The Mighty Blog

Dark Knight III: The Master Race #1

La mini-série Dark Knight III: The Master Race est l'événement chez DC Comics de cette fin d'année. La mythologie créée en 1986 par Frank Miller est remise en place pour donner une suite à Dark Knight Strikes Again, deuxième chapitre de la saga. Ce sont Brian Azzarello et Andy Kubert qui sont chargés respectivement de mettre des mots et des images à l'histoire imaginée par Miller lui-même.

Quatre ans se sont écoulés depuis la dernière fois qu'on a vu Batman dans les rues de Gotham. Mais la rumeur enfle, il est de retour et, déjà, les médias en parlent et la police lui court après.

Je ne peux pas dire que j'étais impatient de lire ce troisième volume de Dark Knight. Personnellement, je trouve que l'univers mis en place dans Dark Knight Returns n'avait pas eu besoin de suite(s). Surtout que Dark Knight Strikes Again était...comment dire ça sans paraître désagréable... pas aussi fort que son prédécesseur. Le côté un peu forcé de comment le projet Dark Knight III est sorti - afin de surfer sur le prochain film de la Warner - mène forcément à tarir mon impatience. C'est donc sans a priori mais sans excitation que j'ai commencé à lire ce numéro.

Sans aucune réelle surprise, ce premier épisode est solide. Très rapidement, nous retrouvons nos marques dans l'univers de Dark Knight Returns avec l'importance des médias avec les différentes chaînes d'information retranscrites dans des cases devant un plan large sur Gotham City comme sur la mini-série initiale. Azzarello pousse le concept avec des échanges de SMS parlant du retour de Batman à Gotham montrant l'information by-passée et déformée par les nouveaux moyens de communication. Mais, sans aucune réelle surprise, cela n'a pas la puissance du premier épisode de Dark Knight Returns. Le message politique est clairement estompé par le travail sur les personnages. Sur ce point, justement, il y a de bonnes choses. Azzarello met bien en place les différents protagonistes de la saga autres que Batman comme Superman, Wonder Woman et leur fille Lara, le commissaire Ellen Yindel et, surtout, Carrie Kelley qui tient ici un rôle inattendu.

Andy Kubert s'avère être un très bon choix puisqu'il est autant à l'aise dans les scènes dans Gotham que celles dans la Forteresse de Solitude, mais il se surpasse sur celles avec Wonder Woman combattant un minotaure. Par contre, la pression de la licence semble pesante. À des moments, j'ai senti qu'il force son trait à ne pas sortir du carcan imposé par l'œuvre de Miller. Je ne dis pas parce qu'il est encré par Klaus Janson - ce qui force la comparaison avec Miller - mais plus dans certaines approches sur le physique ou les grandes scènes avec peu de décor. En tout cas, Kubert nous offre de belles scènes et beaux décors comme il sait si bien le faire.

Si, pour le moment, ce premier épisode est intéressant sans pour autant amener à l'histoire de The Master Race, la back-up l'est bien plus. Dessinée par Miller, elle met en scène The Atom a qui l'on confie une tâche inattendue. Malgré la maladie, Miller est très en forme, je trouve. Je veux dire par là : je ne suis pas fan du dessinateur depuis de longues années. Ses Sin City marchaient bien grâce au noir et blanc mais ses autres travaux comme 300 me déplaisaient fortement. Du coup, ce back-up est moche à mes yeux mais est remarquable d'efficacité vu la condition physique de l'homme et cela reste plus beau que les couvertures un peu malheureuses qu'il a fait pour ce premier épisode, notamment celle de Superman avec une érection en foutant une droite à The Atom.

Dark-Knight-III---The-Master-Race-001-CoverDark Knight III: The Master Race #1

DC Comics • Par Brian Azzarello, Frank Miller & Andy Kubert • $5.99
Il n'y a pas grand chose à dire pour le moment. Un début plutôt prometteur même si cela semble bien loin de Dark Knight Returns. En revanche, cela se lit tellement vite qu'on a l'impression de s'être fait avoir à payer 6 dollars cet épisode. En revanche, la couverture de Kubert et Janson est magnifique.