The Mighty Blog

X-Men Legacy Tome 1

En attendant la série Legion sur OCS

En 2014, Panini Comics commençait à publier en album une série complètement folle liée à l'univers X-Men, X-Men Legacy de Si Spurrier, Tan Eng Huat et Jorge Molina, qui s'intéresse à Légion, le fils schizophrène du Professeur Xavier, qui apprend la mort de son père.

L'histoire se déroule immédiatement après Avengers vs X-Men, maxi-série dans laquelle le Professeur Charles Xavier est tué par Cyclope, possédé par le Phénix. Pendant ces événements, David Haller, fils du Professeur, et mutant doté de multiples personnalités qui lui apporte des pouvoirs différents. Il est alors dans un refuge où il apprend à maîtriser son pouvoir. Il s'est construit dans la tête une prison qui enferme en cellule chacune de ses personnalités. Il peut ainsi utiliser leur pouvoir sans se laisser consumer par la personnalité en question. Fier de cette maîtrise, Il attend son père qui lui a promis de rendre visite. Mais lorsque le Professeur Xavier vient à mourir, Légion la ressent et libère malgré lui toutes les personnalités des cellules de son esprit.

Essayant de maîtriser cette émeute psychique, Légion doit aussi composer avec une aventure un peu étrange. Un être venu de nul part lui informe que deux enfants sont en danger et qu'il doit les sauver. En plus, les X-Men​ le poursuivent. C'est bien seul contre tous - autant dans la vraie vie que dans sa tête - que David va devoir aller sauver ces enfants. Mais, est-ce une si bonne idée ?

Vous aurez bien compris que non. La règle numéro 1 est de ne pas écouter les êtres étranges qui apparaissent comme par magie devant soit. Mais, Légion est affaibli et se laisse emporter sans trop broncher. Le piège aurait été que Si Spurrier donne l'impression que David maîtrise la situation mais, heureusement, ce n'est pas le cas. Lorsque la créature lui parle, il doit faire face à l'émeute dans sa tête.

Spurrier arrive à alterner donc deux actions principales, celle dans le monde réel et celle dans la tête de Légion, créant un véritable chaos. Par moments, nous ne savons plus démêler ce qui est vrai de ce qui ne l'est pas. Nous nous attendons à chaque instant voir un X-Man constater que ce que perçoit David n'existe pas.

Mais le scénariste trouve surtout un canaliseur, un élément qui arrive à tout apaiser à la fin de ce tome. Alors que la folie atteint son paroxysme, tout redescend d'un seul coup laissant le lecteur souffler enfin après un rythme qui s'accélère à chaque épisode et qui devient de plus en plus intense. C'est souvent le signe d'une histoire passionnante. J'avoue que je n'y croyais pas trop avec le début de la série assez calme, Spurrier consacre le premier épisode à une mise en place des éléments centraux de la série et, clairement, il avait besoin d'un rythme lent parce que, quand ça part, ça aurait pu devenir brouillon sans ça.

L'album est dessiné par deux artistes au style différent mais pas si éloigné finalement. Tan Eng Huat a un trait étonnant. Il a une manière très personnelle de dessiner et je ne saurais trop expliquer comment. En tout cas, il y a de personnalité. Si le trait de Jorge Molina, qui officie pour la première fois dans un titre X-Men, est plus conventionnel, il joue d'avantage sur les cadrages et apporte beaucoup de dynamisme à l'ensemble. Du coup, que ça soit l'un comme l'autre, cela reste très agréable à lire et à suivre.

X-Men Legacy Tome 1

Panini Comics • Par Si Spurrier, Tan Eng Huat & Jorge Molina • 14€00
Derrière cette couverture complètement folle signée Mike Del Mundo se tient une histoire avec un gros potentiel : c'est à la fois fou, solide et maîtrisé. Du coup, je suis vraiment curieux de découvrir la suite des aventures de David Haller dans le vrai monde comme dans sa tête.

  • Anthony

    Cette série est géniale du début à la fin. Elle est passée complètement sous le radar, alors qu'elle développe son propre déroulement en marge de l'univers X-men sans le bouder. Legion est bien construit et son traitement au cours des 4 tomes qui constituent cette série est naturel. Sa relation avec Blindspot est étonnamment touchante et trouve toute sa puissance au fur et à mesure. Je me joins à votre avis tant cette aventure est barrée, décoiffante, touchante ... Je serai cependant moins enjoué sur le dessin de Tan Eng Huat que je n'aime pas spécialement. Les covers sont sublimes !

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs