The Mighty Blog

Deadly Class #11

Hier, mercredi, est sorti le deuxième Trade Paperback de Deadly Class incluant ce onzième épisode qui conclut ce chapitre de la série de Rick Remender et Wes Craig. À l'instar de ce que je décrivais hier à propos de Low, le scénariste termine l'arc avec un gros Boum, quelque chose qui risque de bouleverser profondément notre petit groupe d'apprentis assassin.

Marcus et la bande doivent nettoyer ce qu'ils ont fait à Las Vegas mais ils doivent attaquer une bande de rednecks afin de récupérer le reste de Chico. Malgré un plan bien préparé, ils tombent dans un piège. Alors Saya se retrouve en danger de mort, Maria arrive et elle révèle qu'elle sait ce qu'elle a fait avec Marcus.

Remender a construit son histoire sur le principe d'un triangle amoureux. Sauf que les protagonistes n'ont pas de motivation commune ou de points auxquels se raccrocher. Concrètement, Deadly Class est l'histoire de personnages bousillés par la vie et qui tentent de se créer une vie saine, normale. Bien sûr, si c'était le cas, ils ne seraient pas là, à la Mercie des rednecks.

Mais, tout de même, Maria, par exemple, pensait vivre des jours heureux avec Marcus. Après tout, elle a tué Chico avec qui elle avait un pacte familial depuis sa tendre enfance. Elle a tué son amant pour kidnapper les sentiments de Marcus mais elle pensait qu'au bout d'un moment il allait vraiment l'aimer. Saya, elle, aime Maria - amicalement parlant. Ce qu'elle a fait avec Marcus l'importe peu, elle pense sincèrement qu'elle l'a fait pour le bien de son amie. Quant au jeune homme, il est en mode survie. Il ne pense qu'à lui-même et, au plus profond de lui, il aimerait ne pas avoir de mal à Maria.

Tout cet exposé s'étale dans cet épisode bourré d'action, avec des rednecks aux propos atroces sur la suprématie blanche, des femmes abusées déguisées en cochon enfermées dans des cages, et des scènes violentes. Remender pense à construire l'univers des ennemis de la bande afin de pointer le fait qu'ils sont dangereux. D'un autre côté, la violence dont fait preuve Maria sur l'une des rednecks est amoindri par le fait qu'il s'agisse de gens détestables.

Comme je l'écrivais dans mon chapeau, le chapitre se termine avec fracas. Les personnages sont déjà bien meurtris par l'histoire mais ils se retrouvent face à pire. On peut parler de torture envers le lecteur tellement la fin nous scotche et nous donne envie de lire rapidement la suite. Mais, il faut attendre attendre quelques semaines encore pour la connaître. C'est long....

Le trio Wes Craig, Lee Loughridge et Rus Wooton fonctionne toujours au diapason. Le parfait exemple est la scène dans le sous-sol plongé dans le noir et seulement éclairé par les coups de feu. La mise en scène est ingénieuse mais sans une réalisation irréprochable elle peut être incompréhensible. Le placement des phylactères, le découpage et la colorimétrie sont tellement explicites que ça fonctionne extrêmement bien.

Deadly-Class-011-CoverDeadly Class #11

Image Comics • Par Rick Remender & Wes Craig • $3.50
Remender et Craig maintiennent le niveau qualitatif de leur série. En effet, Deadly Class est un petit bijou (bientôt disponible en France) et il serait bien dommage que vous passiez à côté. Le scénariste reprend des codes bien connus, les piétine et nous les sert avec une sauce inattendue au goût inoubliable. Alors faites-vous plaisir, lisez cette série.