The Mighty Blog

Civil War II: Kingpin #1

Avec le succès qu'il a eu dans la première saison de Daredevil sur Netflix, il était logique de voir Wilson Fisk, le Caïd (Kingpin en VO) mis plus en avant dans nos comics. A l'occasion de Civil War II, Matthew Rosenberg montre comment l'homme fait face à des héros quasiment divins... Attention, on spoil le principal enjeu de Civil War II !

Vous êtes toujours là ? Vous savez donc (ou vous allez l'apprendre, dernier avertissement !) que les héros Marvel se déchirent à propos d'un inhumain qui peut voir l'avenir. Là où on pense à Minority Report, ce numéro va encore plus loin en nous mettant du côté des criminels, qui sont implacablement arrêtés avant de commettre des crimes. J'ai eu un peu l'impression de voir un spoiler sur la suite de la saga, qui montrerait que Captain Marvel a obtenu gain de cause et peut donc mettre ses plans de prévention du crime en marche, mais ce n'est pas gênant. On se concentre ici sur le Caïd, fraîchement revenu à New-York (qui est visiblement le seul coin important du Marvel Universe), qui fait face à des héros qui arrête les criminels avant qu'ils ne commettent le crime. Coincé, il va devoir trouver une solution, qui sera en la personne d'un ancien associé, qui pourrait bien sauver ses affaires...

Ce numéro est étonnamment bien, et je dis ça parce qu'en général, les tie-ins des events ne sont pas fameux. Là, c'est une très bonne surprise, et plus intéressante que prévu. Montrer un criminel face à des héros omnipotents est une bonne idée, et Fisk est toujours un excellent personnage. Rien n'est embelli ici, il est toujours violent, maniaque, mais il a ce côté humain qui manque à beaucoup de ses compères. On comprend pourquoi il agit de la sorte, et s'il n'est pas défendable un seul instant, il reste tout de même intéressant, et surtout, imposant. Je ne dis pas ça pour son physique, même si Ricardo Lopez le dessine moitié humain, moitié monstre sanguinaire, mais bien dans ses actions. Il ne recule devant rien pour montrer qu'il est de retour, il en veut, et on rentre bien dans ses méthodes. Les dessins sont excellents sur cette moitié, jamais réalistes, et toujours centrés sur la violence. Le côté animal du personnage est génial, il en impose, et l'énergie crasse qui se dégage est magnifique.

La deuxième moitié de ce numéro plus long que d'habitude est centrée sur un nouvel associé de Fisk, qui sera au centre du titre, mais reste un peu moins réussie. Il y a des pistes intéressantes posées, comme le cosmique qu'on n'attendait pas du tout ici, mais le nouveau personnage, dont on ne peut dire grand chose sans spoiler, est moins intéressant que prévu. Cette origin story pourrait être utile pour la suite du récit, mais ce n'est pas vraiment indispensable. La première moitié se suffit déjà bien à elle-même, et c'est suffisant ! Dalibor Talajic s'occupe des dessins, et reste encore une fois correct, mais sans plus. Je ne suis pas fan des dessins de l'artiste, que je trouve plats et sans grande âme, mais au moins c'est propre.

Civil War II - Kingpin (2016) 001-000Civil War II: Kingpin #1

Marvel Comics • Par Matthew Rosenberg, Ricardo Lopez Ortiz & Dalibor Talajic • $3.99

C'est un tie-in surprenant, qui a plus à offrir que prévu. Pour une introduction, on retrouve bien le personnage violent et détestable, mais finalement très humain, et c'est agréable. La carrière de Fisk pourrait prendre un nouvel élan, et on suivra tout ça avec attention.

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs