The Mighty Blog

Batman #36

Endgame, le nouvel arc de Batman, continue. Ce n'est pas une histoire anodine puisque Scott Snyder termine en quelque sorte son premier chapitre de son run sur la série. Du coup, il nous fait revenir un vilain dont l'ombre pèse sur le Chevalier Noir depuis le début des New 52.

Gotham City a été évacué parce que la Justice League attaque la ville qui en veut à Batman. Les plus grands héros sont en effet devenus fous...

L'enthousiasme du précédent épisode est retombé comme un soufflé. Non pas que l'épisode soit mauvais mais il est difficile de ne pas constater les incohérences éditoriales. D'abord, le choix de montrer la Justice League du passé. Je présume - et j'espère - qu'il s'agit de la Justice League du passé. Ainsi, les inquiétudes sur la surveillance du monde sans l'équipe de super-héros est justifiée. Bien qu'encore il y avait la Justice League of America active à l'époque pré-Forever Evil.

Le problème est donc là, où se situe cette histoire précisément ? Si c'est dans le passé, on sait alors que la santé d'Alfred (apparemment il est malade, cela est certainement arrivé dans les pages de Batman Eternal) ira en s'améliorant vu ce que l'on a pu voir dans Batman and Robin ou même dans Justice League.

Et puis, il y a l'évocation de Death of the Family, qui selon Alfred a changé à jamais Batman. On aimerait bien y croire sauf que tout de suite après Bruce perdait son fils ce qui a vite fait oublié à tout le monde la blague du Joker. De plus, avec la lecture du précédent épisode de Batman And Robin, on sait que ça a été un coup dur sur le coup mais que personne n'en veut à Bruce.

Maintenant, si on ne s'attache pas à la continuité - et vu que pas mal de personnes ne lisent que cette série, l'épisode tient la route. Comme pour Death of the Family, Snyder a construit quelque chose sur le moyen terme avec la révélation sur un personnage récurrent - mais anecdotique - de l'univers Batman par Snyder (à savoir cette série, Batman Eternal et Arkham Manor). Ça se veut être une grosse révélation comme celle de la véritable identité de Xorn dans New X-Men, sauf que c'est tellement étalé sur les pages qu'on ne se prend pas au jeu. Et puis, le rôle utilisé par le Joker est un personnage tellement anecdotique.

Cela révèle mon autre problème avec l'épisode : l'écriture du Joker. J'ai du mal à voir le Joker tenir un rôle aussi longtemps. En fait, je ne vois pas le Joker comme un manipulateur qui travaille sur le long terme. Ça nécessite d'être quelqu'un de rationnel. Mais, il est peut-être comme ça le Joker New 52. Plus proche du film Dark Knight que de Killing Joke ; plus manipulateur que la représentation de la folie incarnée. Moi, je n'accroche pas à cette version trop manichéenne du personnage. Tant pis.

Vous l'aurez compris, cela ne remet pas en cause l'histoire de Scott Snyder et même s'il utilise la même structure - à savoir action / dialogue et constat / enquête / twist / scène finale / cliffhanger, il la rode de plus en plus afin de parfaire le rythme qui, ici, touche à l'excellence.

Greg Capullo s'amuse toujours autant. La scène d'introduction est magistrale. Les scènes d'action sont d'étonnantes. On ressent une petite faiblesse en fin d'épisode mais il nous en a mis tellement plein la vue dans les premières pages que je l'excuse volontiers.

Batman-036-CoverBatman #36

DC Comics • "Endgame Part 2" par Scott Snyder & Greg Capullo (back-up par James T. Tynion IV & Graham Nolan) • $4.99
En soit, l'épisode est bon mais je n'arrive pas à intégrer le Bat-verse de Snyder au reste du DC Universe. Cette impression qu'il n'en fait qu'à sa tête m'a gâché ma lecture. C'est dommage. Je suis certain que vu le succès de la série que DC pourrait faire un petit effort pour mieux intégrer ces histoires au reste. Surtout que la qualité narrative est au rendez-vous.