The Mighty Blog

Star Wars 1

Depuis quelques années, le 4 mai est la journée durant laquelle les fans fêtent Star Wars. En effet, la date en anglais (May the 4th) est un homophone de "May The Force", qui débute la fameuse phrase des Jedi "que la Force soit avec toi". Et, c'est en ce jour de célébration que Panini Comics sort le premier numéro de sa revue bimestrielle regroupant des comics de l'univers Star Wars publiés depuis le début de l'année par Marvel aux États-Unis.

Vous devez le savoir, Disney a racheté Lucasfilm et les droits d'exploitation de Star Wars. De ce fait, les comics basés sur la licence sont revenus chez Marvel Comics - qui appartient également au groupe Disney. Pour l'occasion, la Maison des Idées a mis ses auteurs "bankables" sur ces nouvelles séries. Avant de rentrer dans le vif du sujet, il est important de noter que l'univers étendu de Star Wars a été effacé avec la reprise de la licence par Disney. Ainsi tous les comics parus avant 2015 ne sont pas à tenir en compte. Seuls les 6 films, les dessins animés Clone Wars et Star Wars Rebels sont à prendre en compte.

Dans cette nouvelle revue bimestrielle, Panini Comics compile deux séries inédites : Star Wars et Dark Vador. Pour ce premier numéro, vous allez découvrir les deux premiers épisodes de ces deux séries.

La série Star Wars, écrite par Jason Aaron (Thor, Wolverine and the X-Men...) et dessinée par John Cassaday (Astonishing X-Men...), se déroule entre l'Episode IV et l'Episode V, soit les deux premiers films de la saga. L'Empire a été affaiblie par la Bataille de Yavin. L'Alliance rebelle continue ses actions. Elle décide d'envoyer une petite équipe sur Cymoon-1 afin de miner la plus grande fabrique d'armes de l'Empire. La Princesse Leia mène l'opération accompagnée par Luke Skywalker et Han Solo. Leurs compagnons droïdes et Chewbacca ne sont pas loin. Tout se passait pour le mieux jusqu'à ce que Dark Vador arrive dans l'usine.

La série commence avec un premier épisode qui s'amuse un peu trop à faire des clins d’œil à la trilogie originelle. Cela pourrait être pénible si le rythme de l'épisode n'était pas maîtrisé à la perfection. L'histoire commence réellement avec le second épisode où les références se font moins obligatoires jusqu'à devenir de véritables atouts.

Cassaday propose des épisodes très différents. Dans le premier, il réussit magistralement les personnages, reproduisant les acteurs des films tout en leur donnant de la vie, mais il foire certaines mises en scène. Sur le second épisode, c'est l'inverse. Les personnages sont moins détaillés mais il se rattrape sur ses compositions.

Star Wars #1

Par Jason Aaron & John Cassaday
La lecture de ce premier épisode de Star Wars est sympathique mais il y a trop de clins d’œil forcés sans justification et l'histoire est très légère. Peut-être qu'à terme cela sera bien mais pour le moment je ne saurai vous le recommander.

Star Wars #2

Par Jason Aaron & John Cassaday
Cette série Star Wars, bien que nombriliste, est très sympathique. En tout cas, Aaron construit quelque chose. Comme quoi même en faisant du fan-service, il est possible de faire avancer une intrigue. Un exemple à suivre.

La série Dark Vador se déroule à la même époque mais les deux séries arrivent à cohabiter sans se contredire. Elle est écrite par Kieron Gillen (Uncanny X-Men, Young Avengers...) et dessinée par Salvador Larocca (X-Men, Invincible Iron Man...).

L'Empereur est fâché par la perte de l'Etoile Noire. Malgré les 19 années de loyauté envers Palpatine, Vador doit payer le prix de sa défaite. Mais, le Seigneur Sith est bien déterminé à trouver le pilote responsable de la destruction de l'Etoile Noire et à se venger.

La grande réussite de ces deux épisodes est l'écriture de Gillen. Il décrit un Vador déterminé et terriblement menaçant. Les gens lui parlent avec crainte et gare à ceux qui oublient qui est le Sith. Le scénariste tisse des liens entre les deux trilogies cinématographiques existantes.

Au sein du blog, il y a un débat sur les dessins de Larroca. Toine a détesté. Perso, je ne suis pas fan de tout ce qu'a pu proposer le dessinateur jusque-là mais faut reconnaître qu'il se surpasse sur la série. Bien sûr, il maîtrise le cadrage et la mise en scène, nous le savions mais, ses traits peuvent être particulièrement réussis. Je pense notamment la scène dans laquelle Vador utilise sa force sur un pirate de l'espace.

Dark Vador #1

Par Kieron Gillen & Salvador Larocca
Hormis une partie graphique indigne à revoir, ce premier numéro parvient à convaincre. Ce qui fait l'essence du personnage est là, l'univers est déjà bien reconnaissable en un numéro, et Gillen arrive à rendre une série solo intéressante. Il faut juste lui mettre un vrai dessinateur, et ce sera parfait !

Dark Vador #2

Par Kieron Gillen & Salvador Larocca
Gillen n'hésite pas à emmener Vador sur des terrains qui nous sont inconnus et c'est passionnant. Le personnage a la stature qu'il mérite. Larroca n'est pas à la peine, loin de là. Une série qui risque de devenir une incontournable si elle continue d'aller dans cette direction.

Le premier numéro du bimestriel propose pas moins de 15 couvertures différentes. Forcément, les revues avec couverture alternative ont un prix d'achat plus élevé (7€90) mais vous trouverez de sublimes couvertures inédites aux US signées par Paul Renaud (Secret Wars, Cavewoman...) , Greg Tocchini (Low, Uncanny X-Force...), Carlos D'Anda (Batman: Arkham City, Star Wars...), Renato Guedes (Action Comics, Wolverine...) et Ramon Perez (All-New Hawkeye...). En plus, il y a une couverture photo de Luke, une couverture signée Sara Pichelli (Guardians of the Galaxy...), Adi Granov (Iron Man Extremis...) ou encore Skottie Young (Rocket Raccoon, Oz...). Je vous invite à vous rendre sur la page Facebook de l'éditeur afin de savoir comment vous procurer votre couverture préférée puisqu'elles ne sont pas toutes disponibles en kiosque.

star-wars-vf-1Star Wars 1

Panini Comics • 5€50
Le passage des comics chez Marvel Comics se passe sans problème. On peut même dire que la licence est entre de bonnes mains. La série éponyme est un véritable hommage proposant tout ce que les fans ont espéré voir. Celle sur Dark Vador est surprenante par sa qualité. L'antihéros est dans toute sa splendeur. En résumé, laissez-vous tenter par le côté obscure cette revue, vous ne le regretterez pas.