The Mighty Blog

1872 #2

Gerry Duggan et Nik Virella tentent de convaincre avec 1872, le titre qui projette les héros Marvel dans l'univers Western. Le Shérif Rogers tente de ramener l'ordre dans la petite ville de Timely, face à un Wilson Fisk qui contrôle tout...

Parce que je suis très narcissique, et que j'aime bien me citer, voilà ce que je disais du premier numéro : "Départ décevant pour une série qui pouvait être bien meilleur, entre l'hommage permanent et le manque d'originalité". La série oscillait en effet entre le Marvel pur et le Western, sans jamais aller vers l'un ou l'autre, ni atteindre l'équilibre idéal. Du coup, on s'ennuyait ferme, et on avait vraiment l'impression que l'auteur nous donnait des coups de coudes comme pour dire "hé hé t'as vu, j'ai fait une référence à Marvel !".

2

C'est un problème qu'on a un peu moins pour cet épisode, vu que l'univers a été (lourdement) établi dans le précédent. On a donc toujours le Shérif Rogers face à Wilson Fisk, propriétaire corrompu qui contrôle la ville. Ce bon vieux Steve cherche à défendre un natif-américain, Red Wolf, qui a voulu faire exploser le barrage qui assèche les siens. Fisk fait donc appel à des tueurs, encore une fois des versions adaptées de méchants Marvel connus, pour neutraliser ses opposants.

On nous avait donc promis de l'action à la fin du numéro précédent, et c'est ce qu'on a. Le problème, c'est qu'elle est mal fichue, et souvent un peu absurde. Par exemple, Steve se cache sous une maison alors qu'un ennemi est juste à côté, et sort à l'autre bout en quelques secondes. Entre ça et les méchants qui font des monologues avant de tirer, on tourne vite en rond. Nik Virella semble avoir du mal à gérer les combats, et c'est plutôt dommage, car c'est trop statique et pas assez violent.

En plus de ça, la série est pleine de raccourcis et de facilité : les méchants ne sont vraiment pas futés, se font balader sans aucune logique, et ça en devient gênant. Ça faisait longtemps que je n'avais pas vu un dialogue comme "Il est là? -Non ! -Ok à bientôt !" (j'exagère, mais c'est un peu ça), et j'ai levé les yeux au ciel plusieurs fois pendant la lecture. Par ailleurs, la série veut mettre en avant Red Wolf, qui aura normalement sa série dédiée cet hiver (mais chut, on vous l'a pas dit), mais il va vite falloir commencer à l'écrire, parce que là, il ne sert absolument à rien. Il a les mêmes répliques depuis le début de la série, aucun background et presque aucune utilité...
3

C'est dommage, parce qu'il y a enfin de bons éléments dans la série. Duggan n'a pas peur de secouer ses personnages (et c'est un euphémisme), et j'ai même été surpris par une décision concernant un personnage. C'est plutôt violent, et même si Virella a du mal avec l'action, certaines scènes sont assez choquantes, ce qui donne enfin un peu de saveur à la série. Les gros changements annoncés par la dernière page promettent beaucoup, et pourraient bien donner un nouvel élan bienvenue. Enfin, le flashback sur Tony Stark est plutôt intéressant, même s'il n'a pas grand intérêt à ce moment là de la série : il aurait été plus judicieux de le placer au début d'un autre numéro...

Virella n'est donc pas à l'aise pour les combats, mais se rattrape plutôt bien sur le reste : c'est plutôt joli, l'atmosphère western est parfaitement là, et la colorisation de Lee Loughridge est très convaincante.

1872 002-0001872 #2

Marvel Comics • Par Gerry Duggan & Nik Virella • $3.99
C'est un peu mieux, mais il y a encore trop d'obstacles pour que ça soit vraiment indispensable. Duggan accumule les clichés et ne s'en sort pas, mais la fin pourrait bien empêcher la série de tourner en rond. A voir, mais ils partent de loin...