The Mighty Blog

Batman #29

Dark City, le second chapitre de Zero Year, se termine dans un double épisode où Scott Snyder se voit contraint d'accélérer le mouvement. Un épisode plutôt axé action mais avec de nombreuses révélations.

Le Riddler a plongé dans le noir tout Gotham City et c'est le bordel. Gordon se sent seul et se voit obligé de coopérer avec Batman pour empêcher le vilain d'exécuter son plan machiavélique.

Je vais reprendre les mots de Xavier Fournier sur sa critique de l'épisode sur le site de Comic Box :

(...) il y a le procédé de « complexification » de Snyder, qui revient à compliquer tous les éléments antérieurs qu’on connaissait à l’origine.

Et ça résume bien ce que je pense de cette nouvelle écriture des origines de Batman. Snyder n'arrive pas à se freiner et superpose des successions de couches. Et, ça en devient fatiguant. Pourtant, il y a de très bonnes choses dans cet épisode.

L'idée de mettre en parallèle l'action de Gordon et de Batman est une très bonne idée introduisant chez le Chevalier Noir, plutôt solitaire pour le moment, certains principes qu'il appliquera par la suite en formant notamment le Dynamic Duo avec Robin. Et puis, ça permet de créer un lien respectueux et fort entre le flic et le justicier ce qui emmènera certainement l'explication du partenariat entre Batman et le GCPD lorsque Gordon deviendra commissaire. Et je dirai que ça aurait suffit pour faire de l'épisode est super bon épisode.

Mais Snyder ajoute une nouvelle dimension au personnage. Et c'est là que le bât blesse. Il y avait ce truc que j'aimais bien dans l'approche de Snyder sur son personnage de Bruce Wayne ; ce côté "je suis Batman" et non pas "je suis devenu Batman". Je m'explique : Wayne est certes un petit c** (bien déstabilisé par sa conversation avec Gordon lors du dernier épisode) mais il a cette volonté - dès son apparition dans Batman #21 - de faire justice soi-même. Il est marqué par son passé mais il me semblait clair que la mort de ses parents n'était pas la raison mais le déclencheur. La confirmation était de voir ces flics corrompus. Mais, voilà que Snyder nous offre, certes, une version différente de la naissance de Batman mais ne mise pas l'originalité (pourtant bien amorcée), il préfère donner un syndrome "Oncle Ben" à Bruce Wayne. Et, je trouve que cela fait cliché : l'enfant qui fait une betise, le père aimant, le père (et la mère) qui meurt à cause de la bêtise de son fils.

De l'autre côté, l'épisode va relativement vite - même si c'est très bavard - grâce à l'efficacité et le mouvement permanent dans les cases qu'injecte Greg Capullo. Surtout le long discours sur la présentation, les origines et les ambitions de Doctor Death. Oui, Snyder avait beaucoup de choses à régler dans cet épisode avant d'entamer le troisième et dernier chapitre de Zero Year. En tout cas, le lien entre Docteur Death, Lucius Fox et Bruce Wayne est très intéressant. Et, avouons que la fin de l'épisode donne envie de savoir ce que nous réserve le scénariste.

Dernier point, cet épisode est un véritable minier à référence d'hommages. Entre la tête du Batman de Mazzuchelli caché dans le ciel, la référence à All-Star Batman and Robin the boy wonder de Frank Miller ou la pleine page reprenant une couverture de Batman: The Dark Knight Returns, les deux auteurs donnent du plaisir aux fans.

batman-29-CoverBatman #29

DC Comics • "Dark City Part 4" Par Scott Snyder & Greg Capullo • $3.99
Encore une fois, Snyder nous offre un épisode mi-figue mi-raisin. D'un côté, il nous construit une relation Batman/Gordon très bien pensée et transformant petit à petit le jeune Bruce Wayne (et le scénariste est parti de loin), de l'autre il réduit son Batman à "c'est la faute de Bruce si les Waynes sont morts". Peut-être que comme le cas Gordon, Snyder fera une pirouette scénaristique pour démentir mais ça serait lourd.