The Mighty Blog

Animosity #5

Après une courte pause, Margaret Bennett et Rafael De Latorre reprennent Animosity, l'histoire de Jesse et Sandor qui essaient de survivre tant bien que mal dans un monde désolé.

C'est une bonne nouvelle qui est parvenue en catimini mais qui nous fait chaud au cœur : Snorgleux Comics va éditer le premier album de Animosity en France. Cette série vaut vraiment la lecture. Tout d'abord, parce qu'elle reprend les codes de The Walking Dead - ce qui est finalement assez rare - mais les tranpose dans une lutte qui oppose les hommes aux animaux, dotés d'une conscience. Mais, cela va plus loin que ça puisque Bennett va montrer un monde qui n'est pas tout blanc ou tout noir. Certains animaux protègent leur maître, des humains sont contre le massacre des animaux, etc. Et, l'histoire de Animosity propose des émotions fortes et sincères notamment l'attachement de Sandor, le chien, à Jesse, la petite fille qui a toujours été gentille avec lui.

Animosity est une franche réussite.

Dans cet épisode, Jesse et les animaux voyagent ensemble et se remettent comme ils le peuvent des évènements qui ont eu lieu dans le camp où ils étaient auparavant. Forcément, tout n'est pas simple. Certains animaux ont du mal à rester proche d'humains. La cohabitation est difficile et si la chèvre Zarzamorra n'est pas très douce avec Jesse, elle a un comportement différent avec sa congénère. La manière dont sont traitées ces relations est plutôt habile de la part de Bennett, elles servent la narration.

La scénariste montre aussi quelques chose d'inédit dans un comicbook du genre : Jesse a ses premières règles. Tous ceux qui ont vu Carrie savent que ça peut être traumatisant... Non, je plaisante. Je n'en sais rien mais entouré d'animaux cet événement est encore plus difficile à gérer. Personnellement, en tant que lecteur, je trouve ça intéressant parce que ça m'a mis mal à l'aise car le sujet est tabou dans notre société (apparemment les règles ne sont pas bleues fluo). C'est d'autant plus intéressant d'en parler. Alors, je rassure ceux qui en douteraient : non, cela ne fait pas de Animosity un comicbook uniquement destiné aux filles. Il est écrit pour tous, et dans ce sens, cela est très réussi.

Les dessins de De Latorre sont très propres. Il sait bien structurer son décor et donner cette impression de désolation. Et puis, il donne de la personnalité les animaux - parfois en évitant d'être trop réaliste - et ce n'est pas évident. Par contre, je ne suis pas fan de la colorisation de Rob Schwager. C'est d'ailleurs un point commun entre chaque publication de AfterShock Comics.

Animosity #5

AfterShock Comics • Par Marguerite Bennett & Rafael De Latorre • $3.99
Il n'y a qu'un seul titre chez AfterShock Comics que je vous recommanderai les yeux fermés et c'est Animosity. Oui, même face à des séries écrites par des cadors comme Warren Ellis et Brian Azzrello, je préfère cette histoire où les animaux parlent et accompagnent une petite fille (notamment) parce que c'est aussi touchant que sordide, ça met mal à l'aise sur de nombreux points et pourtant, on aime les personnages même leur ambivalence. C'est une grosse réussite et j'espère que la série est partie pour durer.

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs