The Mighty Blog

Origin II

En début d'année, Marvel Comics publia une mini-série qui fait suite à Wolverine: Origin de Paul Jenkins et Andy Kubert. Nommée Origin II, elle devait nous apporter de nouveaux éléments sur le passé pourtant maintenant bien éclairées. Pourtant, le scénariste Kieron Gillen semble bien déterminer à nous montrer qu'on ne sait pas tout.
Lorsque Origin II a été annoncé, on peut dire que cela venait de nul part et que personne l'attendait. Mais, sans que le public le sache, cette mini-série annonçait le début de l'année Wolverine. Celle pendant laquelle le héros griffu va mourir.

Ne cherchez pas de réponses sur les raisons de sa mort ici, Wolverine n'est qu'un invité sur le titre sauf dans le premier épisodes durant lequel Gillen nous retrace en introduction une partie de sa vie qu'on connaissait déjà. C'est seulement qu'au deuxième épisode qu'on a quelque chose de totalement inédit mais le héros se fait piquer la vedette par Mister Sinister.

Lors de son run sur Uncanny X-Men, on avait bien noté que Gillen aimait le personnage. Du coup, c'est guère étonnant de le voir dans ce récit. En plus, un tel phénomène que Wolverine ne pouvait qu'intéresser Sinister a un moment donné de sa vie. C'est donc plutôt bien vu de la part du scénariste.

Mais, encore une fois, tout cela n'est que faux-semblant. Le scénariste avait un autre plan en tête et ce n'est que sur les dernières pages qu'on comprend. C'est la mauvaise manie de Gillen si j'ose dire : il nous annonce des choses qu'on ne voit pas immédiatement, il a un récit trompeur qui déstabilise la lecture et il dévoile sa dernière carte qu'au dernier instant changeant réellement la donne de tout ce qu'on vient de lire.

Origin-II-extrait-001
Le problème avec cette technique c'est que cela ne marche que lorsqu'on arrive au bout de l'histoire. Les gens qui s'attendaient à lire une aventure de Wolverine et avoir des révélations directement liées à lui ont forcément été déçus en lisant des épisodes plutôt centrés sur Sinister et sur Sabretooth. D'un autre côté, il n'y est pas écrit le mot "Wolverine" devant Origins et c'est plutôt bien vu.

Pour ceux qui se demandent de quoi traite cette mini-série, je vais l'expliquer mais j'invite ceux qui ne souhaitent pas se gâcher la surprise aller directement au paragraphe suivant. C'est bon ?... Gillen nous raconte en fait les origines de Sabretooth qui passe d'un gaillard valeureux et droit à la bête que l'on connait... Et tout ça à cause de Logan. Il s'agissait en effet d'un des éléments manquants dans les origines de Wolverine : le lien qui l'unit à Creed. C'est une idée plutôt pertinente et cela redéfinit plutôt bien la relation entre les deux personnages.

Origin-II-extrait-002

Origin II a deux gros défauts. Le premier c'est que l'histoire se termine mais en ouvre une nouvelle - dont on en voit pas la couleur pour le moment. Le second c'est que ça se lit très rapidement puisqu'au final, il ne se passe pas grand chose. En effet, Gillen a opté pour laisser de la place au talent de Adam Kubert. Et c'est clair que c'est beau - voire magnifique à certains moments. Mais, on se retrouve avec la moitié des épisodes sans texte et seulement de l'action.

Comme vous l'aurez compris, le gros point fort de Origin II vient du travail de Kubert qui nous offre l'un de ses meilleurs travaux. Certaines planches viennent à me rappeler les plus oniriques de son défunt père.

origin-ii-couvWolverine, Tome HS 7 : Les origines ll

Panini Comics • Par Kieron Gillen & Adam Kubert • 13€00
Origin Il a des défauts c'est indéniable mais il a le mérite de redéfinir - on peut même dire clarifier - un fait établi de l'univers Marvel. Mais s'il mérite la lecture c'est certainement grâce aux sublimes dessins de Adam Kubert.