The Mighty Blog

Avengers & X-Men: Axis #6

Fin du deuxième acte pour Axis : les mutants ont pris le contrôle, les Avengers sont devenus des versions diaboliques de ce qu'ils étaient à la base, et beaucoup vont en payer les frais...

Depuis le début, Axis oscille entre le bon et le moyen : l'idée de départ était sympathique, mais l'exécution laisse à désirer, même pour Rick Remender. C'est la première fois qu'il gère un aussi gros casting, et la première fois qu'il est seul à la tête d'un event, et ça se ressent. Il prend son temps, peut-être trop, pour placer tous ses personnages où ils doivent être, et si le troisième acte promet beaucoup, le second laisse à désirer.

Ce n'est pas mauvais, c'est juste que c'est terriblement plat. C'est le syndrome "fin du deuxième tiers" qui fait effet ici, et ça se sent. Tout est en prêt, Remender a correctement placé ses pions, et fait patienter son lecteur pour un final qui se devra d'être incroyable. En attendant, les versions "inversées" des personnages ne sont pas la meilleure idée du siècle à mon avis. Il y avait moyen de rendre les choses plus intéressantes que de montrer Thor qui joue au casino, ou les X-Men qui se tapent encore dessus entre eux. Le tout manque d'envergure, et pire encore, la première page noire, remplie de dialogues (la marque de Remender) consiste en une ellipse qui aurait dû être montrée dans ces pages.

Du coup, le numéro traîne un peu en longueur, et fait que les personnages ne sonnent pas toujours justes. C'est peut-être l'inversion qui parle, mais je n'ai pris aucun plaisir à les voir, vu que c'était quasiment des personnages différents. Pour le coup, les tie-ins sont plus intéressants, à commencer par le Superior Iron Man, bien mieux écrit dans sa série que par Remender, qui ne fait que l'effleurer. Axis a un problème de rythme, mais comme chez The Mighty Blog on voue un culte à Remender, on choisit de croire que c'est pour préparer le troisième acte qui pardonnera toutes les faiblesses du début. On veut y croire, mais ce n'est pas facile.

C'est encore plus difficile quand on voit la partie artistique : Adam Kubert s'en sortait en faisant du Kubert (brouillon par moment, mais tellement bien fait qu'on lui pardonnerait tout), Leinil Yu est épuisé par ses numéros d'Avengers, et Terry Dodson dessine avec la mauvaise main, les yeux bandés. J'avais critiqué le précédent numéro, qui était franchement brouillon, mais là, c'est honteux de sa part. Les personnages sont à peine esquissés, rarement au premier plan (hop, on évite les détails comme ça !), et les décors sont complètement vides la plupart du temps (hop, on évite de dessiner comme ça !). C'est plat, ça n'a aucune mise en scène, et ça gâche un peu la lecture. Venant de celui qui m'avait ébloui sur sa saga Marvel Knights de Spider-Man, c'est triste. Les visages sont soit ratés, soit calqués sur un seul modèle (quand ils sont dessinés hein, sinon c'est une bouillie informe vue de loin), il n'y a aucune inventivité, c'est vraiment dommage venant de quelqu'un comme Dodson.

Du coup, pourquoi forcer trois dessinateurs à dessiner un arc aussi long, alors qu'un seul aurait pu suffire ? Comme le disait Noisybear, il y a Bagley qui aurait été génial ici et parfaitement capable de tenir les délais, ou même d'autres dessinateurs, peut-être moins vendeurs, mais plus capables que Dodson. Deodato me manque beaucoup, depuis Original Sin.

Avengers & X-Men - Axis 006-000Avengers & X-Men: Axis #6

Marvel Comics • Par Rick Remender & Terry Dodson • $3.99
Fin décevante du deuxième acte, en partie gâchée par un dessinateur soit trop fatigué, soit précipité pour rendre ses pages. C'est plat, et on a l'impression que les trois derniers numéros n'ont servi qu'à mettre en place un troisième acte qu'on attend impatiemment. Il vaudrait mieux pour Remender qu'il assure.