The Mighty Blog

Afterlife with Archie #6

Un jour alors que je devais vanter les mérites de Rick Remender sur le réseau social Twitter, un fidèle lecteur, Lionel alias Spideryoyo pour ne pas le citer,  vient vers moi et me dit "lis ça". Après quelques arguments, il m'a tellement bien vendu Afterlife With Archie que je l'ai lu et que je vous en fais le critique aujourd'hui.

Alors, j'avoue je ne suivais pas du tout la série. Pour moi, After Life With Archie était une parodie de films d'horreur faite à la sauce Archie. Je pensais que si Archie Comics a fait appel à Roberto Aguirre-Sacasa (Angel: Revelations, Loki, The Stand...) et Francesco Francavilla pour aller jusqu'au bout du délire. Mais, j'avais tord. C'est tout le contraire : la série est un pastiche de titres Archie à la sauce horrifique. Et là est la différence. Dans ce même épisode, on peut sourire mais il s'agit d'un véritable récit horrifique empruntant les codes de H.P. Lovecraft.

Cet épisode est un stand-alone et il n'y a pas besoin d'avoir lu les 5 précédents pour comprendre. L'histoire nous présente Sabrina "Sawyer" internée dans l'hôpital psychiatrique dirigé par le Docteur Lovecraft. Elle fait des cauchemars plus vrais que nature depuis la mort de ses tantes. Mais, ceci n'est que le début.

L'ambiance posée est magistrale. Entre le scénario qui permet aux ombres de se transformer en tentacules ou en scolopendres et le dessinateur qui ajoute des ombres de personnages cachés dans le décor, on a l'impression de lire en BD un véritable hommage aux histoires de H.P. Lovecraft. L'ensemble retranscrit une folie sous-jacente et des choses qui semblent paraître autre chose qu'elles sont vraiment (ou prétendent être vraiment).

Vu que je m'attendais à tout autre chose, j'ai fortement été surpris lorsqu'on a appris qui était les différents protagonistes. Surtout l'héroïne à vrai dire. Vu comme c'est emmené, je préfère ne rien dévoiler à ce sujet et la surprise fut pour moi de taille.

Le scénario, ambiance et la mise en scène m'ont plus que plu. Et, c'est également grâce au talent de Francesco Francavilla, que cela prend vie. Sa manière d'accrocher l’œil avec ses pointes de couleurs accentue la sensation d'angoisse. Et puis, la double page finale mérite à elle seule la lecture. Il démontre tout son talent ici. Il y a une quantité de détails incroyable et c'est spectaculaire. Il s'agit presque d'une gravure tellement c'est beau.

Afterlife-With-Archie-006-CoverAfterlife with Archie #6

Archie Comics • Par Roberto Aguirre-Sacasa & Francesco Francavilla • $2.99
Très bonne surprise et je ne remercierais jamais assez Lionel pour ce conseil de lecture qui m'a procuré énormément de plaisir... malsain. En effet, l'ambiance lovecraftienne est des plus réussies et on ressent l'angoisse des protagonistes ainsi que la présence de ce personnage qu'on ne voit jamais et qui incarne la folie - la patte du créateur de Cthulhu. Une réussite que je vous conseille à mon tour en espérant que vous preniez le même plaisir. Et à bas prix.