The Mighty Blog

Batman #24

Après un mois de Villain's month nous privant des titres réguliers, Batman revient dans son arc contant les "origines des origines" du Chevalier Noir. Enfin, c'est ce que voulait nous faire croire Scott Snyder pour ne pas froisser les fans. Mais, dès la troisième partie sur onze de l'arc en cours, Zero Year, Snyder déborde déjà sur la fameuse Year One de Frank Miller. Ce Batman #24 le confirme, mais ce n'est peut-être pas plus un mal...

Apres avoir vu l'hologramme d'une chauve-souris qui lui inspire le personnage de Batman, Bruce Wayne prend un peu trop confiance en lui et se radicalise : il décide de ne plus attendre que les méchants frappent mais de les attirer dans un piège et les mener droit à Batman.

Autant le dire tout de suite, Snyder réécrit les origines de Batman. Il n'apporte pas d'éléments en plus qui alourdiraient Year One et Long Halloween. Non ! Il fait table rase du passé. Enfin... Presque... On va dire que le scénariste a pris toutes les bonnes histoires des origines de Batman et n'en fait qu'une. Depuis, le début j'avais l'impression de lire un épisode de Batman The Animated Series avec des éléments de Year One ou de Détective Comics #47 (les premières origines de Batman). Et maintenant, on rajoute des éléments du Batman de Burton et de Killing Joke d'Alan Moore. D'ailleurs, si vous avez vu le film ou lu le comics, lorsque l'on voit le panneau Ace Chemistry, la scène de baston qui s'y déroule paraît bien longue. Du coup, vu la tournure de l'histoire, j'imagine que par la suite, on aura le droit au voyage au Tibet de Bruce comme dans le film Batman Begins. En somme, rien de nouveau, Snyder nous démontre encore une fois qu'il est un fanboy de Batman mais il oublie de marquer son territoire.

La réécriture des origines de Batman était peut-être nécessaire d'abord pour les nouveaux lecteurs, mais aussi pour éclaircir la continuité très chaotique des New 52. Autant Snyder répond à la première attente, autant il passe complètement à côté de la seconde. Bon, il reste encore 7 épisodes pour rattraper le tir.

Sinon, j'aime bien ce que laisse présager l'histoire à propos d'Alfred et j'espère que cela ne retombera pas comme un soufflet ou comme un certain objet sous une cloche d'argent, si vous voyez ce que je veux dire.

Graphiquement, Greg Capullo est très en forme, il s'amuse aussi avec des splash-pages, et nos yeux lui disent merci.

Si le plus gros reproche que je peux faire à ce Batman #24 c'est certainement son prix. 7 dollars. Si encore, c'était justifié mais l'épisode est très (trop ?) verbeux et sincèrement 4 ou 5 pages auraient pu être enlevées. Sans compter la back-up story joliment dessinée par Rafael Albuquerque mais complètement inutile.

Batman_24_CoverBatman #24

DC Comics • "Zero Year (4/11): Dark City (1ère partie)" Par Scott Snyder & Greg Capullo - Back-up par Scott Snyder, James Tynion & Rafael Albuquerque • $7.00
Scott Snyder n'agrémente pas les origines de Batman, il les réécrit. Mais malgré cela, Zero Year sonne comme rien de véritable nouveau. Il s'agit d'un véritable patchwork des meilleures histoires sur l'origine du Chevalier Noir. Du coup, les vieux fans voient les événements arrivés de très loin. Même s'il s'agit dune lecture agréable, notamment grâce aux dessins de Capullo, Batman #24 est très verbeux ce qui gâche un peu le plaisir...