The Mighty Blog

Planetary Tome 1

Urban Comics a commencé à publier les séries qui ont fait la gloire de Wildstorm, le label co-créé par Jim Lee en 1992 et racheté par DC Comics six ans plus tard. Parmi ces titres, nous retrouvons l'incontournable Planetary, le chef d'oeuvre de Warren Ellis et John Cassaday.

Planetary est une agence secrète qui enquête sur les plus grands mystères de notre monde : apparition de fantômes ou de monstres géants, mystères enfouis au centre de la Terre, problèmes interdimensionnels... L'agence envoie toujours une équipe de 3 enquêteurs, des êtres aux capacités uniques prêts à faire face à n'importe quelle situation. Il y a un homme ou une femme à la tête de Planetary qui est appelé le Quatrième Homme mais personne ne l'a rencontré ni entendu. Il donne ses ordres par intermédiaire et, même si parfois les enquêteurs s'en méfient, ils suivent les ordres.

La série s'intéresse à l'un de ses groupes d'enquêteurs qui vient de perdre dans des circonstances mystérieuses leur 3e membre. Mais le Quatrième Homme a trouvé l'homme idéal pour le remplacer : Elijah Snow. Il rejoint alors Jakita Wagner, une femme à la force et aux réflexes surhumains, et Le Batteur, un homme au look de cow-boy qui communique avec les machines grâce à ses baguettes de batterie. Ensemble, ils vont résoudre différents mystères à travers le monde. Mais, au fil des enquêtes, ils vont s'approcher du plus grand mystère de ce Monde : l'identité du Quatrième Homme.

Ce premier tome propose les 12 premiers épisodes de la série qui, avouons-le, sont là pour donner l'ambiance générale de la série et poser les bases d'une histoire bien plus ambitieuse qu'on retrouvera dans le deuxième tome (déjà disponible) mais qui réutilisera des éléments vus dans celui-ci. Donc afin de comprendre les enjeux et les personnages, il est important de tout lire.

Chaque épisode qui compose ce tome est une histoire standalone dans laquelle nos trois enquêteurs vont être confrontés à un mystère qui dépasse l'entendement comme retrouver la piste d'une équipe d'explorateurs japonais perdus sur une île remplie de Kaiju. Ellis remplit ses épisodes de référence comme Doc Savage, la Justice League, Godzilla, Les Seven Soldiers of Victory, The Spider, Constantine (personnage qu'a écrit auparavant Ellis) et, même, des films de série B des années 50. Le revers de la médaille est que, par moments, le lecteur sent la référence ou l'hommage mais n'arrive pas forcément à savoir d'où cela provient. Si cela ne gêne pas la compréhension globale de l’histoire de l'épisode - et encore moins celle de la série - cela peut préoccuper l'esprit et ralentir la lecture. Pourtant, le style de Ellis est très fluide et les explications des phénomènes est toujours faite avec une simplicité remarquable. Le scénariste n'essaie pas de noyer le lecteur dans des détails ou de rationaliser le tout, il le laisse apprécier la magie du moment. Et, c'est cette magie qui sublime Planetary.

La narration est pour le moins atypique. Ellis construit au fur et à mesure l'univers de la série qui, bien qu'elle se déroule dans celui Wildstorm, est autonome et nécessite aucun bagage particulier pour l'apprécier. Ainsi, plus les épisodes passent, plus le lecteur commence à collecter des informations qui viennent à se croiser puis à se regrouper par moments afin d'arriver à la révélation finale de ce premier tome. Je n'aime pas trop les comparaisons mais, cela permettra d'être plus clair dans mon propos : Planetary a une construction proche de ce que fait Steven Moffat sur la série TV Doctor Who depuis qu'il en est le showrunner. De là à dire que le producteur s'est inspiré du comicbook de Ellis et Cassaday, ça ne serait guère étonnant. En tout cas, la structure et le développement sont identiques.

Entre temps, il y a de grands moments marquants et originaux. Il y a des épisodes qui sont de véritables pépites : le quatrième qui voit un investigateur tomber par hasard sur une opération de Planetary avec des conséquences inattendues pour lui; le cinquième épisode, charnière pour l'intrigue principale, qui raconte sous forme de livre le passé du Docteur Brass et d'autres personnages croisés plus tôt dans le livre; et l'excellent neuvième épisode énigmatique avec des événements inattendus.

Ce tome 1 donne l'impression d'être dévoré - faut dire que les histoires sont passionnantes - mais il faut se dire que vous allez certainement relire ces histoires pour essayer d'en percer les mystères et d'analyser certains moments clefs lorsque vous aurez d'amples éléments en main. Vous verrez alors que l'intérêt de Planetary ne s'arrête pas à sa première lecture. Il y a une richesse folle, qui paraît complexe aux premiers abords, et lorsque vous la trouverez vos yeux brilleront de bonheur.

Le dessinateur a un style étonnant pour la BD américaine et, pourtant, il en respecte les codes. Il s'affranchit des proportions des personnages afin de garder l'efficacité de la narration et, en plus, il apporte une touche très personnelle. Il arrive autant à respecter les hommages du scénariste qu'à apporter ses touches personnelles. Il arrive aussi à donner de véritables caractéristiques physiques à ses personnages et une âme. Les situations grandioses auxquelles sont confrontées nos héros sont illustrées de la plus belle manière qui soit. C'est véritablement un régal.

Ce tome contient deux histoires annexes, dispensables pour la compréhension globale de la série. Tout d'abord, il y a un cross-over avec The Authority dessiné par Phil Jimenez qui nous dévoile les points communs entre Elijah Snow et Jenny Spark, leader du groupe de super-héros. C'est du grand spectacle comme nous offre Ellis sur l'autre titre Wildstorm. Nous retrouvons plus l'essence de Planetary dans la forme de l'épisode que le fond.

Le second one-shot est une enquête "classique" de Planetary qui emmène l'équipe à Gotham City avec une expertise du mythe Batman à travers ses incarnations cultes. Les dessins de Cassaday sont tout simplement magnifiques avec des hommages réussis à Alex Toth, Frank Miller, Neal Adams, Paul Pope et aux autres. Il s'agit seulement d'une cinquantaine pages de plaisir pur sans réel intérêt. Mais, il vaut mieux qu'il soit inclus dans ce tome qu'être publié à part.

Planetary Tome 1

Urban Comics • Par Warren Ellis, John Cassaday & Phil Jimenez • 28€00
J'ai l'impression de ne pas avoir trouvé de mots assez forts pour exprimer tout l'amour que j'ai pour cette série qui propose une intrigue globale très intéressante, une construction intelligente, des histoires à la fois mystérieuses marquantes et géniales, des dessins sublimes, et une aura atypique qui vous fera certainement chavirer. Planetary est certes complexe, invitant à la relecture, et c'est là que vous verrez toute la richesse de la série. Vous l'aurez compris, il s'agit d'un gros coup de cœur !

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs