The Mighty Blog

Doom Patrol #1

La folie, c'est bien aussi.

L'imprint de DC Comics, Young Animal, fait ses grands débuts avec comme nouvelle série, Doom Patrol. Pour retrouver la folie et l'originalité dans ses histoires, DC a fait appel à Gerard Way - chanteur de The Chemical Romance et ami de Grant Morrison - pour Doom Patrol. Accompagné de Nick Derrington, ils nous proposent une histoire bien barrée.

Depuis la série de Grant Morrison, aucun run de Doom Patrol n'a laissé une marque aussi intense. Alors quand son ami Gerard Way y est annoncé, avec en plus une promesse de liberté totale, on s'y intéresse de près. On ne va pas tourner autour du pot ; le résultat est plutôt encourageant! Mais il faut entamer la série en sachant qu'on ne comprendra pas tout au début.

On s'intéresse au début de la série à Casey Brinke, une ambulancière très optimiste, en train de se reposer après une intervention réussie. Alors qu'elle et son collègue philosophent sur un burrito, on s'aperçoit que celui-ci est un univers dans lequel Robotman est en mission. Voilà, c'est posé, Way ne nous avait pas menti, ça va être allumé. Le récit, malgré son étrangeté, est très agréable à lire, l'action s'enchaîne bien - Niles Caulder fait une apparition ... bizarre - et le dessin de Nick Derrington fait mouche à chaque page. Ah, et il y a une histoire de conspiration aussi. Bref, vous l'avez compris, Doom Patrol part dans tous les sens, mais n'oublie pas de donner une vraie intrigue à la série. L'héroïne est plutôt cool, on a envie de suivre ses aventures.

Le résultat est donc vraiment sympa, surtout que Nick Derrington fait une forte impression aux dessins. Il n'a aucun problème à représenter l'imaginaire de Way, adaptant son style avec le récit. Les couleurs de Tamra Bonvillain sont elles aussi très bien choisies, vraiment en phase avec l'ambiance du récit.

doom-patrol-1-coverDoom Patrol #1

DC's Young Animal • Par Gerard Way & Nick Derington • $3.99
Les promesses sont là. Gerard Way a le droit de faire n'importe quoi avec Doom Patrol, et il le fait. Reste à voir où il veut aller et si son style sous acide va s'accompagner d'une bonne histoire, mais cette introduction est encourageante. Surtout que l'équipe artistique est vraiment au top.