The Mighty Blog

All-New X-Men #38

Pour l'instant, Black Vortex ne m'a pas convaincu. Faut dire que jusque-là, il fallait accepter le fait que, malgré Avengers vs X-Men et The Thanos Imperative, les X-Men et les Gardiens de la Galaxie acceptent de jouer avec une source de force énergétique intergalactique. Mais, je dois avouer que Brian Michael Bendis fait changer mon fusil d'épaule avec cet épisode de All-New X-Men.

Bendis est quelqu'un qui sait s'y prendre lorsqu'il s'agit d'écrire des épisodes pour un cross-over ou un grand événement. Selon moi, sa prestation dans Battle of The Atom était impeccable, un événement qui était pourtant loin de tenir ses promesses. Pour le cas Black Vortex, avec sa prestation dans Guardians of The Galaxy, il n'avait pas su me convaincre. Faut dire qu'il a ses gimmicks sur la série des Gardiens qui bousille quelque peu sa narration.

Ici, cela sonne bien différent. Dès les premières pages, il y a un ton, quelque chose d'intrigant et de pesant. Les personnages qui se sont regardés dans le Black Vortex ont une voix et, enfin, on ressent la menace que représente le pouvoir de l’artefact. Au final, cela ressemble à une variante de la Phoenix Force qui pousse à faire croire à notre trio qu'ils sont prédestinés à faire le bien autour d'eux. Le danger ne viendrait pas de ce qu'il offre mais des convoitises qu'il suscite.

Cet épisode est également un rappel que l'univers cosmique de Marvel est paradoxalement petit. Ainsi, de nouveaux protagonistes font leur apparition dans l'intrigue; Nous avons donc des retrouvailles attendues (pas de spoilers mais vous vous doutez bien de qui je parle) mais également une nouvelle menace qui devrait avoir plus de charisme que la cabale dont font partie Thane et de J'Son of Spartax.

A l'occasion de Black Vortex, la série accueille Andrea Sorrentino en tant que dessinateur intérimaire. Son découpage a le mérite d'être original et son trait relativement clair. Forcément, ça rappelle Bill Sienkiewicz mais plutôt les mauvais côtés du dessinateur emblématique de New Mutants. En tout cas ses décors et la scène de bataille spatiale sont exceptionnellement chouettes. J'ai trouvé qu'il y avait un problème de lisibilité dérangeant mais, pour le coup, je blâmerais d'avantage Marcelo Maiolo, le coloriste. La colorimétrie repose sur les mêmes tonalités. En soit, ce n'est pas problématique mais avec un artiste plus graphique qu'un "cartooniste" en faisant varier les couleurs de scène en scène, cela apporte un certain confort à la lecture. Lee Loughridge adore cette technique et cela ajoute une véritable valeur ajoutée à l'arc en cours sur la série X-Men ou à feu All-New X-Factor. Certes, je chipote, mais mon immersion en prend un coup lorsque je suis obligé de tourner une page en arrière pour regarder si je n'ai pas raté une case.

All-New X-Men 038-CoverAll-New X-Men #38

Marvel Comics • Par Brian Michael Bendis & Andrea Sorrentino • $3.99
Black Vortex gagne un peu en intérêt avec cet épisode. Le problème étant que nous savons vers quoi on va mais le voyage pour y aller semblait un peu mou. Bendis donne de la prestance aux personnages touchés par le Black Vortex et rajoute dans l'équation une nouvelle menace. J'espère que les prochains continueront au moins dans cette lignée.