The Mighty Blog

Black Science #11

Nous voici face au dernier épisode de ce deuxième chapitre de Black Science, la série de science-fiction de Rick Remender et Matteo Scalera. Comme vous le savez, je suis grand fan ce titre et, je pense, ce numéro est un parfait condensé des raisons qui font que j'ai autant d'estime pour ce titre.

Lorsqu'on lit une BD ou un livre et que, part moment, l'auteur arrive à nous donner un frisson ou nous amène à avoir une surprise telle qu'on se retrouve obligé de sortir à voix haute "oh ! putain...". Eh bien, je pense que la dite BD ou le dit livre a réussi son boulot. Ce que j'attends d'une telle oeuvre, c'est ce plaisir de lecture qui te pousse à tourner les pages  pour savoir ce qui va suivre, tout ça en accélérant la lecture mais de manière attentive, en faisant bien gaffe de ne rater aucun détail. Et plus tu t'approches de la fin du dénouement, plus ton niveau d'adrénaline est élevé, tes yeux écarquillés avec une étincelle de bonheur venant les illuminés et la bouche de plus en plus ouverte (il faudra m'expliquer pourquoi). Bref, tu prends du plaisir !

Tout ça pour dire que c'est ce que me procure à chaque instant Black Science. Et cet épisode ne déroge pas à la règle. Loin de là. Il intensifie même le phénomène. C'est simple, arrivé à la moitié de l'épisode, il a été impossible pour moi de décrocher tellement Rick Remender rajoute des éléments perturbateurs dans son intrigue. Mais, si tout cela marche, c'est parce que depuis la fin du chapitre précédent, il a construit son histoire pour atteindre ce climax. Un point précis de l'histoire sur lequel tout se regroupe avant de tout briser à nouveau en éclat.

L'action se déroule à deux endroits en parallèles. Le premier est une grotte souterraine où une partie de ligue anarchiste scientifique doit se réfugier en attendant le "saut" du pilier mais ils auront la visite impromptue d'une vieille connaissance et ils découvriront également qu'ils ont un traite parmi eux. Le second lieu est la surface où Kadir et le Shaman doivent repousser les habitants du monde dans lequel ils sont actuellement et qui veulent récupérer le pilier. Remender alterne entre les deux créant un rythme intense et arrivant à créer des effets de surprise consécutifs sans lasser le lecteur. Il nous amène ainsi à la fin de l'épisode - et, par la même occasion, du chapitre - en nous annonçant la prochaine étape mais en laissant planer un gros mystère.

Malgré toutes les surprises faites, Remender laisse du temps à l'action. Celle avec un grand A. De cette manière, il donne la possibilité à Matteo Scalera de s'amuser avec les mouvements rapides, la baston, les coups d'épée, les jets de on-ne-sait-trop-quoi-mais-ça-fait-mal qui sort de la bouche des monstres. Bref. Ça va dans tous les sens tout en restant très lisible. Et puis le dessinateur personnalise de plus en plus ses personnages ce qui est fort agréable et aide à la lecture. Petit mot concernant les couleurs de Michael Spincer - qui remplace Dean White. Le coloriste fait un travail remarquable avec les couleurs. À la fin de cet épisode, il y a un processus de création d'une double-page de l'épisode, des roughs de Scalera jusqu'à la colorisation, et on se rend compte ce qu'il apporte en plus à l'aura de la série.

Black-Science-011-CoverBlack Science #11

Image Comics • Par Rick Remender & Matteo Scalera • $3.50
Je pense que vous l'aurez compris, Black Science est une série qui ne cesse de me surprendre autant qu'elle me procure du plaisir. A ce  stade, si je ne devais faire qu'une remarque, c'est qu'il faut attendre le mois de mars pour lire la suite. C'est dans longtemps, mars...