AccueilCritique

Public Domain #1 critique ouvertement le marché de l'adaptation de comics

Le comic indépendant de Chip Zdarsky ose aborder la question des droits d'auteur dans l'industrie de comics.
Public Domain #1 critique ouvertement le marché de l'adaptation de comics
Image : Chip Zdarsky (Image Comics)

Originellement publié dans les newsletters de Chip Zdarsky, Public Domain débute une parution au format papier. La série publiée par Image Comics est une critique acerbe de ce qu'est devenue l'industrie des comics depuis le succès des adaptations cinématographiques.

Critique de Public Domain #1

Illustration de Public Domain #1
Public Domain #1
De Chip Zdarsky
Image Comics • 2022

Miles Dallas est journaliste. Il est également le fils de Syd Dallas, le créateur de The Domain, le célèbre super-héros devenu la star du grand écran depuis qu'un studio hollywoodien a récupéré les droits d'exploitation du personnage.

Chip Zdarsky s'intéresse à un thème qui touche de nombreux fans de comics : les adaptations au cinéma. Très clairement, les requins de Hollywood en prennent pour leur grade à chaque instant voyant l'argent au mépris des créateurs et créatrices de comics. Certes, il y a quelques subtilités apportant du relief, mais l'idée est de pointer le fait que les millions engendrés par ces adaptations de comics en film ne rapportent rien à celles et ceux qui ont inventé ces mythologies.

Ces histoires nous les avons vu passer mille fois. À chaque fois, cela brise notre petit cœur de fans de comics. Mais rien ne change ! Tout le monde se rappelle que Marvel Studios a donné un chèque de 5000 dollars et une invitation à l'avant-première de Captain America: Winter Soldier à Ed Brubaker, sans qui l'histoire n'aurait jamais existée. Jim Starlin, créateur de Thanos, le grand méchant du Marvel Cinematic Universe de 2012 à 2019, n'a clairement pas touché une somme d'argent comparable à tous les profits que Marvel Studios et Disney se sont faits en exploitant le personnage.

Public Domain de Chip Zdarsky parle de tout ça ! Encore une fois, l'histoire est romancée afin d'avoir un message très clair et pour apporter un twist intéressant, mais nous sentons une forme de véracité sans trop de cynisme dans la situation.

Toute cette histoire d'adaptation est finalement que la base de son histoire, elle pose un contexte fort qui touche personnellement l'auteur en tant que créateur de comics. Par contre, l'épisode montre que l'histoire va se développer autour de ce thème mais qu'elle ne repose pas uniquement sur celui-ci.

Zdarsky écrit alors un épisode exposant la thématique ainsi que les personnages. Nous comprenons qui est Miles, quelle est la relation qu'il entretient avec son frère et son père. Cela alimentera les prochains épisodes. Tout comme le personnage de Tanya qui prend de l'importance au fil de l'épisode.

Je ne rendais pas compte à quel point les dessins de Zdarsky me manquaient. En voyant les premières planches, j'ai eu immédiatement envie de relire Sex Criminals. Son trait est simple, mais extrêmement clair. Il n'hésite pas à mettre les détails nécessaires pour rendre plausibles son histoire. La colorisation est aussi assez chouette, plus sobre que les premiers épisodes de Sex Criminals justement. L'auteur a aussi des idées bien ingénieuses afin de différencier les images du film et celles de la réalité. Je ne sais pas à quel point cela sera exploité par la suite, mais il a de quoi bien s'amuser avec je pense.

Couverture de Public Domain #1

TL;DR

Public Domain est un comic indépendant pur jus. Reposant essentiellement sur ses dialogues très bien écrits, il aborde un thème qui tient tant à cœur son auteur. Ce dernier romance certes certains aspects afin d’amener un twist intéressant et d’y développer des personnages intéressants. C’est vraiment une très bonne surprise !