The Mighty Blog

Les minorités dans les comics

En ce moment, les sites internet et les internautes recensent les minorités dans les comics - et certainement ailleurs - cherchant à démontrer qu'il y a un soucis concernant la suprématie des hommes blancs dans ce média. Mais l'indicateur est le chiffre qu'on obtient ou le fait qu'on se sente obligé de compter ?

Clairement, il n'y a pas besoin de compter pour savoir qu'il y a en un. Surtout si on s'attache seulement aux figures emblématiques. Le lecteur fidèle aux comics sait que dans les seconds couteaux il y a une multitude d'homosexuels, d'asiatiques, de femmes, de noirs et depuis peu d'arabes. Et, justement, ce ne sont que des seconds couteaux (lorsqu'il ne s'agit pas de supporting cast). Ça serait donc bien venu de voir plus de diversité en tête de file.

Ce que je trouve dommage c'est qu'on se sente obligé de compter ces minorités. Si on arrive à ce point c'est que, peut-être que le problème est plus profond que je n'osais l'imaginer. En effet, en quoi voir un personnage noir ou suivre les aventures d'un homosexuel devrait être surprenant ? On devrait en voir plus souvent ET ne pas devoir le relever. Pourtant, chaque fois qu'un personnage change pour laisser sa place à un noir ou à une femme, on entend ceux qui sont choqués comme si ça les dérangeait de suivre les aventures d'un noir ou d'une femme.

Le plus grave c'est qu'on puisse penser que de mettre un acteur noir dans un film pour incarner un personnage blanc dans le comics, ou mettre Sam Wilson en Captain America soit un quota. Une obligation. Là, je trouve ça honteux qu'on en arrive à ce point. Et si, tout simplement, Rick Remender veut écrire un personnage noir parce que ça lui plait ? Après tout Chris Claremont a pendant des années écrit les aventures d'une femme noire et en a fait la leader des X-Men battant même un homme. Tout un symbole, c'est vrai. Mais aussi, Chris Claremont l'a dit maintes fois, il aimait écrire Storm, rien de plus.

Je ne relèverai pas ici les différents arguments que j'ai pu lire ici ou là qui justifiaient que Johnny Storm ne pouvait pas être un personnage noir dans le prochain film Fantastic Four ou pourquoi Thor ne peut pas être une femme en 2014 (bizarrement dans Earth X en 1997, ça ne gênait personne). Apparemment, il serait plus simple d'accepter qu'un personnage avec une peau faite de pierres ou un super-soldat qui à chaque fois qu'il lance son bouclier défit les lois de la gravité que de voir un personnage changer de sexe ou devenir homosexuel.

Je pense qu'on pourra s'estimer heureux lorsqu'un scénariste proposera un personnage issu d'une minorité et que personne ne réagira. On lira le comics avec délectation comme s'il n'y avait rien d'extraordinaire. Malheureusement, j'ai l'impression que ce jour n'est pas près d'arriver.