The Mighty Blog

Secret Empire #1

Hail Rogers ?

Cette fois c'est bon, Secret Empire est vraiment lancé après un excellent prologue et un fascicule du Free Comic Book Day controversé. Nick Spencer lance son Steve Rogers dans un chapitre décisif de sa vie, aidé par Steve McNivenAttention, si vous suivez en VF, on va devoir spoiler le principe de l'event.

Si vous êtes là, vous avez lu le prologue, voire la série Steve Rogers, donc vous savez que notre Steve préféré a été transformé en agent de l'Hydra par le cube cosmique qui a réécrit ses origines. Sauf que quand le plus grand soldat au monde se transforme en bébé nazi, ça va forcément faire des dégâts, et autant dire qu'ils y sont allés fort.

Ce début m'a fait penser au premier numéro d'Age of Ultron (avant que ça ne devienne nul). On arrive après une grosse ellipse, les héros ont magistralement perdu, et alors qu'on pensait que ça ne pouvait pas être pire, l'auteur nous montre que si, il lui en reste beaucoup en réserve. Sans trop dévoiler l'intrigue, on dira que Steve Rogers a monté une société totalitaire par excellence, et que les héros restants doivent se terrer sous peine d'être exterminés. Peloton d'exécution, culte de la personnalité, police secrète qui traque les opposants, tout y passe, et c'est très  sombre.

Marvel a mis le paquet en embauchant Steve McNiven, aidé par les couleurs très chatoyantes de Matthew Wilson. L'artiste fait un boulot excellent en travaillant beaucoup sur ses visages et sur les émotions (son Steve est passionnant artistiquement parlant), mais le contraste entre la beauté des pages et l'horreur qui en découle frappe. Je savais que ça allait être sombre, mais là il n'y a pas à dire, on est plus proches d'une défaite totale que d'un event où les héros vont sauver tout le monde. La comparaison avec l'event de Brian Michael Bendis est légitime, en ce sens que pour une fois, je ne vois pas comment nos personnages vont pouvoir s'en sortir sans réécrire la réalité. Marvel met le paquet pour cette histoire, après un Civil War II très politique mais peu porté sur l'action.

Le rythme est par ailleurs parfait pour ce premier numéro. Sur la cinquantaine de pages du numéro, on découvre une situation inédite mais pleine de non-dits, désespérée certes mais pas sans fun. Ça reste du Nick Spencer, donc quelque chose de très porté sur l'humain plutôt que sur le super-héroïque, mais avec toujours un travail sur les personnages poussé. Il est difficile de savoir ce qu'est vraiment ce Steve Rogers, et la dernière scène laisse penser que les menaces vont venir de partout.

Du coup, je suis vraiment enchanté par cet event. Je ne doutais pas du tout de Nick Spencer, mais ce premier numéro m'enthousiasme terriblement. On nous promet que le retcon n'arrivera pas, mais même si c'était le cas, je serai là pour la suite. Pour un début, c'est presque parfait. Espérons que la suite maintienne le rythme...

Secret Empire #1

Marvel Comics • Par Nick Spencer & Steve McNiven • $4.99
Je t'aime, Nick Spencer. Tu es un monstre et tu joues avec mon coeur: tu me fais croire qu'il reste de l'espoir, et tu détruis tout sur ton chemin. Impossible de savoir ce que ça va donner, mais Secret Empire promet beaucoup !

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs