The Mighty Blog

Silver Surfer (NES - 1990)

En 1990, la Nintendo Entertainment System commençait à vivre ses derniers instants. Malgré l'arrivée de la Megadrive - console plus puissante du concurrent Sega, le succès était au rendez-vous. Du coup, de nombreux jeux sortaient. Il était donc difficile de se faire une place. Arcadia Systems pensait qu'avec un jeu sur la licence Silver Surfer l'éditeur allait sortir son épingle du jeu. C'est raté.

Silver_Surfer_NES_box

Dans les années 70 et 80, les jeux vidéo qui reprenaient des licences de comics prenaient également de grandes libertés dans leur adaptation. Silver Surfer est l'un des exemples. S'il ne s'agit pas du cas le plus flagrant puisqu'on retrouve des personnages de l'univers Marvel, l'histoire prouve que les développeurs n'étaient pas de grands lecteurs de comics.

Au début du jeu, Galactus convoque le Surfeur d'Argent afin de lui demander de sauver l'univers. Faisons comme si Galactus n'aime pas trop qu'on touche à son garde-manger. En tout cas, Silver Surfer obéit et il va combattre 5 ennemis qui menacent l'univers : Dorrek VI, l'empereur Skrull, Reptyl un ennemi de seconde zone vu dans les pages de Silver Surfer, Mephisto, Possessor et, étrangement, Fire-Lord devenu méchant pour les besoins du jeu.

Tout comme dans les jeux Mega Man, le joueur choisit le boss qu'il veut affronter. Il doit ainsi finir le niveau qui est attribué au méchant sélectionné avant de l'affronter et s'approcher de la fin.

silversurfer1

Arcadia Systems a eu la bonne idée de faire du jeu un shoot'em up. Ne sachant pas lequel choisir, ils ont opté pour une alternance de scrolling. Dans le niveau de Reptyl, en défilement horizontal, le surfeur peut survoler l'eau mais aussi voler tout tranquillement dessous. À moins que ça ne soit pas de l'eau, mais ça y ressemble énormément. Les niveaux en défilement vertical sont très pauvres graphiquement. Quant aux ennemis rencontrés sont peu nombreux - environ 4 différents par niveau - et n'ont aucun intérêt en terme de difficulté. Pour la plupart, ils se contentent d'être présents à l'écran.

Vous me direz qu'avec un challenge inexistant et seulement 5 niveaux, le jeu n'a pas un grand challenge. Vous avez tord. Le premier challenge est de supporter les contrôles trop rigides du surfeur. Mais, le plus gros défi est de comprendre le sixième niveau qui est débloqué lorsque le joueur bat les 5 vilains. Dans ce dernier niveau, Silver Surfer va affronter un nouvel ennemi. L'encart en bas de l'écran nous montre qu'il s'agit de Mr Sinister. Un choix très étrange en soi, mais ce qui l'est encore plus c'est que lorsque le joueur arrive en fin de niveau, ce n'est pas le méchant des X-Men qui est présent mais un géant rose tenant un pistolet à la main (en image ci-dessous) et marchant de droite à gauche puis de gauche à droite et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il meure sous les coups des bulles cosmiques qu'envoie le Silver Surfer. Certaines personnes pensent qu'il s'agit d'une Sentinelle, peut-être une Kree ou alors Mastermold... Certains pensent quil s'agit de Thanos ou de Galactus. Ce dernier est un peu étrange puisque c'est lui qui demande à Norin Radd de sauver l'univers.Pour moi, le mystère reste entier. En tout cas, à la fin Silver Surfer récupère l'appareil cosmique qui menaçait l'univers et le surfeur s'en va cacher l'appareil loin de toutes les convoitises.

silver-surfer-final-boss

Tout n'est pas mauvais dans le jeu. En effet, la musique est encore appréciée de nos jours par les fans de musique 8-Bit. Elle est même considérée comme un exemple du genre. Si vous aimez le genre, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous afin de l'apprécier. Pensez également à regarder la fin du jeu et me dire si vous arrivez à déterminer qui est le boss final.