The Mighty Blog

Black Bolt #1

Toujours prêt pour la rigolade, Marvel Comics décide de lancer un titre sur un type muet, et qui peut détruire des montagnes quand il crie. Black Bolt, le roi des Inhumains, est enfermé dans une prison spatiale, et c'est à Saladin Ahmed et Christian Ward de nous raconter ça !

Black Bolt est un personnage que j'aime particulièrement quand il est écrit par Jonathan Hickman ou même Brian Michael Bendis. Le roi muet mais qui peut fracasser des montagnes en hurlant est vraiment intéressant, mais ces dernières années, il a été malmené par un Charles Soule qui ne savait pas quoi en fait. Alors que le scénariste passe la main sur les titres inhumains (MERCI!), un nouveau titre se lance, et il est plutôt surprenant.

Black Bolt se réveille dans une prison spatiale, déboussolé, seul, et particulièrement impuissant. Je ne vais pas trop révéler la suite vu que d'une part il ne se passe pas grand chose, et que je n'ai pas envie de spoiler. Le numéro est quand même extrêmement porté sur la narration interne, avec un narrateur qui semble bien connaître son personnage, et c'est une parfaite mise dans l'ambiance de la série.

Christian Ward, qui avait fait des merveilles sur Ultimates, trouve un titre parfait pour lui: la prison est tentaculaire et visuellement dingue, et il retranscrit parfaitement l'atmosphère voulue. On a l'impression de perdre la tête avec le personnage, et son style nous fait vraiment partager cette impression.

Du coup, même si elle ne sert qu'à poser un cadre inconnu, cette introduction est vraiment plaisante. Si la narration peut paraître un peu lourde au début, il semblerait que ce qui se passe dans la deuxième moitié du numéro change radicalement la donne. En prenant un personnage bien particulier, et en l'amenant dans un univers qui n'est pas le sien, Ahmed fait un excellent choix. C'est plutôt audacieux, bien fichu, et on sera là pour la suite !

Black Bolt #1

Marvel Comics • Par Saladin Ahmed & Christian Ward • $3.99
C'est une excellente introduction. En plus d'être vraiment beau, le numéro propose quelque chose d'inédit, entre l'évasion classique et la SF. Black Bolt va peut-être enfin retrouver de sa gloire passée, et autant dire qu'on sera là pour voir ça.