The Mighty Blog

Batwoman Rebirth #1

Rebirth a eu ses hauts et ses bas. Parmi les premiers, nous comptons le retour de Batwoman dans la série Detective Comics. La suite logique était évidemment que la justicière retrouve une série solo. C'est chose faite grâce à Marguerite Bennett, James Tynion IV et Steve Epting.

J'aime le répéter à qui veut l'entendre : les numéros Rebirth ne sont que des numéros 0 qui ne disent pas leur nom. Assez peu d'entre eux ont su me subjuguer ou m'enthousiasmer mais on su, au mieux, attiser la curiosité. Mais, après tout, qu'attendons-nous réellement d'un numéro 0 ? Elle est là, la vraie question. Nous savons pertinemment que l'intrigue commencera par le numéro 1 de la série régulière et qu'elle ne sera pas dévoilée, même partiellement, dans ce one-shot. Mais, il faut qu'il y ait des références, des indices peut-être qui suscitent l'intérêt sans trop en dévoiler. Aussi, il faut introduire le personnage aux potentiels nouveaux lecteurs tout en apportant des éléments qui feront plaisir aux anciens. Enfin, et c'est d'autant plus vrai dans le cas de Batwoman, il faut que l'équipe créative fasse ses preuves, qu'elle montre qu'elle a saisi l'essence de la série et montre qu'elle va dans une direction intéressante qui nous assurera des heures de bonnes lectures.

Pourquoi est-ce plus vrai pour Batwoman ? Parce que les fans ont été déçus par DC Comics suite au refus de l'éditorial de marier Kate Kane, et déçus de voir J.H. Williams III et W. Haden Blakeman partir de la sorte. Enfin, déçus par la direction que la série a prise suite à ça et son histoire  de vampires et de viol mental. Je ne dirai pas que DC marche sur des œufs concernant Batwoman puisqu'elle reste une héroïne "mineure" comparée à Batman, Wonder Woman ou Superman mais, quand bien que même, ce retour est scruté.

Clairement, avec Marguerite Bennett (Animosity, Angela...) et James Tynion IV aux commandes, les fans sont déjà conquis. Surtout que le second a déjà démontré sa capacité à écrire Batwoman et à la mettre au même niveau que Batman dans Detective Comics. Ainsi, ce "numéro 0" devient l'évidence même que l'équipe créative aime le personnage. Ainsi, ils reviennent sur les moments clefs de la vie de Kate Kane, en commençant par la mort de sa mère et de sa sœur mais aussi sur sa relation avec Renee Montoya ou, encore, celle -platonique celle-là - avec Batman. C'est aussi leur manière de faire le lien entre les origines du personnages - et la présenter aux nouveaux lecteurs - et les aventures dans Detective Comics tout en effaçant  de manière élégante les erreurs commises par l'éditorial à la fin de la précédente série. Aussi, ils dévoilent vers quelle direction ils vont emmener la série solo de Batwoman en montrant des bribes du futur qui ne nous dévoilent pas exactement l'intrigue principale mais nous donnent des informations qui suscitent l'intérêt. Bref, vous l'aurez compris, ils réalisent selon moi la "numéro 0" parfait.

À ça, il faut ajouter le travail de Steve Epting que j'aime depuis son run sur Avengers. Il est évident que depuis Captain America, il est devenu encore meilleur. En tout cas, lorsque nous voyons le CV du dessinateur, nous savons qu'il est destiné à un titre comme Batwoman. Du coup, il n'a pas besoin de prendre ses repaires, il sait gérer le côté militaire, l'action, le romantisme et l'espionnage. Mais, il se permet des découpes de pages différentes que d'habitude en guise d'hommage assumé à J.H. Williams III. Là encore, les fans sont rassurés.

Batwoman Rebirth #1

DC Comics • Par Marguerite Bennett, James Tynion IV & Steve Epting • $2.99
Cette introduction de Batwoman a tout ce qu'il faut pour donner envie de lire le premier numéro à venir. Bennett, Tynion et Epting prouvent tout l'amour qu'ils ont pour l'héroïne. Les fans apprécieront vraiment. Quant aux autres, je les invite à découvrir cette héroïne grâce à cet épisode, c'est un bien beau moyen de le faire.