The Mighty Blog

Mais qui sont les Anciens Dieux ?

Retour sur Forever People #5 (1971)

Ce mois-ci, dans notre chronique Retour Sur..., nous nous intéressons à l'œuvre de Jack Kirby, notamment à celle qui est la plus représentative de l'auteur. En apparence, il s'agit de Le Quatrième Monde mais, en réalité, c'est plus vaste que ça. Du coup, on s'intéresse à The Forever People #5 sorti en novembre 1971 pour vous expliquer tout ça.

Au début des années 1970, Jack Kirby quitte Marvel pour DC Comics[1] et il commence en créant ses propres personnages, tout d'abord pour les besoins de la série Superman's Pal Jimmy Olsen qu'il récupère, puis dans les propres titres qu'il développe : Forever People, New Gods et Mister Miracle.

Ensemble, ces histoires forment La Quatrième Monde mettant en scène des personnages issus de deux planètes jumelles New Genesis et Apokolips, ce sont les New Gods - Nouveaux Dieux en français. La première est dirigée par le bienveillant Highfather, elle est représentée comme un havre de paix. A contrario, sa jumelle est un véritable cauchemar, elle recouverte de sang et elle est dirigée par le tyrannique Darkseid. Si la principale histoire de ce Quatrième Monde est centrée sur la quête de Darkseid voulant trouver l'Equation Anti-Vie, Jack Kirby y développe un univers riche.

Dès l'introduction de New Gods #1, l'auteur nous dévoile les origines des Nouveux Dieux : lors d'un événement majeur, les Anciens Dieux se sont affrontés jusqu'à la fin de tout.

Alors le monde des Anciens Dieux s'est séparé en deux et a donné naissance aux planètes jumelles.

Dans cet épisode de Forever People, une série mettant en scène de jeunes terriens qui ont obtenus des pouvoirs grâce à Highfather, nous revenons sur le lieu où semblerait-il les Anciens Dieux se soient affrontés. Tout cela se déroule dans la back-up story mettant un scène un Nouveau Dieu alors jamais vu auparavant : Lonar.

Il s'agit d'un Nouveau Dieu de New Genesis solitaire et nous le découvrons telle une ombre errant dans les vestiges de l'ancien monde.

Il va fouiller alors les vestiges de cet ancien monde, constater qu'il s'agissait d'un monde de barbares mais il va découvrir un étrange rocher dans lequel se cache un grand cheval blanc qu'il va finir par dompter.

Finalement, ce n'est pas l'aventure ni des Forever People ni de Lonar qui nous intéresse mais ce qu'il trouve. Comme je l'écrivais, en fouillant, il met la main sur des objets montrant que les Anciens Dieux étaient plus primitif. Parmi ces objets, nous trouvons une épée et un casque ailé.

Un casque ailé comme celui de Thor, le personnage de Marvel qu'a co-créé Jack Kirby avec Stan Lee au début des années 60.

En fait, et vous vous doutez bien que si je vous emmène sur ce terrain, ce n'est pas un simple hasard. A vrai dire, New Gods avait été pensé dans une certaine mesure pour la Maison des Idées.

Non pas sous cette forme, nous explique Brian Cronin sur le site CBR, puisque la plupart des personnages a été créée spécifiquement pour DC Comics après que Kirby soit parti de chez Marvel au début des années 70. Seul Metron, un personnage assis sur une siège et détenant un savoir incommensurable, aurait été créé avant.

Jack Kirby a commencé sa petite entreprise dans les pages des numéros 127 et 128 de la série régulière Thor (ex-Journey Into Mystery) publiés en 1966, plus exactement dans les back-up story qui conclut chacun des fascicules. Dans ces deux courtes histoires qui s'enchaînent, les héros d'Asgard apprennent ce qu'est Ragnarök, la fin de toutes choses. Volla, la prophétesse, révèle que cet événement va arriver très bientôt et raconte à Odin et aux autres dieux comment cela va se passer.

Selon la prophétie, à la fin approchant, les Dieux nordiques finiront par s'affronter en deux camps distincts: celui du bien contre celui du mal. Ce dernier finira par briser le pont arc-en-ciel séparant à tout jamais les immortels aux mortels.

Dans la seconde partie - soit dans Thor #128, nous découvrons les conséquences de Ragnarök.

C'est pas compliqué, il ne reste rien que des vestiges de la guerre : les édifices asgardiens sont en ruine, les cadavres et les armures s'amassent et les épées sont plantées au sol.

De cette fin de tout naît alors un monde nouveau et luxuriant où l'élèvera une nouvelle civilisation qui aura appris des erreurs passées.

Si Stan Lee est crédité sur le script, l'histoire est bel et bien de Kirby. Ce dernier avait pour ambition de créer de nouveaux personnages inédits. Son but était de proposer à Marvel Comics un compromis afin qu'il garde les droits de ces nouveaux personnages mais qu'il partage les profits avec l'éditeur.

Il n'a pas pu faire sa proposition, trop occupé sur d'autres séries. Et puis, il décide à la fin des années 60 de partir chez la concurrence, du coup, il n'a jamais montré ces concepts à la Maison des Idées.

Rien ne se perd, tout se transforme, pourrait résumer une grande partie de l'œuvre de Kirby. Bien qu'il n'utilise pas les personnages qu'il a créé à l'époque de Marvel, le concept de monde après Ragnarök est le postulat de départ de l'univers de Le Quatrième Monde. Lonar semble réellement traverser le champ de bataille aperçu dans les pages de Thor et le casque du dieu nordique n'est pas qu'un simple hasard.

D'ailleurs, l'histoire se répète quelques années plus tard. En effet, Kirby n'a pas pu finir comme il voulait sa série New Gods ; faute de ventes, DC décide d'avorter la série précocement. Bien qu'il a pu finir son histoire chez DC en 1985 dans le Graphic Novel The Hunger Dogs mais ce n'est pas la fin qu'il souhaitait à la série.

Mais avant de pouvoir publier la fin de son épopée culte, Kirby a sorti en 1981 chez le jeune éditeur Pacific Comics, Captain Victory and the Galactic Rangers, dans lequel nous suivons Captain Victory un personnage qui n'est autre que le fils d'Orion, héros de la série New Gods.

Si Orion n'est pas expressément nommé, Kirby laisse de nombreux détails qui dévoilent l'identité du père du héros, le plus flagrant étant le véhicule qu'utilise Captain Victory qui ressemble à une version plus moderne de celui du Nouveau Dieu. D'ailleurs, le personnage présente ce planeur comme ayant appartenu à son père.

Il y a aussi des références à Darkseid distillés par-ci par-là. Et, oui, comme je l'écrivais plus haut : rien ne se perd, tout se transforme.


[1] Pour plus de détails, vous pouvez lire la saga Jack Kirby ici.[^]

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs