The Mighty Blog

Dishonored #1

Dishonored, l'excellent jeu vidéo des Studios Arkane, revient sous forme de comics, avant un second volet à l'automne. Gordon Rennie et Andrea Olimpieri tentent d'adapter un jeu à l'univers fascinant en comic, pari réussi ?

Si vous n'avez jamais joué au jeu Dishonored, vous avez vraiment manqué quelque chose, et vu qu'il ne vaut plus grand chose sur PC et consoles, vous devez le faire. Le jeu nous mettait dans la peau d'un protecteur, Corvo, qui devait défendre son honneur. Accusé à tort du meurtre de celle qu'il devait protéger, il doit chercher ceux qui ont voulu destituer le pouvoir, et sauver la princesse. Sauf que tout ça se passe dans la ville de Dunwall, aux influences à la fois du XIXe siècle et de Steampunk, le tout dans une cité envahie par la peste et les rats. Aidé par l'Outsider, un mystérieux allié mystique qui confie des pouvoirs au personnage, vous allez tenter d'être le plus discret possible, ou de massacrer tout le monde en devenant un demi-dieu.

J'ai passé beaucoup de temps sur ce jeu, que j'ai fini 3 fois, parce qu'en plus d'offrir une liberté dans la manière de jouer qui était excellente, il avait un univers phénoménal. L'architecture, la culture, les mythes, les créateurs du jeu ont construit quelque chose de grandiose, avec une âme propre et une puissance folle dans les combats. L'adaptation en comic se devait d'avoir tout ça, ce qui n'était pas chose facile. Pourtant, j'ai retrouvé ce que j'aimais dans ce numéro, et ce fut une excellente surprise !

On retrouve donc Corvo, protecteur de l'impératrice pour ne pas trop en révéler sur le jeu, douze ans après avoir empêché les différentes prises de pouvoirs illégitimes. Devenu une figure publique le jour, il continue de protéger la ville en secret de nuit, en utilisant les pouvoirs de l'Outsider qui le rendent surpuissant: téléportation, don d'écoute et de vision à travers les murs, arrêt du temps, entre autres. Lors d'une patrouille, il va tomber sur quelque chose qui pourrait bien le bouleverser plus que prévu, et changer le cours de sa vie.

Déjà, premier constat : c'est très beau. Les pouvoirs du personnage sont fabuleusement bien mis en scène, on le voit bouger comme dans le jeu avec les mêmes codes visuels repensés pour le format papier, et on retrouve ce qu'on avait aimé à l'époque. Le découpage des scènes de combat est génial, la violence est là, c'est vif et précis, et les couleurs de Marcelo Maiolo s'adaptent brillamment à toutes les situations. On passe des couleurs chaudes pour la violence aux couleurs plus froides pour l'infiltration sans jamais forcer les choses, et on a quelque chose de très joli, qui reflète bien le jeu tout en restant un très joli comic. Les personnages ont tous ce petit côté sale du jeu, et la nostalgie est là.

Ensuite, l'histoire est déjà plus passionnante que celle du jeu, qui il faut l'avouer était très banale. Là, en plus d'un complot, on explore le rôle de Corvo, en lui donnant une vraie voix (alors qu'il était muet dans le jeu), celle d'un vieux guerrier aguerri, qui ferait presque penser à un Jedi. Par ailleurs, on va explorer ses liens avec les autres, ce qui peut développer l'univers du personnage et potentiellement amener à la suite du jeu, mais aussi son rôle de protecteur aux pouvoirs mystiques, qu'il doit cacher.

Pourtant, rien n'est forcé, et la narration est parfaitement fluide. On (re)découvre un univers intriguant et violent, qui est ici étoffé dans le respect du jeu, mais tout en restant suffisamment clair pour attirer le nouveau lecteur. Je serais curieux de savoir ce que des personnes qui découvrent complètement ont pensé de ce numéro, parce que je sens qu'il y a vraiment moyen de faire lire ça à tout le monde. En plus, on retrouve presque les codes du genre super-héroïque (l'identité secrète, la protection de la ville) pour une version qui ferait presque penser à un Punisher aux pouvoirs divins, et c'est cool. Ce premier numéro fonctionne, et c'est bien plus que ce que j'attendais de lui.

dishonored coverDishonored #1

Titan Comics • Par Gordon Rennie et Andrea Olimpieri • $2.99
Pari réussi, et pas seulement ! Ce premier numéro donne autant envie de lire la suite que de se replonger dans le jeu, et il peut plaire aussi bien aux fans qu'aux novices de l'univers. Un très joli numéro, et une très bonne surprise.