The Mighty Blog

2000 AD #2116

2000 AD est un hebdomadaire britannique proposant une quantité de bonnes histoires de science-fiction parmi lesquelles nous retrouvons les aventures de Judge Dredd. Vu que c'est bien, on en profite pour relancer ce format de critiques.

2000 AD #2116

2000 AD • 3€49

Contient un épisode de Judge DreddSkip Tracer, Tharg's 3rillers et Brink.

Judge Dredd

"Machine Law" Part 2

Par John Wagner & Colin MacNeil

Dredd est parti voir son ancien protégé dans le Secteur 6, il y est devenu le surveillant et a engagé 6 robots pour devenir Juges. Pour l'instant, tout se passe bien mais les robots ont des méthodes très agressives pour intervenir. Il ne se passe pas grand chose de concret dans cet épisode, John Wagner installant la situation et nous expliquant la situation. Forcément, il y a un fond politique dans tout cela, sinon ça ne serait pas une aventure de Dredd. En tout cas, cela mérite d'être développé dans les prochains numéros.

Skip Tracer

"Louder Than Bombs" Part 6

Par James Peaty &Paul Marshall

J'ai un peu de mal avec la série malgré la qualité du rythme et comment James Peaty fait progresser son enquête. Mon problème vient plus du personnage de Nolah Blake, le Skip Tracer, que je trouve trop cliché. En revanche, les dessins de Paul Marshall sont plutôt agréables.

Tharg's 3rillers

"Keeper of Secrets" Part 2

Par Robert Murphy & Steve Austin

L'apprenti boucher découvert au numéro précédent fait une rencontre étrange, une jeune femme qui se présente à lui comme une oracle. Cette rencontre est l'excuse pour nous raconter la situation. L'histoire de Robert Murphy est un peu classique jusque-là, moins marquante que le laissait présager la fin du numéro précédente.

Brink

"High Society" Part 17

Par Dan Abnett & Inj Culbard

Avec cet épisode de Brink, nous sommes plutôt dans l'excellence. Kurtis est donc dans un secteur où une substance hallucinogène a été mélangée à l'air. Les habitants finissent par s'entretuer et des révélations sont faites. C'est complètement dingue graphiquement parlant, Inj Culbard s'amuse avec les hallucinations offrant des compositions étranges. C'est vraiment très bien.