The Mighty Blog

Infinity Wars : tout ça pour ça ?

Un nombre infini d'épisodes pour une histoire qui laisse un goût amer

Marvel Comics vient de terminer la publication de Infinity Wars aux États-Unis, une saga qui s'est éparpillée sur un paquet de titres mais, clairement, l'implication ne valait pas la chandelle.

À la base, l'intrigue de Infinity Wars n'est pas prévue pour être celle d'un event, il s'agissait en réalité de l'intrigue prévue par Gerry Duggan pour sa série All-New Guardians of the Galaxy. Sauf que lorsque le nouvel éditeur-en-chef de Marvel, C.B. Cebulski, a entendu le pitch il s'est dit que les ventes de la série n’étaient pas satisfaisantes vu l'ampleur de l'histoire. C'est la raison pour laquelle il a fait de celle-ci celle d'un event mais, afin que le lectorat connaisse les tenants et les aboutissants, il décide de d'arrêter le titre sur les Gardiens de la Galaxie afin de la remplacer d'une mini-série prologue qui aurait plus de visibilité.

Dès lors, il y a quelques problèmes qui se posent. Tout d'abord, une intrigue d'une série qui devient un event, cela n'est pas forcément probant. La preuve avec Axis de Rick Remender qui semblait handicaper par son statut de maxi-série centrale. En tout cas, nous n'aurions pas jugé la qualité de la série de la même manière si elle était restée dans le titre Uncanny Avengers. Le fait de présenter une histoire comme événement n'est pas anodin et les attentes sont alors décuplées - ne serait-ce qu'à cause du prix de l'épisode du titre principal. L'autre problème qui est inhérent à Infinity Countdown c'est qu'elle n'est pas aussi accessible que les titres Road To Civil War par exemple, il s'agit de la suite immédiate à Guardians of the Galaxy créant déjà une sensation étrange que cet event n'a pas été repensé en tant que tel.

En plus de changer l'aspect éditorial de la série sur les Gardiens de la Galaxie, il y a une volonté d'étendre la saga à l'univers entier Marvel. Du coup, Duggan introduit une nouvelle Infinity Watch - qui va régulièrement changer de forme ceci dit en passant - mais, aussi, créer des tie-ins différents qui focalisent sur ces personnages. Là encore, le signal éditorial est fort : il y a plein de tie-ins, cela incite à penser que Infinity Wars - alors que l'event n'a pas débuté - est très important. En plus, la série sur Thanos - écrite par Donny Cates - se métamorphose également pour amener le personnage aux portes de Infinity Wars. Il y a donc du ramdam qui se crée faisant croître l'impression que l'événement sera vraiment important.

Il faut quand même se mettre en tête que la route vers Infinity Wars c'est 16 numéros différents sans compter ceux sur Thanos, 16 numéros dont le prix varie entre $3.99 et $4.99.

En plus, avant que l'event ne commence réellement, Marvel nous propose un prologue - très intéressant et prometteur - rajoutant une couche : la mini-série à suivre aura de l'ampleur cela ne fera nul doute.

Et puis, l'événement débute et nous sommes perdus. Il y a des choses incroyables comme Requiem ou le rôle de Loki au début mais tout se perd dans une mélasse sans importance. À tel point qu'on se demande si l'importance initiale du récit n'a pas été diminué au fil du temps d'un point de vue éditorial, le turning point de la saga aurait pu avoir un effet considérable sur l'univers Marvel à l'instar de Age of Apocalypse et de Secret Wars sauf que Infinity Wars se déroule à quelques mois seulement d'un relaunch (Fresh Start), du coup en proposer deux autres à si courte distance aurait été périlleux. De ce fait, Marvel Comics décide d'un entre deux : le monde créé de toutes pièces par Requiem fait l'objet de mini-séries (les fameux Infinity Warps) qui sont publiées en parallèle de celles de l'univers régulier qui se soucie peu des événements qui se déroulent dans Infinity Wars.

 

Cela donne donc 26 numéros à acheter - avec des prix oscillant entre $3.99 et $5.99 - si on compte donc les titres Infinity Warps, les one-shots et la mini-série sur Sleepwalker.

Mais, finalement, que devons-nous retenir de tout cela ? Est-ce que la lecture de ces 61 épisodes - en incluant All-New Guardians of the Galaxy, Guardians of the Galaxy, l'Annual de Thanos, et tous les numéros listés ci-dessus - en valaient la peine ?

La meilleure réponse est "c'est compliqué".

Infinity Wars et Infinity Warps, vu le prix des single issues, ne servent à rien. La situation entre l'épisode 2 de la mini-série principale et le one-shot concluant le tout ne change pas ou peu. Loki a fait une découverte mais le lectorat ne sait pas de quoi il s'agit, qu'en à Requiem elle reviendra mais le personnage n'a pas évolué du début jusqu'à la fin. Il y a bien eu la mort d'un personnage mais, elle a presque été annulée l'épisode suivant. Il n'y a que le sort des Pierres de l'Infini qui a vraiment changé entre le début de la mini-série et sa fin. En revanche, Infinity Countdown et le one-shot prologue forment une longue mise en place redéfinissant l'univers cosmique de Marvel. Celle-ci servira certainement à mieux comprendre le point de départ de la prochaine série Guardians of the Galaxy écrite par Donny Cates. Les tie-ins n'ont pas l'air d'apporter grand chose, en revanche.

Ça n'empêche pas que si j'ai passé du bon temps avec Infinity Countdown, Infinity Wars a été une lecture laborieuse et ma déception est bien présente puisque cette mini-série était censée être le point culminant d'une mise en place presque géniale, alors qu'en réalité il s'agit d'un hub mercantile destiné à vendre des ersatz titres Amalgam Comics et a passé le relais à Donny Cates tout en introduisant une autre mini-série sur Wolverine cette fois qui semble récupérer les pierres de l'Infini, Wolverine: Infinity Watch.

La saga commence en France... Enfin, l'histoire de Duggan continue sous une autre forme puisqu'elle obtient un bimestriel qui porte le nom de Infinity Wars et vous devez vous dire que la lecture de cette revue - à 7€50 pièce - est inutile... Très sincèrement, je vous conseille de l'acheter tout de même si vous êtes fan de l'univers cosmique, parce que le début en vaut la peine. Ensuite, nous pouvons compter sur Panini pour faire un travail éditorial afin de sélectionner les bonnes mini-séries à inclure dedans. Peut-être même que nous aurons le droit aux titres Infinity Warps qui, a défaut d'être intéressants, sont ultra funs. Du coup, la lecture sera plus jouissive que d'acheter directement l'album dont la lecture sera forcément décevante et dans lequel il n'y aura rien pour relever l'intérêt.