The Mighty Blog

Darth Vader #1

Après la série sur les rebelles de Jason Aaron et John Cassaday, c'est au tour de Darth Vader (Dark Vador par chez nous) d'avoir sa propre série, par Kieron Gillen et Salvador Larocca. L'intrigue se déroule après le premier film Star Wars, la destruction de l'Etoile Noire, et la rencontre entre Luke et celui qui s'avère être son père...Avant de commencer, une ou deux précisions utiles : à mes yeux, il n'y a que trois films Star Wars, la prélogie n'a jamais existé, et la série Star Wars d'Aaron retrouve l'esprit loufoque et "course contre la montre" des vrais films. C'est cette atmosphère qu'on retrouve dans cet épisode, avec un énorme dose de fan service.

Après son échec sur l'Etoile Noire, Vador doit rendre des comptes à l'Empereur, mais pas seulement. Aaron se sert du lien qui unit Dark/Anakin à son fils Luke, chose que ne connaissaient pas les spectateurs du premier film à l'époque. Il lie ainsi les époques en créant une connivence avec son lecteur, qui sait pertinemment pourquoi Obi-Wan a confié "ce" sabre à Luke... On voit aussi une autre quête de Vador, celle là inconnue des lecteurs, qui pioche encore un peu plus dans l'univers Star Wars. On a aussi bien des références à l'épisode 6 qu'à des éléments de "l'univers étendu", et tout ça est parfaitement géré.

La narration est sobre, efficace, et le numéro se permet d'être plus long que la moyenne pour bien raconter son histoire. On reconnaît le boulot toujours efficace de Kieron Gillen, qui reste toujours bon pour développer des intrigues. Ce n'est pas dans l'esprit de ses Young Avengers ou de The Wicked + The Divine, mais plus du côté de son Iron Man avec Greg Land. Vador a une classe impressionnante, en restant tout en retenue et en sobriété : il bouge peu dans ses combats (le découpage est à ce titre très réussi), s'exprime peu, mais on comprend directement pourquoi c'est une menace. On le sent quand même perdu, et presque humain, quand il rencontre son fils, et c'est une facette du personnage qui promet d'être intéressante. Toutes les intrigues lancées ici sont bonnes, et plus important encore, rendent hommage à la classe du personnage. Gillen fait du très bon travail, et donne automatiquement envie de lire la suite.

Par contre, la partie graphique est le plus gros frein de ce numéro à mon avis. Si son découpage est globalement bon, Larrocca a un gros problème avec les personnages, et notamment les visages. Ils ont l'air de poupées de cires fondues, et sont tous terriblement ratés. C'est dommage parce qu'hormis une ou deux proportions ratées, les aliens et Dark Vador sont bien rendus. Il faut juste qu'il arrête les visages hideux, ou qu'il trouve un meilleur encreur et un vrai coloriste, parce que là, c'est laid.

Darth Vader (2015-) 001-000Darth Vader #1

Marvel Comics • Par Kieron Gillen & Salvador Larocca • 3$99

Hormis une partie graphique indigne à revoir, ce premier numéro parvient à convaincre. Ce qui fait l'essence du personnage est là, l'univers est déjà bien reconnaissable en un numéro, et Gillen arrive à rendre une série solo intéressante. Il faut juste lui mettre un vrai dessinateur, et ce sera parfait !