The Mighty Blog

Black Panther #1

Black Panther n'a pas eu de titre solo depuis un moment. Mais avec tout ce qui est arrivé au personnage récemment et l'arrivée du héros dans le Marvel Cinematic Universe, Marvel Comics décide de lancer un nouveau titre. C'est l'écrivain et journaliste Ta-Nehisi Coates qui est en charge de l'écriture. Aidé de Brian Stelfreeze, il ramène T'Challa dans un Wakanda sans dirigeant et au peuple perdu.

T'Challa s'est éloigné du trône du Wakanda pendant fort longtemps. Sa demi-sœur, Suri, l'a remplacé en tant que reine mais aussi Black Panther. Mais les choses ont changé. Pendant Infinity, Thanos a rasé une partie du pays. Puis, Suri s'est sacrifiée, tuée par la Cabale de Thanos pendant Time Runs Out. Le peuple du pays est perdu et son ancien roi est dépassé.

Coates est plutôt très célèbre aux États-Unis. Certes, son dernier livre, Une Colère Noire, est présentée comme le livre de chevet de Barack Obama mais même avant, il avait su se faire remarquer notamment sur les questions d'intégration des afro-américains. Il avait aussi écrit un papier fort intéressant sur la représentation des minorités raciales et ethniques chez Marvel Comics. À cette occasion, il avait interviewé Sama Amanat, co-créatrice de Ms. Marvel devenue responsable éditoriale de l'évolution des personnages au sein de la Maison des Idées. C'est ainsi, que Marvel a pu inviter Coates à écrire pour eux. Surtout que l'homme est un grand fan de comics et il le prouve ici.

Je vais utiliser les grands mots mais j'ai ressenti la même chose en lisant ce premier numéro de Black Panther que lorsque j'ai découvert celui de Daredevil écrit par Kevin Smith. Je ne dirais pas que la même révolution se prépare ni même que l'histoire arrive au niveau de celle du cinéaste - il est trop tôt pour le dire. Mais, dès les premières pages, Coates réinstalle le héros ce qu'il est, ce qui le motive mais aussi ses doutes et ses défauts, le tout avec une certaine aisance.

En parallèle, il nous offre l'histoire de Ayo, l'une des Dora Milaje, la garde royale du Wakanda composée uniquement de femmes. Là, dedans nous découvrons ce que nous pouvions attendre de Coates, une œuvre qui pointe du doigt l'un des problèmes en Afrique, celui de la place de la femme. Le discours de la belle-mère de T'Challa montre à quel point le problème est profond.

Ce premier épisode a un goût d'inachevé. Comme s'il avait été divisé en deux et qu'il manque la seconde partie. Le twist n'est pas un twist. Mais, la base est bien là. L'écriture est intelligente et moderne. La représentation de la diversité est incroyablement naturelle. Et puis, Stelfreeze a un trait des plus solides. C'est fluide et l'écriture de Coates ne noie pas les dessins de textes à rallonge. Le scénariste connait le média, et ça se sent.

Je tenais également à signaler le design de la page récapitulative et celle des crédits dont le design confié à Manny Mederos est tout simplement magnifique. En noir et blanc, les motifs africains ressortent particulièrement et mettent dans l'ambiance.

Black-Panther-001-CoverBlack Panther #1

Marvel Comics • "A Nation Under Your Feet part 1" par Ta-Nehisi Coates & Brian Stelfreeze • $4.99
J'aimerais bien lire plus souvent des comics de la qualité de ce premier numéro de Black Panther. Même si la fin n'en est pas vraiment une. Mais, Coates fait quelque chose d'assez bon. À la fois politisé sans non plus oublier le côté super-héros, l'épisode repose sur les personnages et les décisions qu'ils prennent. Vivement la suite.