The Mighty Blog

Les 5 sagas récentes les plus décevantes

Il y a deux types de mauvaises lectures : celle qu'on sait être consternante rien qu'à la couverture (Rob Liefeld, je te regarde !), ou celle qui promet énormément, et déçoit malgré tout. Celle qui brise vos espoirs, gâche le goût de la lecture pendant des semaines, salit le lecteur. La pire. 

Batman : Death of the Family

2645248-enhanced_buzz_wide_18050_1349834894_2

DC Comics • Par Scott Snyder & Greg Capullo
Autant attaquer directement, et faire grincer des dents : non, Death of the Family n'était pas une bonne saga, ni même une bonne histoire de Batman, et encore moins une bonne histoire tout court. On nous promettait tellement dans les premiers numéros (cette scène dans le commissariat avec le Joker venu chercher son visage ! L'attaque d'Alfred!) que le côté Grand Guignol n'a finalement pas eu sa place par la suite. Pire encore, le dénouement est un exemple parfait de "Regardez toutes ces conséquences ! Bah non en fait on rigolait, ça changeait rien !". Il faudra attendre des mois pour enfin lire une ébauche de résolution dans la série Batman & Robin. Ça tiendra en deux pages.

Ultimates 3 / Ultimatum

marvel-ultimate-comic-collection-on-dvd-666c

Marvel Comics • Par Jeph Loeb, Joe Madureira et David Finch
Aucune excuse pour cette immondice. Les deux premières "saisons" d'Ultimates, les Avengers de Millar et Hitch, sont très certainement ce qui se fait de mieux en comic-book, et contrastent encore plus avec le gâchis qu'en a fait Loeb. Il semble n'avoir pas compris ce qui faisait le charme de la série, et se vautre dans le vulgaire le plus complet, une écriture saccadée et incohérente, et termine l'age d'or de l'univers Ultimate dans Ultimatum. Véritable hécatombe sans aucun sens, la saga aura mortellement blessé cet univers, qui se traîne à l'agonie depuis.

Guardians of the Galaxy (vol. 3)

Guardians-of-the-Galaxy_1

Marvel Comics • Par Brian Michael Bendis et lui seul, vu qu'au moins les dessinateurs respectent le lecteur
Le titre qui me fait pleurer chaque semaine devant mon autel dédié à Giffen, Abnett, et Lanning. Le titre où il ne se passe absolument rien. Le titre vide par excellence, honteusement mal écrit (les dialogues de Bendis qui tournent en rond, la rhétorique pompeuse vue et revue) et désespérément inutile. Le titre qui prouve que Bendis, un de mes auteurs préférés, est capable de se vautrer lamentablement. Il ne s'y passe quasiment rien, et après plus de vingt numéros, il n'y a eu aucun changement. On a eu quelques bons numéros (les numéros liés à des events en fait), mais bien vite noyés dans l'ennui de ce qui venait après. Pitié. Arrêtez. Je ne tiens plus.

The Mighty Thor

The Mighty THor

Marvel Comics • Par Matt Fraction
J'adore Matt Fraction. Il est incroyable sur Hawkeye ou Sex Criminals, mais ses titres "héroïques" sont en général mauvais. J'étais tellement heureux de le voir arriver sur Thor, surtout épaulé par Coipel, qui a par ailleurs dessiné certaines de ses plus belles pages sur le titre. Mais le dessinateur ne tient pas la durée, quitte le navire, et se voit remplacé par différents dessinateurs, plus ou (beaucoup) moins talentueux. Fraction patauge, son Fear Itself consternant empêche la série Thor d'être intéressante, et la série sera bien vite oubliée de tous. Tellement dommage, surtout quand on voit le premier arc qui oppose Thor à Galactus, absolument incroyable...

Thunderbolts (vol. 2)

2588839-1347466651

Marvel Comics • Par Daniel Way et Steve Dillon
Comment un titre aussi prometteur a pu être aussi mauvais ? Comment avec des personnages aussi géniaux, le titre a pu être pitoyable sur ses débuts ? C'est simple. Daniel Way, et Steve Dillon. Le premier est un mauvais écrivain, très lourd dans son propos et sa narration, et ennuyeux au possible. Le second est une ancienne légende, qui a décidé d'arrêter de dessiner, et se contente d'agiter des calques sur une feuille blanche en espérant que ça passe. Du coup, c'est non seulement laid et vide, mais en plus tous les personnages se ressemblent, il n'y a aucun mouvement, et même pour du Dillon, c'est immonde. La série a failli couler jusqu'à l'arrivée providentielle de Phil Noto et plus tard Charles Soule, qui a su donner un coup de fouet à la série. Mais ce début, quelle purge...