The Mighty Blog

Rowans Ruin

Mike Carey (Lucifer, X-Men, Suicide Risk) et Mike Perkins (Deathlock récemment, ainsi que plusieurs titres chez Marvel) ont décidé d'unir leur force pour profiter du terrain de jeu qu'offre BOOM! Studios pour écrire un comic d'horreur, au sens premier du terme.

BOOM! Studios offre un bac un sable assez intéressant pour les auteurs; dans la même lignée qu'Image Comics, la maison d'édition laisse beaucoup de latitude à des jeunes (et moins jeunes ici) artistes, qui peuvent ainsi publier leurs propres projets, souvent sous la forme de mini-séries. On peut citer Arcadia, Cognetic ou encore Last Sons of America.

Mike Carey et Mike Perkins ont décidé de nous parler d'horreur, de façon assez classique, dans Rowans Ruin. Pourquoi classique ? Ecoutez donc le pitch: deux femmes vont échanger leur maison/appartement, et il s'avère que l'héroïne, Katie, va se retrouver dans une maison, en Angleterre, qui semble ... hantée ! Ouais, ouais, rigolez, n'empêche que le premier épisode fonctionne SUPER bien. La mise en scène est plutôt tournée vers la modernité, nous présentant Katie via son blog ou bien ses échanges de messages avec Emily (celle qui prend sa place). L'introduction est assez classique, avec une mise une situation directe, un monstre, un appel au 911, une fille paniquée. Mais c'est assez accrocheur et donne envie de tourner les pages. La narration est assez étalée, plusieurs semaines peuvent se passer entre deux événements. Cela permet à Carey d'installer ses personnages plus rapidement, notamment leurs relations.

rowans-ruin-4

Suite aux cauchemars/visions que Katie a, elle va se lancer dans une enquête, cherchant à comprendre ce que la maison a d'étrange. Elle va donc se renseigner sur les précédents habitants ainsi que sur la famille (ou ce qu'il en reste) y vivant. Voilà où je m'arrête dans la description. Sans être très imaginatif, Rowans Ruin est bien fait. Les révélations sont bien distillées, et on joue donc à "qui est le tueur" avec un petit plaisir. Par contre, si je devais nommer un défaut, c'est cette dernière page, dont je ne me remets toujours pas, tant elle me semble mal caractérisée. Je ne comprends pas.

Sinon, niveau dessin, Mike Perkins a un style plutôt solide, à l'aise dans la pénombre. Sa mise en scène est impeccable (notamment dans ce premier épisode) et certaines de ses pages sont assez bien foutues, notamment elles évoquent le rêve ou les souvenirs. Andy Troy colorise plutôt bien l'ensemble, qui est comme on peut l'imaginer un peu sombre. Les contrastes sont plutôt bien pensés, et rendent le moment de la nuit très inquiétant ...

rowans-ruin-3-coverRowans Ruin

BOOM! Studios • Par Mike Carey & Mike Perkins
Sans être indispensable, Rowans Ruin est plutôt bien. En quatre numéros, les auteurs arrivent à bien mettre en place l'intrigue et l'ambiance qui va avec. Tout n'est pas parfait, mais le job est bien fait, et on passe un bon moment de lecture.

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs