The Mighty Blog

All-New X-Men #35

Spider-Men continue... Oups. Je voulais écrire All-New X-Men. En effet, l'aventure des jeunes X-Men dans l'univers Ultimate ressemble à s'y méprendre à celle de Peter Parker. Cela ne veut pas dire que Brian Michael Bendis ne rend pas son histoire intéressante...

En deux épisodes, le scénariste a fait ce que je n'aime pas chez lui. En effet, l'épisode précédent se terminait en eau de boudin donnant l'impression qu'il n'était pas terminé. Celui-ci commence par sa fin avant de revenir à la suite directe de l'épisode précédent. Je pense que l'auteur réfléchit au rythme du Trade Paperback afin de placer de l'action après un long moment de dialogues. Honnêtement, ça ne marche pas. Cela donne même l'impression que la fin de cet épisode est expédié. Ce qui n'est pas vrai !

En tout cas, l'histoire est intéressante et je me demande si cela fait écho aux événements que l'on peut lire dans Fantastic Four. Et c'est cet aspect qui donne l'impression qu'on n'a pas en face de nous une relecture de Spider-Men. En tout cas, on retrouve ici les mêmes effets et la même structure (sans le passage émouvant entre Peter et Gwen). Bien sûr, on peut critiquer cette manière dont Bendis s'envoie des clins œil mais la lecture est agréable.

S'il y a une chose qui faut véritablement retenir de cet épisode, c'est la prestation de Mahmud Asrar. On sait le dessinateur talentueux et Bendis le voit. Ainsi il commence à oublier sa manière de faire dessiner Stuart Immonen pour faire ressortir le meilleur de son nouveau dessinateur. Ainsi la première double-page est un bonheur infini avec une avalanche de personnages et auxquels le dessinateur arrive à donner vie et personnalité. Les cadrages varient et on retrouve les vues en contre-plongées qu'adorent Asrar. Bref, c'est plaisant à lire et à regarder.

All-New X-Men 035-CoverAll New X-Men #35

Marvel Comics • Par Brian Michael Bendis  & Mahmud Asrar • $3.99
L'impression de déjà-vue n'est pas illusoire, Bendis reprend sa structure de Spider-Men et il s'envoie des clins d'œil. Mais c'est surtout le travail de Asrar qu'on retiendra tellement le dessinateur se lâche et nous offre des pages dynamiques et de toute beauté.