The Mighty Blog

On passe de Byrne à Bendis...

Quel est le lien entre Alpha Flight par John Byrne et Guardians Of The Galaxy par Brian Michael Bendis ? Pas grand chose, à part , cette impression que les deux scénaristes ont eu le même problème : ne pas savoir quoi faire faire à leurs héros.

Voici un Grumpy Post qui me trotte en tête depuis quelques temps. En fait, depuis que j'ai vu une série de tweets signée Erik Larsen à propos d'une remarque de John Byrne concernant Alpha Flight. Le scénariste de Savage Dragon revenait sur des propos de Byrne concernant la difficulté qu'a eu Byrne à écrire l'équipe de super-héros canadien. Le co-créateur de l'équipe s'est vu imposer la série par Marvel. Dans un sens, ça lui faisait plaisir de retrouver ces personnages qui partagent la même nationalité que lui mais d'un autre côté, selon Byrne, ces héros ont été conçus pour figurer dans Uncanny X-Men pas pour vivre leurs propres aventures. Du coup, il était comme contraint de raconter des histoires sur des personnages dont il ne savait pas quoi faire. Et, ça se pouvait se sentir à la lecture.

Selon Erik Larsen, le problème ne vient pas des personnages ni de leur nature mais du scénariste qui n'a pas fait le boulot pour lequel il est payé. Surtout que lorsqu'on fait le constat sur la série, cette "erreur" de départ est restée dans l'ADN de l'équipe. Le scénariste de Savage Dragon affirme que si des personnages ne sont pas faits pour être ensemble, l'auteur doit trouver des prétextes et créer la situation qui provoquera l'alchimie. Un peu comme dans Avengers #1 de Stan Lee et Jack Kirby ou les New Avengers de Brian Micheal Bendis. Et c'est justement de lui dont je veux parler actuellement.

On retrouve le problème de John Byrne sur Alpha Flight dans Guardians of the Galaxy de Bendis. En effet, vu la nature du groupe créé dans une certaine urgence, les Gardiens étaient voués à disparaître avec Star-Lord à la fin de The Thanos Initiative. Gamora, par exemple, aurait dû retourner méditer dans son couvent à la mort de Thanos. En plus, on voit bien avec la série Annihilators que les Gardiens ont été "remplacés" par un groupe d'élite surpuissant et que la raison d'être de l'équipe n'est plus. Mais, avec un film approchant, Marvel avait pour intérêt de ne pas attendre la sortie de l'adaptation pour remettre sur pieds l'équipe. D'abord dans Avengers Assemble puis dans la dernière série en date. Et pour réaliser cette lourde tâche, l'éditeur confie la mission à leur scénariste superstar : Brian Michael Bendis.

Reformer une équipe dont le leader est mort et qui n'a plus aucune raison d'être n'est pas une tâche évidente mais le scénariste part sur le principe qu'il doit relancer la série avec et autour du leader. Il leur confie également une mission : protéger la Terre... Mais de quoi ? Malgré le démarrage sympathique avec Bendis qui ramène les origines de Star-Lord dans l'équation, la formule ne prend pas. Non pas parce que ça traîne en longueur, mais parce que "protéger la Terre" n'a aucun sens. Et comme nous le démontre finalement Bendis lui-même dans les épisodes tie-ins à Infinity, Star-Lord et les siens n'en sont pas capables. L'appel de Quill aux Avengers est un symbole fort ; c'est l'équipe de Captain America les protecteurs de la Terre.

Parti d'un mauvais départ et avec certainement l'ambition de Marvel de ne pas trop toucher au noyau dur de l'équipe pour s'en servir comme présentation de l'équipe auprès du public intrigué par le film, Bendis tourne en rond. Finalement, c'est dans l'arc précédent, dans lequel les Gardiens sont éparpillés à travers l'univers par le père de Star-Lord, que le scénariste parvient à créer une cohérence à l'équipe. Il rebondit ainsi sur la tendance de Marvel à vouloir vendre Star-Lord, Gamora, Drax, Groot et Rocket Raccoon comme des amis de longue date. Et c'est non pas de s'imposer une mission qui le fait exister mais tout simplement  d'être amis. Il est trop tôt pour dire si la sauce prendra mais déjà trop de lecteurs ont perdu espoir dans la série (comme le prouve Toine ici). Pourtant cette formule, en film, marche très bien.