The Mighty Blog

Justice League of America #3

DC Comics a lancé une nouvelle équipe de super-héros avec la série Justice League of America qui défend les opprimés et travaillent en proximité avec les gens qui en ont besoin. Sur, ce point, l'idée de Steve Orlando est plutôt bonne.

Lord Havok et les Extremists sont arrivés sur Terre et profitent d'une crise dans des pays de l'est pour s'y installer. La Justice League de Batman décide d'aider la rébellion.

Jusque-là, Steve Orlando avait focalisé son titre sur la situation exceptionnelle de l'arrivée de Lord Havok et avait montré que certains de ses héros ont beaucoup de tempérament. Mais, ce qu'il manquait était de montrer au lecteur le cœur de la formation, la raison pour laquelle ces super-héros sans la moindre affinité travaillent ensemble. L'épisode nous montre que l'équipe veut travailler avec et pour ceux qui en ont besoin, un peu comme les Champions chez Marvel.

Dans la réalisation, en revanche, ça pêche un peu. Le groupe demande aux rebelles ce dont ils ont besoin et ils finissent par aller taper sur les Extremists. L'histoire se déroule de manière étrange. Et puis, les combats entre les Leaguers et les Extremists est plutôt expédiée, Orlando balance les personnages dans des pays fictifs, brouillant le lecteur d'informations pas très claires et les mettant face à des ennemis qui ne sont pas forcément connus. Autant dire que voir Lobo faire face à Tracer sur la couverture pouvait être prometteur mais dans les faits, Lobo balance une blague le cigare en bouche et il fonce sur l'ennemi sans que le lecteur n'ait aucune crainte pour le héros.

Le manque d'empathie pour tous les personnages (héros comme vilains) empêche réellement de rentrer dans le récit et de donner un intérêt à la lecture. Finalement, c'est un peu le même problème que le premier arc de Uncanny Avengers par Gerry Duggan et la série s'en est plutôt bien sortie. Alors croisons les doigts.

Sinon côté dessins, toujours pas Ivan Reis annoncé lors des précommandes mais changé par Diogenes Neves à la dernière minute. Et, là, c'est un peu catastrophique. Si Lobo a beaucoup de classe, les scènes d'action sont incroyablement ratée. La dernière scène avec le batarang/missile qui passe par la fenêtre et le bouclier qui vole est simplement illisible. J'ai regardé à plusieurs fois pour essayer de comprendre et j'ai vu un manque flagrant de mise en scène.

Justice League of America #3

DC Comics • Par Steve Orlando & Diogenes Neves • $2.99
Bon, bon, bon, il y a du potentiel mais les personnages n'arrivent toujours pas à prendre le dessus, la situation est compliquée pour pas grand chose à tel point qu'on se demande quel est le plan de la Justice League qui nous a pourtant été expliqué. Un tel casting aurait mérité mieux...

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs