The Mighty Blog

Black Canary #2

La formation commence. Après les rencontres peu recommandables du dernier numéro, Black Canary a décidé d'entrainer son groupe, qui doit en plus continuer sa tournée. La série de Brenden Fletcher continue d'être fun !

On retrouve donc les héros dans une station essence désaffectée en plein désert, à tirer sur cibles. Le décor est très différent du premier numéro, mais les ennuis continuent d'être présents pour Dinah Lance. Que ce soit les adversaires discrets du premier numéro ou des rencontres liées à la musique, les protagonistes n'ont pas de temps pour eux. Ce deuxième numéro est en effet très rythmé, grâce à des dialogues bien menés et très divertissants. La plupart des personnages du cast sont bien écrits et on commence à en savoir un peu plus sur eux. Même si certains semblent avoir bien des choses à dévoiler.

Si la première partie de l'épisode est centré sur les interactions en les personnages, la deuxième est plus mouvementée et fait part belle à l'action. Le trait d'Annie Wu s'adapte bien à ce style, qui lui permet de se lâcher un peu niveau mise en scène. On reconnait l'influence des séries Marvel un peu "indés" qui fonctionnent depuis quelques temps. Cela se retrouve aussi dans la coloration, qui est de très bonne qualité. C'est en effet Lee Loughridge, ce grand coloriste, qui est derrière. Ça colle bien à l'ambiance, et il donne un ton différent aux cases liées à la musique. C'est du tout bon de ce côté.

Petits bémols, on ne sait pas encore trop où ça va aller et les différentes révélations font un peu fouillis. Et l'autre problème, c'est que le numéro se lit très vite, et qu'en plus de ça, il est très court. Je ne trouve pas ça très sympa d'avoir une telle longueur dès le numéro 2.

black-canary-2-coverBlack Canary #2

DC Comics • Par Brenden Fletcher & Annie Wu • $2.99
La série continue d'être divertissante, sans qu'on sache trop où cela va mener. Il sera intéressant de voir comment est traitée la révélation de fin, et si les numéros vont gagner en contenu. Pour l'instant, l'intérêt est intact, mais attention à ne pas me perdre en route.