The Mighty Blog

Venom Tome 1 - Agent Venom

Venom, un des ennemis jurés de Spider-Man, revient dans une série écrite par Rick Remender ! Cette fois, c'est Flash Thompson, la brute des années lycées de Peter Parker, qui endosse le costume et se lance dans la bataille !

Ne vous laissez pas avoir par la couverture de Panini, qui a mis le "monstre" Venom en avant, on laisse ici de côté le monstre tueur des Thunderbolts, et on retrouve Eugene "Flash" Thompson, ancien soldat de l'armée américaine, a qui on a donné le symbiote. Après avoir perdu ses jambes au combat, cette alliance contre-nature va lui permettre de se relancer dans la bataille, en bénéficiant d'une puissance de combat inouïe... Sauf que le symbiote ne se laisse pas contrôler si facilement, et que ça va vite déraper.

Si vous avez déjà lu du Remender, vous savez déjà tout ce qui va se passer dans cette série. L'auteur retrouve Tony Moore, son compère de Fear Agent, et sort une version encore plus violente qu'avant du personnage. Jusque là, Venom n'était qu'un méchant parmi tant d'autres. Pour l'auteur, il devient un soldat qui mène des missions de sécurisation et de sauvetage dans le monde. Sauf que rien ne va se passer comme prévu, entre des ennemis tordus au possible et un symbiote impossible à contrôler.

Venom 2

L'auteur aime torturer ses héros, c'est une des grandes marques de son écriture, mais là il fait très fort. C'est en fait l'histoire d'un soldat mutilé, alcoolique, ancien enfant battu, qui fait face à tous les démons possibles, et ne s'en sort pas. On est loin des histoires sur le personnage d'antan, où il se contentait d'être très méchant et de faire peur. Là, les méchants sont vicieux, mais c'est surtout du héros que vient la noirceur, implacable, et qui donne toute sa saveur au titre. Il est constamment torturé, manipulé, et détruit, et pourtant il se relève. Remender écrit un homme plein de doutes et de failles, et l'envoie plus bas que terre toutes les cinq pages. A ce titre, le dernier épisode de ce volume ne comporte presque pas Venom une fois passé la séquence d'introduction, mais juste son " porteur", qui va passer une nuit désastreuse. Sans spoiler, la conclusion est d'une noirceur implacable, en oubliant un instant l'aspect fantastique du genre pour se concentrer sur le réel et le pragmatique.

C'est finalement surtout sur le côté "humain" que Remender excelle. Les méchants sont très méchants, mais pour une fois il reste un peu secondaires, et simplement esquissés dans ce volume. Il faudra attendre la suite pour les voir sortir de l'ombre, ce tome se concentre surtout sur Flash, et c'est tant mieux. C'est l'histoire d'un soldat avant celle d'un monstre, celle d'un type complètement paumé qui se retrouve dans quelque chose de beaucoup plus gros que lui, mais va quand même assumer. C'est en ce sens un vrai héros, face à des obstacles infinis, et on finit par prendre un plaisir presque malsain à suivre ses aventures. L'auteur écrira par la suite des sagas plus ambitieuses que celle-ci, notamment avec Uncanny X-Force, mais on a là les prémices de ces grandes séries. Venom se lit vite, avec beaucoup de rebondissements, et ça fonctionne bien.

Venom 3

Ce n'est pas le meilleur travail de Remender, et ce n'est pas non plus le meilleur pour Tony Moore, qui n'assure pas tous les numéros, et se contente d'être juste bon. L'artiste manque un peu de folie dans son crayon, alors que la violence du script s'y prêtait, et rend des pages un peu trop sobres pour son niveau, voire même brouillonnes par moment, mais ce n'est pas dramatique. Si certaines scènes sont ratées, et que le niveau baisse légèrement au fil de ce volume, il y a toujours une énergie vive dans ses dessins, un vrai sens du rythme qui en impose, mais il a fait mieux. En prime, ce n'est pas lui qui dessine tous les numéros, vu qu'il est incapable de tenir un rythme mensuel, mais son remplaçant Tom Fowler reste propre et bien dans le style. Par contre, la colorisation est très sombre, pas toujours dans des moments justifiés, et c'est dommage. L'ensemble reste uniforme et propre, mais c'est surtout l'histoire qui peut convaincre.

13439213_10154285042899648_6774313460073191165_nMarvel Dark : Venom - Agent Venom

Panini Comics • Par Rick Remender & Tony Moore • 13€00
Ne vous laissez pas avoir par la couverture, ce Venom là est un homme avant d'être un monstre, et sa vie n'en sera que pire. Rick Remender déteste la vie et le montre bien dans cette saga sombre, violente, et sans espoir. Ça fait du bien de se faire du mal, et à ce prix-là, vous pouvez y aller !