The Mighty Blog

Les Gardiens de la Galaxie

Avec tous les espoirs placés sur le film, les Gardiens de la Galaxie n'a pas vraiment le droit de décevoir. Première incursion des Studios Marvel dans le domaine cosmique, le film de James Gunn est un pari risqué, qui risque bien de vous surprendre...

Gardiens de la Galaxie AfficheLes Gardiens de la Galaxie

Par James Gunn • Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Benicio Del Toro, Glenn Close, Lee Pace, Vin Diesel & Bradley Cooper
Groupe de mercenaires, voleurs, assassins, les Gardiens de la Galaxie sont le dernier espoir de la Galaxie face à un ennemi qui veut s'emparer d'un pouvoir quasi-infini... Découvrez l'équipe la plus bizarre des Studios Marvel !

Introduction

Toine Reynolds :

Je suis déçu... C'était vraiment un très bon film, plein de bonnes idées, mais j'en attendais la perfection je crois. Elle n'est pas si loin que ça, et je place tous mes espoirs dans d'éventuelles suites.

Tibo :

Les puristes détesteront, les fans hardcore de science-fiction aussi. Seront par contre pleinement contentés le jeune public, les amoureux de Chris Pratt, ceux qui aiment la comédie en général et ceux qui jusqu'ici n'ont détesté aucun des films de Marvel Studios (dont l'injustement décrié Thor, vous l'aurez compris ^^).

Noisybear :

Ce n'est pas le film de l'année ni même le meilleur film Marvel Studios. Mais, c'est un très bon divertissement et un space-opera des plus réussis s'inspirant de ses aînés et  qui pourrait devenir l'une de ses références.

guardian-of-the-galaxy-poster1

Le Scénario

Toine Reynolds :

Pas de gros souci de ce côté là. Il était bête de s'attendre à un film de l'ampleur de ce qu'ont fait Abnett et Lanning, mais James Gunn arrive quand même à donner une certaine classe à son scénario. On sent quand même que c'est la même formule qui avait été appliquée à Avengers, mais je dois reconnaître que ça tient. Après, j'ai eu quelques soucis avec, notamment des personnages ratés (Ronan est tellement kitsch que c'en est drôle), ou une impression de "trop" dans le scénario. Gunn a eu peut-être beaucoup trop d'ambition pour le film, et on sent que tout n'est pas maîtrisé à 100% : le Nova Corps est effleuré seulement, les motivations de Ronan sont balancées par la voix-off d'une journaliste, et le film se permet quand même certaines facilités. C'est un film Marvel pur jus donc le scénario se tient parfaitement, mais il y a juste quelques détails qu'il faut critiquer. La comparaison sera présente dans tout cet article, mais on se croirait dans Star Wars IV : un univers absolument dingue est présenté, mais on ne fait que l'effleurer par manque de temps. Le meilleur Star Wars était le V, donc autant dire que j'attends la suite.

Autre point surprenant, l'émotion. On n'est pas dans un drame et ce n'est pas parfait, mais les personnages sont encore plus "brisés" que prévu. Du coup, dès la première scène, le film a un ton amer, qui le rend différent des autres films d'encapés. C'est surprenant et je ne m'attendais pas à ça, mais certains personnages ont une profondeur inédite dans ce genre de film.

Tibo :

Le film commence en 1988 ce qui le prédestinait à ne pouvoir être qu'un bon film et ça reste relativement vrai. S'il démarre plutôt lentement, l'introduction des personnages et enjeux est par contre beaucoup plus rapide voire expédiée, qu'il s'agisse de la présence de Gamora sur Nova Prime, l'intervention "Deus Ex Machina" de Rocket & Groot ou simplement l'objectif premier de Ronan.

On peut d'ailleurs constater dès ce moment et dans la séquence suivante (la prison Kyln) ce qui constitue ma principale source de griefs contre le film : le travail d'adaptation. À l'origine, le Nova Corps est un équivalent marvelien des Green Lantern de DC Comics, une sorte de police de l'espace. Dans les Gardiens de la Galaxie, Nova est un empire d'humanoïdes dont la force armée est nommée Nova Corps. D'ailleurs, si habituellement la race Kree dont fait partie Ronan a longtemps fait la guerre avec l'empire Skrulls, ce sont les Nova qui auraient semble-t-il affronté pendant plus d'un millénaire les extraterrestres à la peau bleue.

Là où je veux en venir, c'est qu'à vouloir trop simplifier les concepts du Marvel cosmique, James Gunn a fini par lui ôter toute véritable substance. L'absence des Skrulls pour des questions de droits aurait pu être pallié par la présence des Chitauri et tous les enjeux autour des Pierres de l'Infinité se complexifier assez pour rendre Ronan véritablement intéressant et sa quête de vengeance plus crédible. J'en suis presque à me demander si Thanos appelant Ronan "boy" ne serait pas une critique brisant le quatrième mur tant l'Accusateur est infantilisé par ses objectifs et dialogues.

L'autre critique associée est le manque cruel, flagrant et douloureux de diversité dans la galaxie que traversent les héros. Mis à part Rocket, Groot et deux-trois prisonniers, la quasi-totalité des aliens croisés sont des humanoïdes à peau colorée. Mes compères comparent ce film à Star Wars : Un Nouvel Espoir à tort sur ce point car à aucun moment nous n'avons droit à une séquence digne de celle de la cantina.

Pour le reste, les Gardiens de la Galaxie bénéficie d'un vrai travail sur la comédie, avec quelques messages simplistes autour de la camaraderie, de l'union, etc.

Noisybear :

On ne peut pas dire que le film brille par son scénario. C'est rudement bien écrit (même si certaines situations sont un peu forcées) ce n'est pas un problème. Mais ce film a pour but de former un groupe de super-héros et de présenter ces héros au public. Tâche lourde mais réussie. En fait, on pourrait qualifier le scénario du film de Star Wars Episode IV moderne avec la recette Marvel Comics. En effet, il emprunte le schéma d'Iron Man ou de Captain America. Et il emprunte également pas mal à la série TV Firefly (surtout pour la dynamique du groupe) sans compter les hommages aux autres plus grands space-operas comme Star Trek (plus pour le visuel) ou Babylon 5 (le contexte politique). Ceux qui s'attendaient en revanche à l'adaptation proche du run de Dan Abnett et Andy Lanning vont être déçus. On est plus proche du run de Brian Michael Bendis avec des personnages aux caractères forts et la menace pas si présente que ça.

L'histoire a également pour but de présenter certains éléments de l'univers Marvel comme les Kree ou la Nova Corp. Pour l'un d'entre eux (qui est central mais que je ne révélerai pas ici), sa présentation me parait un peu brouillonne. Je ne suis pas sûr que le public qui ne connait pas ce concept ait véritablement compris ce dont il s'agissait.

Les personnages

Toine Reynolds :

Du bon et du moins bon... Commençons par les Gardiens : c'est quasiment idéal, et les acteurs sont excellents. Quill est absolument parfait, peut-être le personnage le plus drôle/plaisant depuis Iron Man, et Pratt était voué à incarner le personnage. Drax est à mon avis mal écrit, et rendre le personnage comique était à mon avis une erreur (ça le rend du coup moins menaçant), mais Dave Bautista est en fait bon. Je ne dis pas que je m'attendais à une prestation médiocre de la part d'un catcheur (ou peut-être que si...), mais il est plus que surprenant. Pour le doublage, Bradley Cooper est excellent, et Raccoon est tellement bien fait que j'ai cru au personnage ! Vin Diesel est aussi bon pour Groot, mais c'est surtout la technique qui donne au personnage une vraie âme.

Du côté des trucs moins réussis, Gamora est peu ridicule à mon gout et très clichée, surtout qu'elle est moins menaçante que son personnage dans les comics. Les méchants sont un peu ridicules sur les bords, notamment Ronan que j'ai trouvé raté et ridicule, et Nebula n'est qu'effleurée ici (une seule motivation, trois scènes, aucune profondeur). Le film n'est pas centré sur les méchants, mais passer après des personnages comme Loki ou le Soldat de l'Hiver fait mal. Enfin, Yondu a une importance qu'on n'attendait pas, et se révèle plus intriguant que prévu. Pas forcément convaincu par l'acteur et ses mimiques très "badass du Texas", mais ça change du reste du casting.
Dans l'ensemble, le film se repose sur ses personnages uniquement. Les Gardiens sont excellents, et l'équipe marche bien mieux que les Avengers à l'époque. Hormis une menace crédible, quasiment tout était parfait !

Tibo :

À l'instar du film Avengers, celui-ci misait beaucoup sur la qualité de ses personnages et leurs interactions. On se retrouve dès lors avec un certain copié-collé au niveau du rôle, des personnalités et du traitement. Et tous ne se valent pas. L'accent est bien évidemment mis sur Peter Quill aka Star-Lord, la star du film, porté par un Chris Pratt hilarant et des plus convaincants. Beaucoup le pensent, et moi le premier, mais il finira par détrôner Tony Stark (Robert Downey Jr.) dans le rôle de l'amuseur.

J'aime beaucoup ce qu'ils ont fait de Drax. Il reste aussi monolithique que dans la BD mais avec un côté touchant et premier degré qui donnent lieu à de très bons passages. La scène de sa chute est à l'image de sa personnalité avant de s'associer pleinement aux autres héros et son interprétation est bluffante venant de quelqu'un que l'on attendait pas.

Groot et Rocket sont bien évidemment le centre de toutes les attentions, avec des passages épiques pour chacun d'entre eux, une vraie complicité et une qualité d'animation ahurissante. Si le film devait gagner un prix ce serait au moins pour ce point. Le jeu des acteurs (respectivement Vin Diesel et Bradley Cooper) est convaincant. J'ai été surpris de découvrir en sortant de la salle que c'est Sean Gunn (le frère du réalisateur et un des mercenaires de Yondu) qui s'occupait de la motion-capture du raton-laveur 🙂

Le reste du casting ne brille malheureusement pas. Gamora est inconstante et inconsistante malgré une Zoe Saldanna magnifique. Plus un problème d'écriture que de jeu en réalité. Ronan est creux et sans aucun charisme une fois passé son introduction, et le maquillage dont est affublé Lee Pace ne doit pas trop aider ce bourreau des cœurs. Nebula est sans doute le personnage le moins bien interprété du casting, ses élans d'autorité étant dignes d'une collégienne qui prend son premier cours de théâtre. Pour le reste, Glenn Close et Benicio del Toro sont anecdotiques (un comble pour le second que tout le monde attendait au tournant) et seul Michael Rooker dans le rôle de Yondu tire son épingle du jeu parmi les rôles secondaires.

Noisybear :

Le film repose sur les personnages. Et tout spécialement les héros. Comme je l'écrivais plus haut, le but du film est de présenter les personnages au public et de dévoiler un peu l'univers spatial de Marvel. Le challenge est réussi. On pourrait presque voir cela comme la première rencontre de l'équipage du Serenity de Firefly des personnages aux intérêts différents et qui n'ont rien à faire ensemble mais qui décident de collaborer...

Peter Quill alias Star-Lord est un éternel enfant casse-cou qui ne se sépare jamais de son walkman. Chris Pratt est parfait dans le rôle, il a l'allure, la répartie et l'attitude qui fait de Star-Lord LE héros du film.

Gamora a une motivation différente que dans les comics. Faut dire que pour arriver jusqu'à rejoindre l'équipe de Star-Lord, il y a beaucoup de choses à traiter. James Gunn et Nicole Perman, les scénaristes, ont décidé d'aller au plus simple. C'est basique mais ça marche. De plus, son passé est assez peu révélé pour offrir certains possibilités à l'avenir. Je ne suis pas fan du look qu'ils ont donné au visage de Zoe Saldanna.

Rocket Raccoon (Bradley Cooper) est tout simplement parfait ! Quant à Groot (Vin Diesel), son compagnon dès le début du film, il est à la fois drôle et poétique. Gunn l'utilise comme des prétextes pour accélérer certains moments mais, surtout, il s'agit d'un vecteur de poésie. Son rôle est bien plus central qu'il n'y parait et on ne le constate qu'à la fin où son comportement est une véritable métaphore.

La surprise est réellement Dave Baustita. D'abord pour son jeu d'acteur bluffant. Ensuite parce que le personnage qui campe, Drax The Drestoyer, est un de mes personnages favoris du film. Il est aussi prétexte au comique et me rappelle le personnage tel qu'il était écrit par Jim Starlin. Les scénaristes ont remanié ses origines pour pouvoir l'intégrer à l'équipe dans ce contexte précis. Il est également prétexte à accélérer l'action. C'est un peu lourd (parce que forcé) mais je chipote.

Dernier personnage bien travaillé c'est Yundu, joué par Michael Rooker. Il s'agit d'une réécriture complète du personnage. Limite, il n'y a pas de point commun avec son alter-ego dans les comics. Mais le personnage ni gentil ni méchant fonctionne super bien et un traitement quasi identique que les membres des Gardiens.

Il s'agit d'un film "character-driven" comme les comics de Bendis. Du coup, comme dans les histoires du scénariste chauve, il est nécessaire de passer à côté de certaines choses comme la Nova Corp. Avec ces 6 personnages à travailler (avouons que le traitement de Yundu était du luxe et nécessite un certain talent d'arriver à le définir de la sorte dans le temps imparti), il n'y avait plus de place pour créer une véritable menace. Ronan L'Accusateur joué par Lee Pace est tout simplement méchant pour être méchant et est bien loin de la stature et du symbole de droiture du personnage dans les comics. Il y a aussi Nebula, jouée par Karen Gillan, qui est un peu plus intéressante mais il faudra certainement un autre film pour s'intéresser à son cas plus en profondeur.

Est-ce un problème en soit ? Pas du tout ! Ca aurait été perdre du temps à tenter de nous développer un ennemi (n'est-ce pas Man Of Steel ?!) plutôt que nos héros. On retrouve ainsi le schéma des excellents Iron ManCaptain America et même Thor avec des ennemis plutôt clichés pour mieux développer les héros. Pour le moment d'ailleurs, dans les films Marvel Studios, seul Loki dans Avengers s'est avéré être un ennemi avec un bon traitement. Donc le problème est inhérent aux films du studio. Mais, si l'on compare à Star Wars, lors du premier chapitre (l'Episode IV, bien entendu), Dark Vador n'avait pour lui que la classe. Il est devenu l'ennemi emblématique par la suite. J'espère que ce point sera donc corrigé lors des prochains films.

La réalisation

Toine Reynolds :

C'est à mon avis le principal problème du film, et je crois que peu de gens seront de mon avis : James Gunn s'est perdu en cours de route. Je n'ai vu que Slither de lui, et j'avais adoré, mais déjà à l'époque le film mélangeait les genres de manière plus ou moins maîtrisée. Là, on a l'impression d'avoir un mélange d'Avengers, de Star Wars, de Firefly, et le mix marche, mais la réalisation en prend un coup. L'univers présenté est immense et simplement effleuré (ils vont sur Knowhere putain, ce rêve de fan qui se réalise !), et on a un peu l'impression que Gunn a eu les yeux plus gros que le ventre. Parfois trop ambitieux dans tout ce qu'il promet, le film perd en rythme sur certaines scènes, notamment les trente premières minutes, un poil trop longue à mon gout. J'ai peur de n'être pas rentré suffisamment dans le film et d'avoir du coup trouvé ça un peu trop long, mais rien de bien grave. Ce qui me dérange surtout c'est que Gunn a fait trop de choses dans ce film, et qu'il manque pet-être une heure pour tout bien faire. Marvel se refuse à donner des films trop longs à ses réalisateurs et c'est terriblement dommage, mais Gunn semble avoir voulu forcer le plus de choses dans son film. C'est la preuve qu'on a là un véritable passionné, un peu brouillon, mais amoureux de son univers.

Pour le reste, les scènes d'action sont excellentes, l'humour omniprésent, et quand on sait à quel point Gunn a porté le projet, on ne peut que féliciter ce réalisateur qui a réussi à donner une âme à son film, ce qui manquait aux autres Marvel (Thor 2, je te regarde). Je me répète mais on nous présente tellement de monstres, d'aliens, de planètes, de mythes, et de cosmique dans un seul et même film, que seul un passionné pouvait réaliser ce film. Et mention spéciale pour la bande-originale absolument parfaite, notamment dans les morceaux originaux amenés. Par contre comme d'habitude chez Marvel, les compositions pour le film n'ont aucune âme...

Tibo :

Après une introduction à la fin plutôt brutale, le scénario enchaîne sur la scène qui donnera le ton au reste du long-métrage : le décalage décors/musique des années 80, l'attitude parfaitement décomplexée de Star-Lord, son look de Han Solo avec un casque high-tech et une ambiance proche des films de science-fiction de l'époque Star Wars.

C'est sans doute le meilleur point des Gardiens de la Galaxie, une réalisation très inspirée, avec de vraies idées de mises en scène, des décors flamboyants de réalisme, des scènes typiques du genre qui bénéficient énormément des technologies modernes et un rythme finalement plutôt soutenu.

Le travail de James Gunn est indéniable et compense grandement les failles du scénario, qu'il s'agisse du design des vaisseaux (le filet des Nova Corps qui m'a fait souhaiter acheter la maquette Lego), du comique de situation (la plupart des passages avec Groot) ou l'intégration toujours habile et bienvenue des tubes des années 80.

Noisybear :

James Gunn est un très bon réalisateur et le voir derrière la caméra d'un blockbuster est une bonne chose. Il ose des choses. Personnellement, je trouvais qu'il abusait un peu trop des personnages qui parlent hors-champs (surtout avec Ronan). Ça donne de la personnalité à la mise en scène mais certaines scènes font un peu trop "dessin-animé" à cause de ça. Il y a également une scène un peu brouillonne (vers la fin avec un Star-Lord qui saute) et les ralentis sont gratuits plutôt qu'utiles. Ce n'est pas grave, voir pas du tout. La réalisation est un véritable parti-pris bien loin des stéréotypes des blockbusters.

GuardiansOfTheGalaxy

Et la suite ?

Toine Reynolds :

Le premier Star Wars était bien, sa suite un des plus grands films du cinéma. Voilà ce que j'attends de la suite, même si j'espère qu'elle s'éloignera du carcan étouffant sur le long terme de Marvel. Gunn a réussi, et c'est admirable de sa part, à créer un univers à peine effleuré, et se réserve plein de pistes pour la suite. Un Nova Corps convaincant, des caméos titanesques, et une mythologie cosmique déjà dingue. Je spoil un peu en dessous sur ce que j'attends de la suite : DES CÉLESTES. VOILA ! C'EST TOUT !! Que Marvel aille piocher dans les Éternels (je suis sûr que Quill en est un...), dans les Inhumains, ce qu'ils veulent, mais qu'ils donnent de l'ampleur à la suite ! Thanos est tellement évoqué qu'on sait qu'on ne le verra que dans Avengers 3, donc ça laisse le champ libre au film pour faire de Quill l'héritier d'une race alien...

Tibo :

De l'épaisseur, c'est tout ce que je demande avec :

  • un scénario plus dense et qui permette autant de jouer avec les codes de la science-fiction qu'avec le foisonnant univers cosmique de la Maison des Idées ;
  • des personnages toujours plus travaillés, en particulier Gamora, trop fade à mon goût ;
  • une galaxie peuplée de races étranges et variées et pas seulement d'humanoïdes ;
  • des clins d’œil et autres œufs de Pâques qui ne soient pas là seulement pour faire sourire le fan mais qui servent l'intrigue (Cosmo, Warlock, je vous vois 😉 ).

J'espère avoir droit à tout ça, et bien plus encore, dans une suite qui soit celle-ci véritablement digne de l'attente que ce premier jet des Gardiens de la Galaxie avait su susciter.

Noisybear :

On en veut plus ! Et, c'est là le problème du film : on n'en a pas assez. Le film est l'introduction d'un space-opera. Les personnages principaux sont établis et on les adore déjà. On sait que la suite sera grandiose avec une menace qui va avoir plus de prestance que ceux de ce film. Parce que c'est ça qui manque.

Pour le lien avec le Marvel Univers, il s'agit justement d'un des concepts que je trouve étrangement traité (je parle de la scène chez Le Collectionneur). On en reparlera certainement.

En conclusion

Toine Reynolds :

Derrière Iron Man 3, Avengers, et Cap 2, Les Gardiens de la Galaxie est quand même un excellent film. C'est comme un repas de famille : parfois un peu trop long, parfois pas assez développé dans les thèmes abordés, Gunn réalise un film tellement plein d'amour qu'on accepte de fermer les yeux sur les défauts, même s'ils ternissent le bilan final. Je retournerai voir le film avec plaisir en espérant que ma deuxième impression sera meilleure, et j'attends la suite de pied ferme. J'en attendais peut-être trop, j'étais peut-être trop impatient de voir mon comic-book préféré sur grand écran, et je pense que j'apprécierai plus au deuxième visionnage.

Tibo :

Le film est bon mais parfait. J'en suis ressorti enthousiaste mais, une fois la folie retombée, la liste des critiques s'est enchaînée et n'a pas su se faire oublier. Trop de points négatifs loin d'être pardonnables ont été accumulé pour que je qualifie ce film de copie parfaite, voire d'excellent ou très bon film. Il est dans la juste moyenne des films Marvel Studios, avec ses méchants manquants de charisme, ses enjeux pas toujours très développés et son ouverture trop marquée pour le public néophyte, au point de rendre l'ensemble peu savoureux.

Loin du podium et pas nécessairement dans le top 5 (pour moi), les Gardiens de la Galaxie souffre autant de son exécution que de la trop forte attente qu'il avait provoqué chez les fans. Toutefois, on ne saurait lui reprocher de nous avoir trompé sur la marchandise, le long-métrage étant à l'image de la première bande-annonce a avoir été dévoilée.

Noisybear :

J'ai passé un excellent moment en compagnie des Gardiens de la Galaxie. Un film drôle, bien foutu et qui arrive à introduire un univers presque tout nouveau au public. C'est clairement Star Wars Episode IV à la sauce Marvel Studios. Mon bémol : l'histoire n'est pas encore dévoilée puisqu'il ne s'agit que d'une introduction. Le prochain film, s'il a la même énergie et le même talent d'écriture et qu'il respecte les codes du space-opera sera certainement l'un des meilleurs films de ces dernières années. Malheureusement, dans mon petit coeur, Les Gardiens de la Galaxie ne rentre pas dans le Top 3 des films Marvel Studios. Mais 4ème, ce n'est pas si mal, non ?