The Mighty Blog

Avengers #1

Les Avengers entament un nouveau départ !

Après Mark Waid, c'est au tour de Jason Aaron et Ed McGuinness de reprendre le titre Avengers. Couronné de succès avec sa saga gigantesque sur la série consacrée à Thor, l'auteur décide de changer un peu la donne en mettant la Terre face à sa plus grande menace. Littéralement.

Jason Aaron reste un auteur qui déçoit rarement chez Marvel, et l'éditeur l'a bien compris en lui confiant le plus gros titre du moment, surtout avec un certain film qui fait un petit score sympathique au box-office. Pourtant, il ne fait pas un titre stupide et bas du front accessible pour un lectorat qui souhaite découvrir. Si des néophytes veulent s'y mettre, c'est possible (même en passant à côté de certains éléments), surtout parce que ça tabasse.

Il continue l'histoire lancée dans Marvel Legacy, en mélangeant les époques et les héros qu'on a pas forcément l'habitude de voir ensemble. Les Avengers d'il y a un million d'années et les Avengers divisés de maintenant vont pourtant faire face à la même menace, à deux époques différentes...

On est loin des All-New All-Different Avengers de Mark Waid. Ce dernier avait commencé sa série en opposant les héros à un méchant de la série Nova, un dictateur spatial à la super-force. Si le titre avait énormément de qualités, il se concentrait plus sur un message social que sur une vraie menace de grande envergure (ce qui n'est absolument pas un reproche). Là, Jason Aaron décide de taper fort, et emmène avec lui les Célestes, ces entités cosmiques présentes depuis la création de l'univers.

Mais avant de faire cogner des Dieux sur d'autres Dieux, il va falloir créer une équipe, et ce n'est pas gagné d'avance. Les héros sont divisés après Civil War II et Secret Empire, et ça fait plaisir de voir l'auteur se servir de ce qui a été fait avant lui. L'idée de réunir les membres fondateurs autour d'un verre est sympathique, et permet une discussion bienvenue et surtout nécessaire entre eux. Toutes les tensions et les doutes ne sont pas apaisés, et la volonté de ne pas faire disparaître ce qui a été fait avant est appréciée. Les dialogues sont réussis, les personnages ne sont pas juste là pour balancer douze vannes par page et taper sur des trucs, on les sent paradoxalement plus humains que chez Mark Waid.

Surtout que la composition de l'équipe, présente dès la couverture mais pas encore dans le numéro, est vraiment intéressante. Si on passe outre les grands anciens des Avengers, voir des petit nouveaux comme Ghost Rider, ou encore une She-Hulk en pleine dépression promet beaucoup. Les héros sont encore séparés dans ce numéro, mais la destruction et le chaos qui arrivent vont les rapprocher, et ça promet.

Pour illustrer ça, Marvel embauche un des meilleurs dessinateurs du moment, Ed McGuinness. On ne sait pas combien de temps l'artiste va tenir vu sa faible productivité, mais il rappelle à chaque page pourquoi il dessine peu: parce que c'est le putain de patron. Chaque page est incroyable, il ne respecte pas les découpages habituels et fait en sorte qu'un héros soit mis en valeur sur chaque page. C'est plein de vie, les cadrages sont incroyables, et le comic n'a rien à envier aux scènes d'action des films. Son sens de la mise en scène est bluffant, ses doubles pages sont magnifiques (celle avec les Avengers préhistorique est à pleurer), et la page finale du numéro m'a donné des frissons à chaque lecture. C'est un artiste intouchable, et il rend là certainement un de ses plus beaux numéros.

Avengers #1

Marvel Comics • "The Final Host" • Scénario : Jason Aaron - Dessins : Ed McGuinness - Encrage : Mark Morales - Couleurs : David Curiel - Lettrage : Cory Petit • $4.99

Si Jason Aaron et Ed McGuinness pouvaient arrêter d’être insupportables et de ridiculiser tous les autres titres, ça serait gentil. Là, c’est un début quasiment parfait pour le titre, qui ramène de l’envergure et du cosmique sur Terre, et promet de vendre du rêve. Il faut espérer qu’ils arrivent à maintenir ce niveau, mais quand on sait comment fonctionne l’auteur, on peut espérer qu’ils y arrivent.

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs