The Mighty Blog

Bloodshot Reborn Tome 3

L’homme analogique

Saveur post-apocalyptique pour ce troisième tome de Bloodshot Reborn, toujours orchestré par Jeff Lemire mais accompagné cette fois-ci par l’excellent Lewis LaRosa.

Trente ans dans le futur, Ray Garrison est le protecteur d’une petite communauté au sein d’une Californie bouffée par le sable et la chaleur. L’eau est une denrée rare, le puits du village est d’ailleurs à sec. Le gardien aux nanites doit alors faire route pour puiser de cette ressource aux abords du technologique mais sinistre Los Angeles, et ainsi garantir la survie de ses semblables, dont sa femme Magic. Après un baiser de courage, Ray s’envole pour une traversée risquée mais vitale. Cependant, ne laisserait-il pas derrière lui une population sans défense ? Ou pire, serait-ce un voyage sans retour pour Bloodshot ?
Après la traque haletante des deux précédents tomes, la série prend un virage décoiffant qui fait écho à des œuvres comme Mad Max ou bien Old Man Logan. Des dégénérés en buggy poursuivant sans relâche le camion à citerne de Bloodshot. On a presque envie de voir l'un d'entre eux s'asperger la bouche de déodorant argenté et hurler "Witness me" tellement la comparaison est inévitable. Et voir un Ray Garrison vieillard, désormais en paix avec lui-même et prenant soin de sa tendre Magic fait penser au bon vieux Logan de chez Marvel. Mais la comparaison avec ce dernier ne s'arrête pas là car, comme avec Mark Millar, Lemire ne fait pas qu'évoluer Bloodshot mais bien tout ce qui l'entoure. Le clan sauvage des Shadowmen, l'armée tyrannique de robots X-O Manowar ou bien le vieux mais toujours agile Ninjak témoignent d'un univers Valiant défiguré par le temps. On se prend très vite à ce jeu inattendu et savoure l'emboîtement des différents éléments dans ce jouissif bac à sable.

L'interaction entre Ninjak et Bloodshot est un autre point fort du récit. Très présent, l'espion britannique fait preuve d'un tempérament posé et d'un humour léger qui contrastent avec le côté bourrin et froid du colosse à la peau blanche. Tandis que le premier taquine d'un "C'est bien froid comme réaction, même de la part d'un frigo ambulant comme toi", l'autre répond plus tard "Enlèves ton cure-dents de là ou je t'arrache les bras". Ces échanges ping-pong de piques amicales sont extrêmement délicieux à suivre et offrent une dynamique d'équipe faisant bien sourire. Mais le "dynamite" duo n'est pas que bon à suivre dans les phases de parlottes : il est jouissif à suivre dans les phases de bastons ! Ça piétine des faces, ça mitraille de partout, ça tranche sévère façon salami, bref c'est d'une jouissance divine.
Et qui de mieux que Lewis LaRosa pour transformer ce bordel visuel en plaisir foudroyant ? Quand on pose les yeux sur les planches du monsieur, notre pensée est envahi par des
"Wouha !" de prosternation. On se prend des baffes visuelles à ne plus sentir ses joues tellement c'est puissant. Son découpage est génialement réfléchi pour insuffler du dynamisme dans les courses-poursuites et son cadrage peut être vraiment ébouriffant, jusqu'à faire rougir les plus grands blockbusters de cinéma ! Sa manière de représenter le gigantisme renforce la sensation d'écrasement face à une telle ampleur. Je pense notamment à une double page où l'on peut admirer les murailles métalliques de Los Angeles, d'une splendeur monstrueuse par rapport au minuscule camion de Bloodshot. Ce contraste extrême de proportions permet de bien mettre en évidence l'échelle de puissance, qui ne favorise pas ici notre personnage.

Bloodshot Reborn Tome 3

Bliss Comics • Par Jeff Lemire & Lewis LaRosa • 13€95
Façon BBQ piquante, cette suite des aventures de Bloodshot est extrêmement savoureuse à déguster. Jeff Lemire joue des hommages mais ne s'en repose pas dessus et sert un road-trip prenant. Et que dire du boulot de Lewis LaRosa sinon que c'est ébouriffant, gigantesque et bien collant avec le ton post-apocalyptique du récit. Piquez le buggy de votre voisin shadowman et foncez acheter ce tome !