The Mighty Blog

Amazing Spider-Man #11

On en est au troisième chapitre, et Spider-Verse continue d'impressionner. Si certains tie-ins sont décevants, la série principale ne faiblit pas, avec un Dan Slott en très grande forme, et un Coipel déchaîné.

L'attaque de la famille de Morlun a fait très mal aux araignées, qui se sont réfugiées dans une dimension protégée par le pouvoir de Peter "Captain Universe" Parker. Une fois réunis, le plan se met en marche, mais la rencontre entre Peter Parker et sa version "Superior" risque bien d'être explosive...

On attendait Slott au tournant sur la rencontre, et on n'est pas déçus. Alors qu'Axis se contente de rejouer l'éternel combat entre les héros encore et encore, l'auteur évacue ça d'une manière très intelligente et finalement assez logique, pour se concentrer sur l'action principale. Loin d'être complètement résolu, le conflit semble quand même promettre une sacrée discussion entre les deux, mais on n'y passe pas trois numéros (salut Bendis, salut Remender). Le nouvel assaut des Héritiers fait très mal, et finit de bien montrer ces personnages comme étant des prédateurs, implacables et apparemment immortels.

S'il faudra malheureusement aller voir du côté des tie-ins pour trouver certaines étapes du plan, le numéro est suffisamment rempli pour satisfaire le lecteur. Entre les moments d'actions épiques grâce au dessinateur, et les moments plus intimes de discussions entre certains personnages, ça ne s'arrête pas un instant. L'avantage dans le jeu avec les versions alternatives, c'est qu'on peut aborder plusieurs aspects d'une même histoire et d'un même univers. A ce titre, la discussion entre Peter et une Gwen d'un univers parallèle est aussi touchante qu'amusante.

Le dénouement est particulièrement vicieux, prouvant bien qu'aucun Spidey n'est en sécurité. Slott joue certes avec des personnages qu'on ne connait pas ou qu'on n'avait pas vu depuis des années, mais a réussi à les rendre attachants, ce qui fait que les voir disparaître marche bien. La dernière page intrigue, et le sentiment d'urgence est total. Enfin, le numéro est rempli d'humour, avec des versions alternatives et des univers complètement farfelus. Du très bon Slott.

L'auteur fait un travail convaincant, mais Olivier Coipel est dans un autre univers. On pourrait être mauvaise langue et noter les décors un peu plus absents dans ce numéro, mais c'est tellement secondaire par rapport aux personnages que je lui pardonne. Les héros sont parfaitement dessinés, les mouvements et les scènes d'actions sont dingues, et les couleurs de Justin Ponsor (et les cinq encreurs!) sont magnifiques. Pour un décor absent, il nous sort quinze personnages malsains, impressionnants, ou carrément bluffants. Bravo.

 

Amazing Spider-Man 011 (2014) (Digital) (Darkness-Empire) 001Amazing Spider-Man #11

Marvel Comics • Par Dan Slott et Olivier Coipel • $3.99
Slott est un génie, aidé par un artiste au sommet de son art. C'est rythmé, intéressant, jouissif, et entraînant. Spider-Verse ne déçoit toujours pas, et à moins d'un faux pas, on tient là une saga culte.