The Mighty Blog

The A-Team

Lorsque Marvel Comics adapte L'Agence Tout Risques

Ce mois-ci dans notre chronique qui déterre des comics du passé, nous nous intéressons à l'adaptation d'une série télé en comics, celle de L'Agence Tout Risques avec The A-Team de Jim Salicrup et Allan Kuperberg, mini-série de 3 épisodes publiée par Marvel Comics.

The A-Team est une mini-série en 3 épisodes publiée entre mars et mai 1984 par Marvel Comics. Elle adapte la célèbre série TV connue en France sous le nom de L'Agence Tout Risques diffusée aux Etats-Unis de 1983 à 1987 et produite par la NBC. Il s'agit de la création originale de Frank Lupo et Stephen J. Cannell.

L'histoire ne dit pas comment Marvel Comics mais il parait évident que vu la popularité de l'émission et celle de l'éditeur, l'association s'est faite de manière naturelle, l'un voulant profiter de la notoriété de l'autre.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas la série télé, la A-Team - ou Agence Tout Risques en français - est une petite équipe de mercenaires recherchée par le Gouvernement américain depuis 1972. Ce commando de crack a en effet envoyé en prison par un tribunal pour un crime qu'il n'a pas commis mais ils ont réussi à s'échapper de la prison fédérale. Depuis, ces hommes - aidés d'une femme - aident la veuve et l'orphelin tout en essayant de prouver leur innocence.

L'équipe est composée de John "Hannibal" Smith, le leader du groupe qui aime les cigares et qu'"un plan se déroule sans accroc", Templeton "Futé" Peck le beau gosse de l'équipe qui a beaucoup de bagout, Henry "Looping" Murdock le pilote marginal et, enfin, la star de la série Bosco Albert "Barracuda" Baracus le mécanicien très musclé et au look marquant avec son mohawk et ses chaîne en or autour du cou. Ils sont donc aidés par une femme qui, dans les comics, est leur première partenaire, Amy Amanda "Triple A" Allen.

Bien qu'il s'agisse d'une série limitée, l'ensemble des 3 épisodes sont indépendants. En effet, chaque numéro est une histoire one-shot et il n'y a aucun fil-rouge reliant les intrigues.En même temps, chaque épisode est conçu par une équipe créative différente.

Dans le premier épisode, Jim Salicrup est aidé par Marie Severin au scénario. Cette dernière signe également les dessins sous la supervision de John Romita. L'histoire met en avant Barracuda, tout d'abord en l'envoyant dans un ghetto afro-américain où il finit par faire la morale à un enfant qu'il surprend en train de voler. C'est alors qu'il croise un vieil ami qui s'avère être un voleur de diamants mais Barracuda ne s'en doute pas. Bien évidemment, la mission attribuée à la A-Team viendra à opposer les hommes malgré leur amitié.

Dans cet épisode, nous retrouvons les thèmes de la série avec le regard sur la société en début d'épisode. Aussi, Salicrup et Severin arrivent à placer un gimmick du show TV : le voyage en avion. Barracuda en a peur et il refuse catégoriquement de prendre un avion. Du coup, à chaque fois, Hannibal monte un stratagème pour arriver à hypnotiser son co-équiper et le mettre dans l'engin sans qu'il ne s'en aperçoive. Il est aussi évoqué, non sans humour, le fait que Barracuda ne boit pas d'alcool préférant le lait.

Le deuxième épisode est toujours écrit par Salicrup mais il est dessiné par Jim Mooney et Joe Guella. L'équipe est appelée par de riches dignitaires japonais pour retrouver Kuramoto, un homme d'affaire qui est à la tête d'un empire du jeu. Nous passerons le racisme passif de l'époque avec la scène gênante où Hannibal se déguise en kimono et met une moustache de mandarin pour se passer pour un japonais, l'intrigue conduit l'équipe dans un temple japonais où elle doit affronter des experts en arts martiaux. Baracuda finira par affronter un sumo et à le battre en lui tirant les cheveux.

Le grande absente du premier épisode, à savoir le fameux van General Motors noir et rouge, fait son apparition au début du numéro. A noter que pour éviter la publicité, le logo de la marque, habituellement GMC, est remplacé par GMG.

Le troisième épisode est signé Allan Kuperberg au scénario et aux dessins, avec sa façon de dessiner les personnages très inspirées de Jack Kirby, il arrive à mieux capter les personnages que les dessinateurs et dessinatrices précédentes. L'histoire emmène le groupe de commandos (sans Amy) à infiltrer une base secrète de l'armée pour y voler un avion.

Bien évidemment qui dit avion dit que Hannibal doit trouver un moyen de faire en sorte que Barracuda monte dedans sans s'en rendre compte. Cet épisode est le seul qui montre aussi le personnage joué par Mister T dans la série TV en train de construire quelque chose. C'était pourtant le gimmick numéro 1 de l'émission. Ici, la séquence est plus rapide et ne montre pas le van transformé en char d'assaut ou un tracteur armé de gatlings.

Finalement ces trois épisodes peignent une adaptation plutôt destinée à un jeune lectorat qui aime l'imagerie de L'Agence Tout Risques mais qui n'arrive pas à être captivé par les propos de la série TV. Je me rappelle bien à l'école primaire, Barracuda était notre idole et nous étions raides dingues du camion (et du générique). Le personnage est bien mis en avant dans ces trois aventures ainsi que l'humour - peut-être moins dans le premier épisode tout de même.

D'un point de vue story-telling, nous avons le droit à des histoires de comics datés. Même pour 1984, il y a beaucoup d'ellipses nous rappelant d'avantage les Golden et Silver Ages. Il n'y a clairement pas la volonté de produire la même qualité que sur Uncanny X-Men ou New Teen Titans de l'époque. En même temps, ce n'est pas la volonté de The A-Team.

La série télé avait ses émules aussi en France. Il est donc normal que ces comics aient été publiés. C'est LUG, l'éditeur lyonnais qui éditait le catalogue Marvel Comics en France, qui a été en charge de sortir dans la gamme Les Amis de la T.V.. Je ne suis même pas certain qu'il y ait eu d'autres titres dans cette gamme. Les deux tomes sortis contenaient 64 pages et avaient le droit à une couverture rigide comme les BD européennes, ce qui n'était pas le cas pour les autres comics édités en France. Les deux couvertures étaient signées Ciro Tota qui, pour le coup, retranscrit bien mieux l'ambiance de la série que les comics originaux.

Pour la petite histoire, il doit s'agir de mon second comicbook après l'adaptation du film de Disney Le Trou Noir par Jack Kirby, donc bien avant que je commence ma collection de BD sur les super-héros et les super-héroïnes.

Ce n'est pas pour autant que cela restera dans les annales, à vrai dire avant de retrouver l'existence de cette mini-série The A-Team, j'avais complètement oublié que j'avais les deux tomes chez mes parents.

Mais si j'ai retrouvé son existence, c'est malheureusement dans de tristes conditions. En effet, il y a à peine quinze jours, nous avons perdu une grande dame des comics, Marie Severin qui signe le scénario, les dessins et les couleurs du premier épisode de The A-Team.

Elle a commencé chez La Maison des Idées à retoucher des planches avant de devenir la dessinatrice de Doctor Strange, puis Incredible Hulk, The Sub-Mariner, et le magazine parodique de Marvel Comics, Not Brand Echh. Par la suite, elle adaptera le personnage de Ron E. Howard en comics, Kull The Conqueror, en s'occupant des dessins sur un scénario de Roy Thomas. On lui doit également le costume originale de Spider-Woman et le personnage de The Cat qui deviendra Tigra plus tard. Enfin, elle s'occupera

Il s'agit donc d'une grande dame qui vient de nous quitter.