The Mighty Blog

Youngblood #1

Pour les 25 ans de Image Comics, Rob Liefeld relance (une énième fois) Extreme Studios et sa série phare, Youngblood. Il confie l'histoire à Chad Bowers et les dessins à Jim Towe qui emmènent l'équipe de Shaft dans une toute nouvelle direction.

Un jeune super-héros disparaît mystérieusement. Il s'appelle Man-Up et l'une de ses partenaires s'inquiète. Ne pouvant compter sur la police, ni sur une application qui permet aux gens d'appeler à l'aide des super-héros, elle décide de faire appel aux ex-Youngblood. En effet, l'équipe a été démantelée pour diverses raisons et certains membres sont même emprisonnés. Mais l'apparition de Crime Condor à Baltimore va forcer le Président des Etats-Unis à faire sortir Shaft et Badrock de prison.

L'histoire est un peu confuse surtout que dans un premier temps, il est difficile de comprendre s'il s'agit d'un reboot ou d'un relaunch. Liefeld n'est pas du genre à redémarrer les choses et il assume toutes les histoires écrites - et pas forcément parues d'ailleurs - sur ses personnages. Et, il s'avère qu'il s'agit bien de la continuité de la précédente série même si un temps encore inconnu s'est écoulé entre les deux volumes.

Clairement, Bowers n'a pas l'intention de tout nous dévoiler maintenant et préfère focaliser sur son intrigue de jeune super-héros disparu afin d'introduire la nouvelle Vogue - en quelque sorte sa pierre à l'édifice. Aussi, il a la bonne idée de montrer une vision large du monde dans lequel évolue les personnages. Il tire ainsi des précédentes séries certains éléments afin de les placer à des endroits différents - je pense notamment à Die Hard - afin de sortir Youngblood de son image de pastiche de Avengers ou de JLI. Et, pourtant, impossible de ne pas voir en Man-Up, un pastiche de Spider-Man. Clairement, Bowers arrive à doser ce côté hommage qui fait intégralement partie de la licence.

Ceux qui ont lu X-Men '92 reconnaîtront la patte de l'auteur qui justement avait réussi le même exploit chez Marvel mais, aussi, avec son mélange entre politique et super-héroïque. Malheureusement, il y a toujours les mêmes défauts à savoir que les transitions sont brutales que tout est un peu confus. Et même si les dessins de Jim Towe ne sont pas désagréables et malgré sa maîtrise en terme de narration, il n'a aucun moyen de rendre ça plus fluide.

En tout cas, Bowers semble canaliser l'énergie et l'essence de Youngblood en focalisant sur un petit groupe de personnages, les autres étant plutôt observateurs. Mais, il faut compter sur Rob Liefeld pour contre-balancer. Il scénarise et dessine une back-up story dans laquelle il fait revenir Kirby - le personnage au faciès du King - et Black Rock. Autant dire qu'il est déjà parti pour nous raconter une autre histoire en rajoutant son lit de personnages sans laisser le temps au lecteur d'apprécier les autres. En tout cas, ces quelques pages sont plutôt jolies pour du Liefeld - comprendra ça comme un compliment celui qui le veut bien.

Youngblood #1

Image Comics • Par Rob Liefeld, Chad Bowers & Jim Towe • $3.99
Ce début de série a quelque chose d'accrocheur malgré des défauts qui pourraient devenir gênant sur du moyen-court terme. En tout cas, c'est toujours une bonne idée lorsque Liefeld confie ses enfants à d'autres auteurs... Le plus dur sera certainement lorsqu'il recommencera à reprendre les rennes du titre.

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs