The Mighty Blog

Nighthawk

"La haine engendre la haine"

Panini Comics publie les aventures de Nighthawk, un personnage assez peu connu, sous le label Marvel Dark dans une mini-série de 6 épisodes écrite par David Walker et dessinée Ramon Villalobos et Martin Morazzo.

Nighthawk protège Chicago et tout spécialement sa communauté afro-américaine qui est plus en danger que jamais. Un groupe armé de suprématistes blancs, les True Patriots, sème la terreur dans les quartiers de la ville. Aidé de l'ex-super-vilaine qu'on appelait Nightshade, le vigilante essaie de le démanteler. Mais, un policier qu'il a aidé dans le passé vient à l'appeler à l'aide pour arrêter un serial killer qui tue de manière sadique des personnes qui font du mal à la communauté afro-américaine de la ville. Nighthawk dont les méthodes sont pour le moins expéditives, peut-il arrêter une personne alors qu'il considère ses actions comme celles d'un héros ?

Nighthawk n'est pas très connu et, ceux qui ont entendu parler de lui, pourraient avoir peur de s'intéresser à la série. Créé par J. Michael Straczynski et Gary Frank pour la série Supreme Power, il vivait sur un Terre parallèle. En conséquence à Secret Wars, il vit maintenant dans notre monde et  y a formé par Hyperion le Squadron Supreme. Mais, cette histoire ne raconte nullement l'histoire d'un homme perdu dans une autre dimension, Walker préfère s'intéresser à celle d'un homme bien déterminé à changer le monde dans lequel il vit.

Le personnage original a toujours été pensé pour être l'alter-ego de Batman chez Marvel, un milliardaire qui a perdu ses parents jeune et qui combat le mal la nuit dans un costume d'animal nocturne. Sauf que cette version est très expéditive et violente. En gros, il faut voir le personnage comme un mélange entre Batman et le Punisher. Il défend les siens, il n'hésite pas à tuer mais il est bourré de gadgets high-tech que lui confectionne sa partenaire, Tilda alias Nightshade.

Pensée comme une série régulière, la série s'est vue s'arrêter faute de ventes et, ce, malgré la qualité indéniable du scénario, des dessins et des couvertures de Denys Cowan, encrées par Bill Sienkewicz. Mais, pour le coup, Walker et Marvel ont été assez prévoyants et l'arc se termine sans appeler une suite. L'histoire se termine bien à la fin de cet album mais, on sent que le scénariste avait une conclusion plus élaborée mais celle-ci marche très bien, concluant parfaitement le tout.

J'avoue, je ne m'intéressais pas du tout à la série à sa sortie. Il faut dire que le scénariste avait officié sur la série Cyborg chez la concurrence et n'avait vraiment pas su me convaincre. Sauf qu'à l'annonce de l'arrêt de Nighthawk, les critiques ont souligné toutes les qualités de ce titre. En plus, il signe deux très bonnes autres séries, toujours chez Marvel Comics, Iron Fist and Power Man et Occupy Avengers. Du coup, j'ai rattrapé cette lecture avec cette sortie inespérée en France.

Il faut dire que le label Marvel Dark se prête bien au ton de l'histoire. Nighthawk est un personnage violent et abjecte mais Walker arrive à créer de l'empathie entre lui et le lecteur. Sans trop évoquer qui il est et d'où il vient, il y a des bribes de son passé qui apparaissent et nous montre qui il est. Et puis, à l'instar de Batman et du Punisher, il est fidèle à lui-même. Il a des convictions auxquelles il tient. En plus, Tilda qui aime lancer des piques à son patron arrive étrangement à faire ressortir le côté sauveur de Nighthawk. La manière dont elle interagit avec lui et, surtout, qu'elle vient à dénigrer ses actions en rappelant qu'elle peut créer des robots qui peuvent faire son boulot plus efficacement crée une dynamique toute particulière. En tout cas, Tilda apporte aussi la touche humoristique qui détend après deux massacres. Les autres personnages sont aussi bien travaillés. Si les méchants sont parfois caricaturaux, ils ont tout de même de la prestance.

Walker aborde aussi son sujet avec une certaine maturité. Si l'action est sanglante, les thèmes abordés sont traités avec pertinence. La dualité entre le super-héros et le vigilante de Nighthawk est aussi intéressante et a du sens.

La partie graphique pourrait déranger. En effet, Villalobos a un style bien à lui, il se soucie peu du réalisme. Mais sa mise en page est exemplaire. Il sait aussi créer des poses super-héroïques à son héros et la baston finale est vraiment très classe. Le cinquième chapitre est dessiné par Morazzo qui fait aussi preuve de grand talent dans ces domaines. En plus, la colorisation de Tamra Bonvillain est vraiment magnifique. Elle joue avec les lumières, donne de la vie à la ville. Personnellement, graphiquement, je suis plutôt conquis.

Nighthawk

Panini Comics • Par David Walker, Ramon Villalobos & Martin Morazzo • 14€95
Je vous conseille fortement ce tome de Nighthawk. Il s'agit d'une histoire auto-suffisante et accessible à tous. L'histoire fonctionne très bien avec des personnages réussis, de l'action omniprésente et une grande maturité. Il s'agit vraiment d'un coup de cœur inattendu et j'aime bien ce genre de bonnes surprises. En tout cas, si vous aimez les séries Marvel sur Netflix, vous devriez adhérer complètement à cette histoire.