The Mighty Blog

Coda #1

Simon Spurrier est une excellent scénariste, mais encore plus quand il façonne ses univers. Avec Matías Bergara, ils ont créé la maxi-série Coda, et propose un récit fantasy très sympa, avec un pitch plutôt efficace.

Dans un monde où la magie a presque disparu, un homme cherche à sauver l'âme de sa femme, mais va se retrouver embarquer dans une quête plus grand que ça. On fait la rencontre du héros alors qu'il pille un cadavre de dragon, qui ... lui parle. Spurrier propose directement un récit rempli d'actions, avec pas mal d'humour et des dialogues bien sentis. En très peu de pages, son héros est très bien caractérisé : mutique, n'hésitant pas à avoir recours à la violence et connaissant bien le monde qui l'entoure, sans pour autant y appartenir.

Mais la vie vous réserve des surprises et au détour de quelques rencontres, le voilà projeter dans une quêt... mission qui n'était pas la sienne. Spurrier utilise ces événements pour élargir son univers mais aussi approfondir son héros. On en apprend pas mal sur celui-là et notamment sur ce qui le guide. Toujours avec humour et une pointe de cynisme bien venue. Vraiment, sur les 40 pages de ce premier numéro, on ne s'ennuie jamais.

Si le scénario est excellent, la partie graphique n'est pas en reste. Le dessinateur Matías Bergara est fabuleux. Je ne connaissais pas le dessinateur uruguayen, mais il m'a tout de suite conquis. Son trait fin est incroyable de détails, avec une volonté perpétuelle de vouloir surprendre le lecteur. La faune, la flore, le bestiaire ... tout est est maîtrisé. Certains designs sont incroyables et les décors donnent une vraie âme au titre. La coloration, qu'il fait avec Michael Doig, est très réussie. C'est vif, plein de vie avec une gamme toujours adaptée à l'histoire.

Coda #1

BOOM! Studios • Scénario : Simon Spurrier - Dessins : Matías Bergara - Couleurs : Matías Bergara & Michael Doig - Lettrage : Colin Bell • $3.99

Avec une histoire solide et des dessins magnifiques, il est difficile de ne pas être conquis par ce premier numéro de Coda. En 40 pages, Simon Spurrier et Matías Bergara nous emmènent dans leur univers et on n’a pas envie de le quitter. Gros coup de cœur !