette séance, vous sortirez certainement de la salle avec un sourire scotché au visage.

Mais revenons à la base, présentons cette suite d'un film à succès dont les blagues et les personnages ont séduit des millions de personnes. Gunn ne rentre pas dans le piège de s'auto-référencer et de construire ce deuxième volet sur les acquis du premier. Il a fait une bonne analyse de ce qui se faisait habituellement afin d'éviter les pièges habituels. Il n'essaie pas de retrouver la dynamique du premier épisode, les personnages ont évolué et il respecte cela. Les références au premier film sont bien là mais elles sont quasiment toutes dans les premières minutes du film - notamment durant le générique d'ouverture complètement fou lui aussi. Et Gunn trouve un moyen habile pour que le groupe évolue à nouveau sans le déconstruire et, surtout, sans revenir sur ce qui a été acté à la fin du film précédent.

Gunn axe donc ce film autour de la famille. Le thème est très classique, et son traitement l'est tout autant puisque le réalisateur met en parallèle la famille biologique à la celle du cœur. Si cela ne brille pas par son originalité, il est excusé par le rythme qu'il impose à son film et, surtout, le traitement des personnages parce qu'ils vont encore évoluer à travers l'histoire. Cette évolution est similaire à celle du premier film dans sa dynamique mais elle apporte un intérêt nouveau ne nous donnant pas l'impression de revoir la même chose que dans le premier film. Il est également plaisant de voir que Gunn n'utilise pas les mêmes ficelles que Joss Whedon sur Avengers: l'Ere d'Ultron. Le parcours des Gardiens est nettement différent, plus centré sur le groupe que pour les Avengers qui était axé autour de l'histoire globale.

La force du premier film était clairement les personnages au détriment de la menace plutôt simpliste. Gunn ne change pas son fusil d'épaule, les personnages avant tout mais, cette fois, l'histoire est intimement liée. Chaque personnage - à part Groot - a son propre arc narratif dans lequel il va évoluer faisant progresser le groupe. Ainsi, l'ajout de nouveaux personnages - à savoir Yondu, Nebula et Mantis - à l'équipe permet à Rocket, Gamora et Drax d'avoir leur propre focus. Star-Lord (Chris Pratt) a le droit à un autre traitement - qui sera accéléré vers la fin - puisqu'il est le cœur du groupe. Le film paraît assez simple dans sa construction mais son écriture est vraiment recherchée. Le scénariste a vraiment pensé comment intégrer les nouveaux héros - qui ne sont pas forcément de nouveaux personnages - et que cela serve au groupe initial. Je dirais même que Gunn a pensé de même pour la menace qu'est Ayesha (Elizabeth Debicki) et les siens, ils ont un rôle précis à jouer en début de film mais qui évoluera vers la fin. 

Comme je l'écrivais ci-dessus, l'histoire est axée autour du thème de la famille avec comme élément central l'affiliation de Star-Lord à la planète vivante Ego (Kurt Russel). Bien évidemment, Gunn prend des libertés concernant l'astre créé par Jack Kirby mais l'essence du personnage est bien présent. Nous retrouvons des origines proches, des ambitions qui pourraient être celles de la planète dans les comics... Et puis, il ne faut pas oublier que Marvel Studios raconte sa propre histoire et, dans ce cas précis, l'histoire est très bonne à ce sujet. En tout cas, l'histoire tient bien la route. Même si chaque personnage va vivre un arc narratif, ce dernier s'emboîte parfaitement avec le cœur de l'histoire. Gunn a aussi bien travaillé son rythme afin de ne pas faire un film trop dense malgré la quantité de choses à raconter.

Si l'histoire principale semble basique, elle n'en est pas moins intense. Lorsque la menace se fait plus présente, nous craignons vraiment pour la vie des héros même si nous savons que cela est artificiel. Il y a même un moment à la E.T. pendant lequel on se met à pleurer alors que nous savons parfaitement qu'il ne s'agit que d'un ressort scénaristique. Gunn a tellement réussi son travail sur les personnages, sa mise en scène et la construction générale de son récit que ce genre de moment fonctionne complètement. Et puis, il y a des moments plus humains pendant lesquels les personnages se mettent à nu. Yondu (Michael Rooker) a le droit à une scène d'introduction de toute beauté. Nebula (Karen Gillan) est bien mieux travaillé et arrive à retranscrire la torture qu'elle a vécu et la raison qui la pousse à haïr sa sœur. Rocket et Star-Lord ont aussi des moments du genre.

Et comme je vous l'écrivais en début de critique, vous allez rire. Mais vraiment ! L'humour est omniprésent avec des blagues bien trouvées. La scène post-générique consacrée à Groot (avec la voix de Vince Diesel) est à se tordre de rire. D'ailleurs, ce Baby Groot est aussi mignon qu'hilarant, souvent malgré lui. Il n'est pas la seule source d'humour : l'innocence de Mantis (Pom Klementieff) vous fera marrer, le rire gras et moqueur de Drax (Dave Bautista) aussi, Taserface (Chris Sullivan) est un bon élément comique aussi. Et puis, il y a le caractère de Rocket Raccoon (avec la voix de Bradley Cooper) qui reste une source intarissable d'humour.

Et puis, il y a les scènes d'action ultra dynamiques et filmées malgré la déferlante d'effets. Dans ce registre, la part belle est aux dames puisque Gamorra (Zoe Zaldana) et Nebula est certainement les plus beaux moments - en plus d'avoir leur personnalité bien mieux travaillée que dans le premier volet. Rocket a son moment en solo absolument génial. Enfin, Yondu a le droit à une scène longue mais ultra-classe durant laquelle le réalisateur se fait plaisir - on pourrait même critiquer la longueur de cette séquence. L'action de groupe est plus chaotique dans sa forme avec une surenchère d'effets mais qui font le charme du film.

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 a du charme dans sa forme. L'affiche qui mélange l'influence de la fin des années 70 et celle du début des années 80 n'est pas gratuite. Gunn a utilisé ses références pour créer la direction artistique de son film. Le peule d'Ayesha est doré et on le dirait tout droit sorti d'une vidéo de disco filmée dans une salle de bornes d'arcade. Tout est fait à l'outrance, jamais avec mauvais goût et toujours avec démesure. En effet, côté effets spéciaux, Marvel Studios impose. Il y en a partout et même si on peut regretter une énième utilisation d'un monde fractal en fin de film, sa déconstruction devient complètement folle.

Toujours d'un aspect technique, James Gunn a aussi amélioré sa performance derrière la caméra. J'ai l'impression que Marvel Studios répond à ceux qui critiquaient que ses films manquaient de personnalité. Avec Doctor Strange, et maintenant celui-là, il est indéniable que les films sont les œuvres de réalisateurs respectant le cahier des charges du studio. Je l'ai toujours dit d'ailleurs mais, il est vrai que d'un point de vue technique Alan Taylor, Jon Favreau et Joss Whedon ne sont pas les réalisateurs avec une patte reconnaissable. Pour le cas de Gunn, on peut dire qu'il n'en a pas. Ces films ont toujours été bien léchés avec une direction d'acteurs exceptionnelle. Mais, sur ce deuxième volet des aventures des Gardiens, il ose des choses nouvelles. Il y a des plans incroyables - notamment la première apparition de Yondu, il arrive à donner du rythme aux blagues, il a réalisé une véritable source à gif animés, il filme bien mieux les séquences dans l'espace. Bref, là encore, c'est bien meilleur que le premier épisode.

La musique est omniprésente et Gunn utilise essentiellement la fameuse Amesome Mix Vol. 2 pour animer le film. Le score de Tyler Bates se veut épique mais, mélanger aux tubes de Fleetwood Mac ou de Electric Light Orchestra, il ne respire pas. C'est dommage parce que certains thèmes m'ont paru intéressant. En revanche, le sound design est tout simplement incroyable. David Acord est aux commandes, il travaille depuis des années sur le son de la licence Star Wars et il apporte quelque chose en plus. D'ailleurs, il n'essaie pas de singer le travail fait sur l'oeuvre de George Lucas, il essaie de créer un code sonore propre aux Gardiens de la Galaxie - à noter qu'il avait fait également un travail de dingue sur Avengers : L’Ère d'Ultron.

Ma dernière éloge ira aux bonus. Tout d'abord, les scènes post-génériques sont à l'image du film : il y a de l'émotion, de l'humour et du suspens. Elles ne vous laisseront pas insensibles. Lors de la projection presse, les bloggueurs comics ont balancé un gros "Woooooooooow" à l'une d'entre elles. L'autre élément auxiliaire marquant est le cameo de Stan Lee qui est... Là aussi, il y a eu un frisson d'excitation de la part des fans de comics. Mais, ce que je trouve intéressant est ce que Marvel Studios fait faire à Lee. Tout d'abord, je me dis qu'une figurine Funko Pop de l'auteur dans ce costume va certainement sortir. Ensuite, le studio lui rend véritablement hommage avec la dernière phrase qu'il cite. C'est autant dans l'humour que dans l'émotion. Et puis, il y a aussi un hommage non-caché à Jack Kirby dans ce passage. Il s'agit sans doute du meilleur cameo de Stan Lee, pour preuve je vous en parle depuis 6 lignes.

En résumé, si vous avez aimé Les Gardiens de la Galaxie, ce "Volume 2" est encore meilleur. Tout est fait en mieux et sans l'intention de raconter la même histoire que le précédent film. Ceux qui ont moins aimé le premier volet, celui-ci pourrait vous plaire. En tout cas, le film est léché, bien construit et réfléchi. S'il y a des défauts, le bon temps passé les efface et c'est la véritable preuve qu'il s'agit d'un très bon divertissement qui mérite toute notre attention.

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs