The Mighty Blog

Batman #26

Dark City, le deuxième arc qui compose Zero Year, continue. Après un premier épisode mi-figue mi-raisin, Scott Snyder et Greg Capullo nous en proposent ce mois-ci un pathétique avec une trame qui fera hurler plus d'un fan du Chevalier Noir et, où toutes les faiblesses de l'auteur sont mises en avant.

Après avoir créé son avatar - Batman - et s'être débarrassé de Red Hood, Bruce Wayne doit maintenant affronter deux menaces : le Doctor Death et surtout Gordon qui commence un peu trop à s'intéresser aux affaires de Wayne. Mais la motivation du jeune milliardaire n'est pas forcément celle qu'on imagine...

Je n'ai absolument aucun soucis avec le fait que Snyder revisite les origines de Batman. Je dirais même que vu le bordel que The New 52 a foutu avec la continuité Batman, cela était nécessaire. Je n'ai absolument aucun soucis avec le fait que Snyder s'éloigne de Year One de Miller vu qu'il s'agit d'une continuité différente de celle qu'on est en train de lire. En revanche, j'ai beaucoup de mal quand Snyder ne répond pas a ce qui lui est demandé et ce qui donnerait de l'intérêt à son (super long) arc Zero Year. Pour être clair, on voudrait bien que cela nous clarifie The New 52, et plus ça va, moins j'arrive à m'imaginer les événements censés avoir été conservés de la continuité précédente : Long Halloween, les 3 Robin. Killing Joke ou encore Death In The Family. Quant à Year One ? Il s'agit de la seule chose évidente : cela ne s'est pas produit. Il reste encore un paquet d'épisodes (7 il me semble) donc Snyder a le temps d'y répondre... Peut-être. Encore faut-il que l'histoire soit intéressante.

En fait, ce qui m'indigne le plus c'est la définition que Snyder donne à ses personnages. Enfin surtout aux protagonistes centraux à savoir Wayne et Gordon.

D'abord, Bruce qui est tellement idiot qu'il est à frapper. Snyder veut en faire une tête brûlée remplie de haine. Mais au final, on a l'impression de voir le mec le plus con de l'histoire des super-héros. J'ai un peu l'impression de lire les origines de Batman par Michael Bay. Comme si c'était Sam Witwicky (Shia Labeouf dans les films Transformers) qui porte le costume du Chevalier Noir. À moins qu'à la fin de Zero Year, Bruce se fasse greffer un cerveau, je ne vois pas comment ce type pourra devenir le célèbre détective super intelligent qu'est Batman. Il n'est pas foutu d'être discret et vu son comportement à l'hôpital, il devrait mieux se balader à poil dans la rue avec une pancarte autour du cou où il serait écrit "Je suis Batman". À moins que le but de Snyder - et j'ai l'impression que c'est ce vers quoi on tend - soit de nous apprendre que Gordon connait l'identité de Bruce. Ce qui foutrait encore bien plus le bordel avec la continuité.

Mais justement parlons de Gordon. Ce vieux croulant avec une voix de papy gâteau de Gordon. Je trouve ça un peu dingue qu'en dix ans (temps écoulé entre la continuité et cet arc) Wayne ait autant évolué et pas Gordon. Enfin sur la voix de Gordon à vrai dire. Et surtout que Snyder ait perdu ce qui faisait la force du Gordon de Year One : la motivation, la droiture et cette naïveté presque utopiste qui le caractérisait. On entend le Gordon que l'on connait dans le présent, c'est dommage. Et cette histoire qui "donne un lien tellement fort" entre Gordon et Wayne est presque aussi ridicule que l'histoire de l'hologramme. Mais justement, ce lien, parlons-en. En fait, depuis le début de Zero Year, on découvre un Bruce qui semble détester Gordon. Et bien, on sait pourquoi maintenant. Et c'est pas la meilleure idée qui soit. On a presque l'impression de lire les origines de Gordon de Earth-3 (la Terre DC motivée par le mal). Bien que Gordon reste un gentil pépère, on apprend donc qu'il est un ripou., Ce qui bousille pas mal l'image de Gordon qui était un exemple de vertu pour le lecteur mais aussi - et surtout - pour Bruce Wayne. Là, clairement, il est l'élément déclencheur qui crée Batman dans l'esprit traumatisé de Bruce après qu'il ait vu le meurtre de ses parents. Dorénavant, Gordon représente TOUT ce que Wayne maudit. TOUT ce pour quoi il veut se battre.

Mais bon, on sait vers quelle direction le personnage  se dirigera vers présent (ou plutôt avant la fin de Zero Year) : Gordon s'achètera une conduite en même temps que Wayne se sera fait greffer un cerveau.*

Sinon, dans l'épisode, il ne se passe pas grand chose d'autre. Snyder utilise les mêmes schémas dans sa structure d'épisode, ceux qu'il utilise depuis le début de la série à savoir : de l'action sans trop de pression suiviS de blabla suivi d'action pour donner un faux twist nous faisant croire que Batman est danger. La menace du Docteur Death est inintéressante. L'intrigue avec Riddler est trop légère pour le moment. Seule l'histoire du désert donne envie de lire la suite.

Dernier point, ce mois-ci, Greg Capullo a le trait plus faible que d'habitude. C'est assez rare que cela lui arrive pour être noté.

* Je sais, je suis très dur là.

Batman-026-coverBatman #26

DC Comics • "Dark City Part 2" Par Scott Snyder & Greg Capullo • $3.99
Cet épisode de Dark City est comme le précédent : vide. Enfin non, Snyder construit la relation Gordon/Wayne mais avec un des deux protagonistes hors du temps et l'autre complètement débile. C'est là donc le problème de cette histoire, on n'a pas envie de s'attacher aux personnages. En plus, l'histoire ne clarifie pas la continuité de Batman dans le New 52, du coup, on a cette impression qu'en racontant les origines de Batman, Snyder réalise un fantasme en espérant rester dans le panthéon des scénaristes du chevalier noir... C'est mal barré.