The Mighty Blog

Deadly Class #9

La série de Rick Remender et Wes Craig, Deadly Class, est un petit bijou qui, épisode après épisode, nous amène là où on ne s'y attendait pas.

Les apprentis assassin ne sont plus les mêmes depuis qu'ils sont revenus de Las Vegas. Mais, une épée de Damoclès peut se rabattre sur eux à tout instant. Chacun gère son stress comme il le peut. Maria y arrive de moins en moins alors que la mystérieuse Saya tente de résoudre le problème que Marcus traîne comme fardeau depuis des années et qui est la cause de tous leurs problèmes.

Tout commence fort, très fort. Remender explore le passé de Maria, la petite-amie de Marcus. On découvre ainsi que son enfance était loin d'être rose. Toute cette histoire ne semble pas être liée directement à l'intrigue principale, mais cela apporte beaucoup de choses au personnage et, nous connaissons l'habitude de Remender a complexifié ses récits au fur et à mesure que l'intrigue avance pour mieux tout télescoper au moment propice.

La seconde partie de l'épisode s'intéresse à Saya ou plutôt du rapport entre la jeune fille et Marcus. Alors que Maria joue le rôle de la gentille fille (mais qui peut vous éventrer avec son éventail), Saya est la bad girl qui fait les trucs cool. La tentation est forte pour Marcus. Trop.

Même si nous n'en apprenons pas plus sur le passé de Saya, le travail du scénariste est de la rendre encore plus attachante par le regard du héros. La (sublime) mise en scène va d'ailleurs dans ce sens en laissant des moments de silence.

L'autre partie que j'ai adoré concerne la description du pogo par Saya à Marcus. Parce que ça me touche, à moi le punk. Et puis, Remender parle des mouvements de "rock violents" et fouteur de troubles qui existaient à la fin des années 80 avec les skinheads (fascistes), les mohawks et les metalheads. Il raconte tout ça avec simplicité, connaissance de causes, passion et, puis, au moment du concert, j'enviais Marcus de prendre autant de pied en pogotant. Je voulais faire la même chose.

Wes Craig montre encore tout son talent de narrateur et il crée une ambiance unique avec des cadrages forts, un découpage incroyable et une mise en scène poignante. Encore une fois, je vais féliciter Lee Loughridge aux couleurs et Rus Wooton au lettrage qui participent pleinement à l'ambiance de la série.

Deadly-Class-009-CoverDeadly Class #9

Image Comics • Par Rick Remender & Wes Craig • $3.50
Réjouissez-vous lecteurs de VF, vous allez bientôt connaitre le plaisir de la lecture de Deadly Class. Un titre qui séduit et avec qui vous avez envie de faire l'amour tellement c'est beau, intelligent, drôle et passionnant.